VIDEO

jeudi 31 décembre 2020

DEBAT DU 31 12 2020

DISCOURS DU PRESIDENT MACKY SALL, L'ANALYSE DE FATOU SOW SARR

MAIMOUNA BOUSSO SUR LE DISCOURS DE MACKY SALL : «DEGOUMAKO MOU WAKH SI B...

BASSIROU DIOMAYE FAYE TANCE LE DISCOURS DE MACKY SALL : « LA TER EST LA ...

COVID-19 : DEBAT TRES AGITÉ ENTRE ABDOUL MBOW, BASSIROU DIOMAYE, MAIMOUN...

MESSAGE A LA NATION DU JEUDI 31 DECEMBRE 2020

La balade du président Macky Sall dans les rues de Dakar avec une voitur...

après Macky Sall c'est le tour de sa ndiogou

Ahmed Aidara Raconte L'histoire de Moussa et Le Pharaon

Covid-19 : Un infirmier testé positif après avoir été vacciné Et si le vaccin contre la Covid-19 ne fait pas disparaître le virus ? Un infirmier urgentiste américain, âgé de 45 ans, a été testé positif au coronavirus une semaine après avoir reçu le vaccin de Pfizer. Selon Vox Populi qui reprend les médias internationaux, Matthew W. avait reçu sa première dose le 18 décembre et a déclaré à KGTV, filiale d'ABC News San Diego, que le seul effet secondaire du vaccin qu'il a subi était une douleur au bras. Six jours plus tard, après avoir travaillé dans l'unité Covid, Matthew a commencé à avoir des frissons, des douleurs musculaires et à ressentir de la fatigue. Un test effectué à l'hôpital confirme dans la foulée qu'il est bien positif au coronavirus

Conseil des Ministres mer, 30 déc 2020 Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres ce mercredi 30 décembre 2020 au Palais de la République. A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat a adressé les condoléances de la Nation, aux familles et proches de compatriotes qui ont été récemment arrachés à notre affection. Il s’agit, notamment, de Monsieur Pierre NDIAYE, Secrétaire général du Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération, qui a fortement contribué à l’élaboration et à la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent, avec une compétence remarquable et un engagement républicain modèle. Il s’agit, également, de Seyda Mariama Ibrahima NIASSE, une éducatrice exceptionnelle, qui a participé, de façon exemplaire, au développement et au rayonnement du système éducatif national à travers ses établissements scolaires réputés par la qualité de leurs enseignements et encadrement. Le Président de la République présente, à cet égard, ses condoléances au Khalife général de Médina Baye, Cheikh Mouhamadou Mahi NIASSE, et à toute la communauté éducative. Le Chef de l’Etat salue, aussi, la mémoire du Général Mamadou NIANG, un Homme de devoir loyal. Un Soldat de la République. Un Patriote digne et généreux, qui a toujours servi son Pays avec engagement, dévouement et désintéressement. Abordant l’évolution de la Pandémie de la Covid-19, le Président de la République invite les populations à redoubler de vigilance, à observer en permanence les gestes barrières, de même que la limitation généralisée des rassemblements et réunions, afin d’arrêter la circulation actuelle du virus. Le Chef de l’Etat demande, à cet effet, au Ministre de la Santé et de l’Action sociale d’améliorer, au quotidien, la sensibilisation des communautés et de veiller à une prise en charge adéquate des patients dans les Centres de Traitement et les services des hôpitaux. A cet égard, le Président de la République se félicite de l’inauguration, hier, du nouveau Service des Maladies infectieuses et Tropicales de l’Hôpital Fann, construit, équipé et fonctionnel en un temps record avec la mobilisation de ressources exceptionnelles et l’engagement notable de bonnes volontés, parmi lesquelles le Professeur Moussa Seydi et ses équipes. Le Chef de l’Etat invite, dans cet élan, le Ministre de la Santé et de l’Action sociale à accélérer les réformes du système de Santé, en vue de sa transformation rapide dans tous les domaines, en veillant à l’entretien adéquat des infrastructures et équipements, ainsi qu’à la productivité optimale des personnels de santé. Dans la perspective de la relance économique, avec le déploiement du Plan d’Action Prioritaire Ajusté et Accéléré (PAP2A), le Président de la République encourage la reprise et l’intensification des activités économiques sur l’ensemble du territoire national, en particulier au niveau des sites de production (artisanale et industrielle) et des zones touristiques. Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Chef de l’Etat indique toute l’importance qu’il accorde à la stabilité sociale et à la relance du secteur du tourisme. Il demande, à ce titre, au Ministre du Travail, en relation avec le Ministre du Tourisme et les partenaires sociaux, de consolider le dialogue permanent entre toutes les parties prenantes afin de protéger les droits des travailleurs du secteur de l’hôtelier durant cette période difficile, liée à la pandémie de la COVID-19. Le Président de la République engage le Gouvernement, les Ministres en charge du Travail, de l’Economie et du Tourisme notamment, à initier la conclusion d’un « Pacte de stabilité sociale » dans le secteur du Tourisme ; secteur qui doit jouer un rôle majeur dans la relance économique. Le Chef de l’Etat demande, enfin, au Ministre du Travail, de préparer la tenue, en 2021, de la troisième édition de la Conférence sociale, selon un format innovant et inclusif. S’agissant du suivi de la coopération et des partenariats, le Président de la République indique toute l’importance qu’il accorde à la réalisation du port de Ndayane. Il a, à cet effet, demandé au Gouvernement de prendre toutes les dispositions appropriées afin d’assurer le lancement effectif, au cours du 1er semestre de 2021, des travaux de ce nouveau Port en eaux profondes, développé par l’Etat du Sénégal, le Port Autonome de Dakar et le Partenaire Dubai Port World (DPW). Le Chef de l’Etat indique au Gouvernement, l’impératif de finaliser, en priorité, le Plan Directeur d’Urbanisme de cette nouvelle zone portuaire stratégique, avec son interland (Bargny- Sendou- Yène - Toubab Dialaw, Daga Kholpa - Popenguine - Ndayane), qui deviendra un Pôle économique et industriel international de référence. Le Président de la République a ainsi rappelé l’urgence de la mise en cohérence de ce Plan Directeur d’Urbanisme avec le Plan National d’Aménagement et de développement des Territoires (PNADT) adopté en Conseil des Ministres le 24 janvier 2020. Le Chef de l’Etat a informé le Conseil avoir signé des décrets portant dénomination des infrastructures publiques suivantes : Université du Futur Africain (UFA) « Abdoulaye WADE » ; École nationale de la Statistique et de l'Analyse économique (ENSAE) « Pierre NDIAYE » ; Daara moderne public de Taïba Niassène « Seyda Mariama Ibrahima NIASSE » ; Le Chef de l’Etat a clos sa communication sur son agenda diplomatique. Au titre des Communications, le Ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République, a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ; le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur l’exécution budgétaire 2020 et le Fonds « FORCE COVID 19 » ; le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur a fait une communication sur la situation internationale ; le Ministre de la Santé et de l'Action sociale a fait une communication sur la situation de la pandémie Covid-19 ; le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l’arachide ; le Ministre de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique a fait une communication sur le Programme de 100 000 logements ; le Ministre du Commerce et des Petites et Moyennes entreprises a fait une communication sur la mise en service du marché d’intérêt national et de la gare des gros porteurs. Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté : le projet de loi fixant les règles d’applicabilité des lois, des actes administratifs à caractère réglementaire et des actes administratifs à caractère individuel ; Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : Madame Fatou DIANE, Economiste, précédemment Directeur de la Réglementation et de la Supervision des Systèmes financiers décentralisés (DRSFD), est nommée Coordonnateur national du Programme de Développement de la Microfinance islamique au Sénégal (PROMISE), en remplacement de Madame Yaye Fatou DIAGNE, appelée à d’autres fonctions ; Monsieur Begong - Bodoli BETINA, matricule de solde n° 607 855/O, Enseignant à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2015 ; Monsieur Boubacar CAMARA, matricule de solde no 607 9811K, Enseignant Chercheur à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2016 ; Monsieur Mouhamadou Mawloud DIAKHATE, matricule de solde no 607 839/N, Enseignant Chercheur à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2016 ; Monsieur Cheikh Samba WADE, matricule de solde no 607 982/A, Enseignant Chercheur à l'UFR des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2019 ; Monsieur Mamadou Felwine SARR, matricule de solde no 609 967/E, Enseignant Chercheur à l'UFR de Sciences Economiques et de Gestion de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2017 ; Madame Ndeye Mery DIA, matricule n° 605 988/B, Enseignante à l'UFR des Sciences de la Santé de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis, est nommée dans les fonctions de Professeur titulaire à compter du 1er octobre 2019 ; Monsieur Ibrahima KONATE, matricule de solde n° 605 987/C, Enseignant à l'UFR des Sciences de la Santé de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis, est nommé dans les fonctions de Professeur titulaire à compter du 1er octobre 2016 ; Monsieur Adama KANE, matricule de solde n° 605 985/E, Enseignant à l’UFR des Sciences de la Santé de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis, est nommé dans les fonctions de Professeur titulaire, à compter du 1er octobre 2016 ; Monsieur Abdoulaye NDOYE DIOP, matricule de solde no 605 986/ D, Enseignant Chercheur à l'UFR des Sciences de la Santé de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis est nommé dans les fonctions de Professeur titulaire de classe normale, pour compter du 1er octobre 2016

Revue de Presse Ahmed Aidara du Jeudi 31 Décembre 2020 sur Zik Fm

La revue des titres avec Ahmed Aidara du jeudi 31 Décembre 2020

lundi 28 décembre 2020

SENEWEB. Le jeune anglais qui a ému Sadio Mané Buteur ce dimanche avec Liverpool, Sadio Mané a égalé le nombre de buts de Luis Suarez. Le Sénégalais a mis fin aussi à une série de 9 matches sans but à Anfield. Mais ce qui a le plus marqué l'attaquant sénégalais, c'est hors des pelouses anglaises. Sadio a été touché par l'affection portée par un fan anglais sur Twitter. Un jeune garçon qui est prêt à changer de nationalité pour imiter son idole. "il aime tellement Sadio Mané qu'il veut jouer pour Liverpool et l'équipe du Sénégal. Sa tante lui a offert le maillot (des Lions) et les chaussures assorties comme cadeau de noël", a publié un internaute sur Twitter. Sadio Mané a reposté la photo avec le commentaire: "bien joué petit". Well done boy ??????????????????????? https://t.co/5Uazz82SaN — Sadio Mane #SM10 (@SadioMane10FP) December 27, 2020

COMMENTAIRE. Aet il y a 6 heures (10:12 AM) Comme quoi, on ne nait pas raciste

APS. Alerte Vent fort sur l'axe Dakar-Petite Côte L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) alerte sur un vent "momentanément assez fort" de secteur nord pouvant atteindre ou dépasser 40 km/h sur Dakar et la Petite Côte, à partir à 16 heures. Cette situation sera de mise jusqu’au lendemain mardi à 6 heures, précise l’ANACIM dans un bulletin spécial.

La revue des titres en wolof sur Sentv

REVUE DE PRESSE Zik Fm Du Lundi 28 Décembre 2020 JOURNAL ZIK FM

mercredi 23 décembre 2020

🛑[News] Suivez Revue/titres & Journal Français | Yacine & Fabrice Nguema...

Avenue au nom de Macky Sall: Mary Teuw Niane tire sévèrement sur Mansour Faye La volonté affichée par le maire de Saint-Louis de rebaptiser l'avenue Charles De Gaulle au nom du Président Macky Sall n'en fini pas d'irriter des habitants de la région nord. Cette fois-ci, c'est au tour de l'ancien ministre de l'Enseignement supérieur d'élever la voix pour s'insurger contre l'initiative de Mansour Faye. Voici l'intégralité de son post Facebook. "Les petites gens peuvent avoir de grandes idées par contre les gens petits ont toujours de petites idées. Comment, à la fin de cette année 2020, penser un seul instant donner le nom d’un monument, d’une place, d’une rue, d’une avenue, d’un bâtiment, d’une école, d’une université, etc. à un Président de la République en exercice. La reconnaissance que l’on peut lui apporter c’est de soutenir ses actions au service des populations, du pays et de l’Afrique. Lorsque le Président de la République aura quitté le pouvoir, alors viendra, en toute indépendance, en toute honnêteté et avec le détachement qui sied, le moment de la grande évaluation, de la reconnaissance éternelle, des lauriers, des couronnes serties d’or, de son nom attribué à des infrastructures emblématiques du pays et surtout cet amour, à nul autre pareil, d’un peuple qui porte un Président dans son cœur. Ce cofeel (amour/sympathie) que chacun cherche et que Dieu n’attribue qu’à certaines personnes parmi nous. Les gens petits, ont perdu les rois, les empereurs du passé et les Présidents de la République de notre époque."

COMMENTAIRES Kakatar 2.0 il y a 13 heures (12:04 PM) HAHA "PETITES GENS" MDR MAIS QUEL PAYS JE PRENDS MON PIED LA WOYAYOYE ANA PAWLISH ?? KAY FI WAKHI DOF RÉPONDRE +0 -18 Signalier Permalink Reply_author il y a 8 heures (16:53 PM) ce que tu sais pas c'est qu'en te moquant du prof niane tu étales ton ignorance. vas fouiner un peu le français tu verras que gens au pluriel avec l'adjectif qualificatif épithéte devant est parfois féminin. gens - masculin ou féminin ? - cours les 'gens' : masculin ou féminin ? gens est féminin quand il est précédé d'un adjectif qualificatif épithète. on apprécie les bonnes gens. si l'adjectif qualificatif précédant immédiatement gens se termine par un 'e', il est donc le même tant au masculin qu'au féminin; dans ce cas, 'gens' est masculin. ecouter de tels honnêtes gens est un plaisir. ("honnêtes" se termine par "e" au masculin et au féminin, "tels" se met au masculin). si cet adjectif est lui-même précédé d'un pronom relatif interrogatif (qui, quel...) ou exclamatif (quel...!), ce pronom prend le genre de l'adjectif. quels honnêtes gens ! de quelles gentilles gens vous parlez ? les adjectifs ou pronoms placés avant "gens" sont féminins ; en revanche, ceux placés après sont masculins. toutes ces bonnes gens parmi lesquels j'ai grandi sont vertueux. quand on a plusieurs adjectifs avant gens, le genre de tous ces adjectifs est déterminé par celui qui le précède immédiatement. quels bons, gentils et braves gens ! ("braves" est masculin, "quels", "bons" et "gentils" se mettent au masculin aussi). le pronom "tout" placé seul avant "gens" se met au masculin sources: françaisfacile.com

Communiqué du Conseil des ministres du 23 Décembre 2020 Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres ce mercredi 23 décembre 2020 au Palais de la République. A l'entame de sa communication, le Président de la République a souhaité un Joyeux Noël à la communauté Chrétienne. Il a dans ce contexte, demandé au Gouvernement, en parfaite concertation avec le Clergé catholique, de prendre toutes les mesures d'accompagnement et de soutien nécessaires, en vue du bon déroulement des célébrations de Noël sur l'ensemble du territoire national. Abordant la question liée à la pandémie de la Covid-19, le Chef de l'État rappelle au Gouvernement et aux populations, l'impératif de réduire au strict minimum, les déplacements, réunions et rassemblements en faisant toujours observer la distanciation physique, le respect strict des gestes barrières et du port obligatoire du masque. Le Président de la République a également encouragé les personnels de santé et demande au Ministre de la Santé et de l'Action sociale de veiller au renforcement permanent de leur protection et à leur motivation durant ce contexte de rebond de la pandémie de la COVID-19. Le Chef de l'État a notamment insisté sur la nécessité de redoubler de vigilance au niveau de l'Aéroport International Blaise Diagne de Diass ainsi qu'au niveau de nos frontières. Poursuivant sa communication, le Président de la République a informé le Conseil avoir reçu le vendredi 18 décembre, une délégation représentative du "Caucus des Femmes Leaders", venue faire le plaidoyer pour la participation notable des femmes à la vie politique. A ce propos, le Chef de l'État demande au Gouvernement d'accroître, davantage, le soutien de l'État aux initiatives des femmes, et d'engager la mise en œuvre des diligences nécessaires au renforcement de la santé maternelle, de l'éducation et de la formation des femmes, de même que de la lutte contre les violences et discriminations en leur endroit. Le Président de la République a en outre indiqué toute l'importance qu'il accorde à la promotion des femmes, notamment dans les Institutions nationales et locales. Il a à ce sujet exhorté le Gouvernement à accentuer l'autonomisation économique des femmes par la mobilisation des dispositifs d'encadrement et de financement souples et efficaces. Le Chef de l'État demande, enfin, au Ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants d'évaluer et d'actualiser la Stratégie nationale d'Equité et d'Egalité de genre. Abordant la question liée à la publication du rapport de l'Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE) 2019 et du suivi des recommandations et de réformes engagées dans le secteur extractif, le Président de la République se félicite de la publication régulière de ce rapport. Il a, ainsi, rappelé au Gouvernement son attachement permanent à la transparence dans la gouvernance des ressources minières, pétrolières et gazières du Sénégal, à travers les évaluations (nationale et internationale) régulières et indépendantes. Le Chef de l'État a dès lors demandé au Gouvernement de mettre en œuvre les recommandations du Rapport 2019 de l'ITIE, ainsi que l'application des réformes législatives et réglementaires dans les secteurs miniers, pétroliers et gaziers ce qui permettra au Sénégal d'effectuer avec succès sa seconde validation internationale en mai 2021. Le Président de la République a enfin insisté, en particulier sur l'urgence d'assurer l'application effective et intégrale de la loi numéro 2019-04 du 1er février 2019 sur le contenu local dans le secteur des hydrocarbures, mais également de développer la Responsabilité sociétale d'Entreprise (RSE) des entreprises minières, pétrolières, gazières et celles évoluant dans le secteur des Pêches et de l'Economie maritime. Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Chef de l'État a insisté sur la nécessité d'une régulation systématique des sites d'informations qui si on n'y prend garde risquent de porter fortement atteinte à la cohésion nationale, à l'image de l'État ainsi qu'à l'ordre public. Le Président de la République a, en conséquence, demandé au Ministre de la Culture et de la Communication, en relation avec le CNRA, de renforcer la sensibilisation des acteurs de la presse en ligne en vue de préserver nos valeurs culturelles, d'une part et de veiller au traitement professionnel de l'information d'autre part, conforment aux dispositions du Code de la Presse. Le Chef de l'État a clos sa communication sur son agenda diplomatique. Au titre des Communications, -le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ; -le Ministre de la Santé et de l'Action sociale a fait une communication sur la situation de la pandémie Covid-19 ; -le Ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l'arachide ; -le Ministre de l'Elevage et des Productions animales a fait une communication sur la situation du ranch Djibo Leyti KA de Doli. Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté : -le projet de loi relatif aux contrats de partenariat public-privé ; -le projet de décret portant approbation des statuts de la Société nationale "Sociétés des Mines du Sénégal" (SOMISEN-SA). Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : Monsieur Mamadou Mamoudou SALL, Docteur en Droit des Affaires, matricule de solde n°657.637/B, précédemment Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal au Qatar, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès du Serviteur des Deux Saintes Mosquées, Sa Majesté Salman Bin Abdulaziz AL-SAOUD, Roi d'Arabie Saoudite, en remplacement de Monsieur Cheikh Tidiane SY ; Monsieur Mouhamed Habibou DIALLO, titulaire d'un Doctorat en Mathématiques, matricule de solde n°709.053/R, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de son Altesse Cheikh Tamim Bin Hamad AL THANI, Emir de l'État du Qatar, en remplacement de Monsieur Mamadou Mamoudou SALL, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Abdoulaye BARRO, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°604.450/K, précédemment Ambassadeur, Représentant permanent adjoint de la République du Sénégal auprès de l'Organisation des Nations Unies à New York, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Sa Majesté Al-Sultan Abdullah Ri'ayatuddin Al-Mustafa Billahi Shah ibni Almarhum Sultan Haji Ahmad Shah Al-Musta'in Billah,Yang Di-Pertuan Agong XVI, Roi de Malaisie, avec résidence à Kuala Lumpur ; Monsieur Adama DIEYE, Chancelier des Affaires étrangères, de classe exceptionnelle, matricule de solde n°505.369/D, est nommé Consul général de la République du Sénégal à Guangzhou (République populaire de Chine), en remplacement de Monsieur Mouhamadou El Bachir DIACK, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Mamadou Bamba NDIAYE, Consultant, est nommé Président du Conseil d'Administration de la Société des Mines du Sénégal (SOMISEN-SA) ; Monsieur Ousmane CISSE, Ingénieur Géologue, matricule de solde n° 604507/B, est nommé Directeur général de la Société des Mines du Sénégal (SOMISEN-SA) ; Monsieur Abdou DIOUF, Ingénieur Statisticien Economiste, précédemment Directeur de l'Ecole nationale de la Statistique et de l'Analyse Economique de Dakar, est nommé Directeur général adjoint de l'Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), poste vacant ; Pour compter du 01 octobre 2019, les enseignants-chercheurs de l'UFR des Sciences et Technologies dont les noms suivent : Abdoulaye GASSAMA, matricule de solde no 168 133/B ; Moctar CAMARA, matricule de solde n° 176 132/Z ; Chérif BALDE, matricule de solde no 173 147/G. sont nommés professeurs titulaires à l'Université Assane SECK de Ziguinchor. Fait à Dakar le 23 Décembre 2020 Le Ministre des Collectivités Territoriales du Développement et de l'aménagement des territoires, Porte-Parole du Gouvernement Oumar GUEYE

Direct: Place de la Nation : Manifestation des acteurs culturels

REVUE DE PRESSE Zik Fm Du MERCREDI 23 DECEMBRE 2020 Par Ahmed Aidara.mp4

Revue des Titres Ahmed Aidara du Mercredi 23 Décembre 2020 sur Sen Tv

mardi 22 décembre 2020

Voici la femme que toutes les femmes doivent connaitre

Covid-19 : "Le Sénégal peut être fier de sa gestion de la pandémie" (Pr Raoult) Grand défenseur de l'utilisation de la chloroquine face au Covid-19, le professeur français Didier Raoult, devenu une personnalité médiatique, donne son avis sur la gestion de la pandémie au Sénégal. "Le Sénégal peut être fier de la manière dont il a géré cette crise sanitaire. Un bon travail a été fait", se réjouit-il, dans un entretien accordé au quotidien national Le Soleil.

Pr Didier Raoult : "J'ai failli me noyer deux fois à Dakar où je suis né" SENEWEB Le Professeur Didier Raoult garde des liens forts avec le Sénégal où il a grandi. En effet, l'infectiologue est né à l'hôpital Principal de Dakar, avant de quitter la capitale sénégalaise à 9 ans. Du quartier du Plateau et de la plage d'Anse Bernard, Raoult, dans un entretien avec Le Soleil, dit avoir gardé des "souvenirs attachants" de son pays natal. "Je me rappelle que mon père nous amenait tous les dimanches à Popenguine. En tant que nutritionniste, il essayait d'introduire de nouveaux nutriments dans les aliments des habitants des villages de cette zone et essayait de voir si ces aliments seraient acceptés et tolérés", informe-t-il. Et d'ajouter : "J'avais la notion du terrain concret en allant dans ces villages. Nous avons aussi mené une étude dans deux villages (…) Mais, nous n'avons pas continué l'étude car ce n'était plus possible de faire la comparaison". Raoult, nostalgique, de poursuivre : "L'autre souvenir que je garde du Sénégal, c'est que j'ai failli me noyer à deux reprises à la plage Anse Bernard"

Revue De Presse Zik Fm Du Mardi 22 Decembre 2020 Par Ahmed Aidara.mp4

Revue des Titres Ahmed Aidara du Mardi 22 Décembre 2020 sur Sen Tv

dimanche 20 décembre 2020

Thiès : Explosion d’un puits de Gaz dans le Notto Gouye Diama Par: Ndeye Astou KONATÉ (correspondante) Thiès - Seneweb.com | 19 décembre, 2020 Réveil brutal pour les populations du village de Ngadiaga dans la commune de Notto Gouye Diama. En effet, tout est parti d’une exposition d’une conduite de gaz dans l’usine Fortesa selon nos sources. « Malheureusement on s’est réveillé avec une catastrophe qui est en train de se passer. Il y a un puits de gaz qui a explosé ce matin vers les coups de 09 h. Actuellement, tout le village est en danger. Certains ont quitté leurs maisons pour sauver leur peau par peur d’inhaler le gaz», témoigne Mame Samba Ngadiga, membre du collectif pour les intérêts de Ngadiaga. Les sapeurs-pompiers et la gendarmerie sont sur place, mais les soldats du feu n’arrivent pas à maitriser le feu. Selon les populations sur place, il y a un employé de l’usine qui s'en est sorti avec des blessures et qui se trouve présentement à l’hôpital. Les dégâts matériels sont énormes aussi. " A Ngadiaga, si l’on vous dit qu’il y a une entreprise qui produit du gaz, vous n’allez pas nous croire. Cela parce que les habitants ne se retrouvent pas dans cette entreprise qui ne fait rien pour les populations autochtones. Ici, il n’y a même pas d’eau potable ni un poste de santé et pourtant cette usine pouvait prendre tout cela en charge. Cette usine exploite du gaz ici depuis 1976 mais force est de reconnaitre nous sommes en danger", confie-t-on. " Récemment on a tenu une manifestation pour alerter, aujourd’hui l’histoire nous a donné raison" , conclut Mame Samba Ngadiga qui annonce une grande manifestation après la maitrise des flammes

mercredi 16 décembre 2020

Gadgets alcoolisés pour enfants : Les non-dits d’une affaire suspecte Par: Marième Birame BA - Seneweb.com Une affaire de gadgets alcoolisés pour enfants commence à défrayer la chronique depuis ce mercredi matin. Il s’agit de gadgets contenant un liquide qui a une saveur d’alcool. Et un vendeur a déjà été arrêté, informait Seneweb un peu plus tôt. En fait, tout est parti le lundi 14 décembre 2020. Ce jour-là, le Commissariat central de Rufisque a été saisi par un élément de l'antenne du Service de renseignement de la Police de cas présumés d'ivresse d'enfants survenu le vendredi 11 décembre 2020 au crépuscule à Diokoul Rufisque. Ce, suite à la consommation d'un produit alimentaire conditionné dans de petits pistolets factices. Des recoupements sommaires ont été faits auprès de la mère des enfants. Cette dernière a affirmé qu'après la consommation du produit alimentaire, un de ses deux enfants s'est enivré et le second a dormi pendant longtemps. L'agent de Police a également mis à disposition deux paquets dudit produit contenant chacun 22 pistolets factices dont chacun est cédé à 100 francs, à en croire toujours la source de Seneweb. En tout état de cause, le Laboratoire d'Analyses et de Contrôle sis à la Direction du Commerce Intérieur a été saisi pour des analyses sur ce produit dénommé "Spray Candy" fabriqué en Côte d'Ivoire sous le label Made in China. D’après nos sources, la direction du Commerce a déclaré que le produit suspecté contient bien de l'alcool à six degrés (6°). En plus, il a été frauduleusement introduit au Sénégal et commercialisé, d’après toujours notre interlocuteur qui reprend toujours la version du département du Commerce. Hier, des commerçants ont été entendus au Commissariat de Rufisque. Il s’agit d’un boutiquier, d’un grossiste libanais, d’une dame fournisseuse. Cette dernière, après son interpellation, a conduit les enquêteurs à son grossiste établi à Cambérène. Et à l'occasion, le grand commerçant, repéré par la Direction du Commerce Intérieur complètera le groupe. Le présumé coupable qui est en même temps un agent commercial se nomme H. K. Il est domicilié au Point E. Le susnommé est le fournisseur de la boisson incriminée "Spry Candy". La perquisition effectuée dans son dépôt sis à Cambérène n'a pas permis de trouver le produit, qu'il dit avoir tout écoulé dans le marché, il y a de cela quelques mois. L’homme travaille avec un individu de nationalité guinéenne du nom de Barry, sans autres précisions. C’est ce dernier qui lui fournit la boisson depuis un an. Il soutient avoir ignoré la composition du produit. Pour l’heure, l'enquête ouverte suit son cours. Mais la question qui taraude est de savoir comment ce produit prohibé a atterri au Sénégal et échappé à la vigilance de la Direction du Commerce et de la douane sénégalaise?

Communiqué du conseil des ministres du mercredi 16 Décembre 2020 Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres ce mercredi 16 décembre 2020 au Palais de la République. A l'entame de sa communication, le Président de la République a indiqué au Gouvernement l'impératif d'adopter de nouvelles mesures sécuritaires et sanitaires afin de limiter la propagation actuelle de la pandémie de la COVID-19. A cet égard, le Chef de l'État, demande au Ministre de la Santé et de l'Action sociale de réactiver les Centres de Traitement des épidémies (CTE) ; de remobiliser et motiver davantage les personnels de santé et ; surtout, de renforcer les services d'urgence et de réanimation dans les hôpitaux. Abordant la question liée au vote de la loi de finances pour l'année 2021 le Président de la République a félicité le Président de l'Assemblée Nationale, les Honorables députés, le Ministre des Finances et du Budget, le Ministre du Travail, du Dialogue social et des Relations avec les Institutions, et l'ensemble des membres du Gouvernement, pour le bon déroulement de la session budgétaire. Le Chef de l'État a indiqué au Gouvernement que l'année 2021 doit effectivement consacrer la relance de l'Economie nationale par un déploiement, en mode Fast Track du PAP 2A. Il a à ce sujet indiqué toute l'attention qu'il accorde à la transparence dans la gestion des affaires publiques, notamment dans l'exécution des marchés publics. Le Président de la République, demande dès lors, à chaque ministre, de veiller aux publications des Plans et Avis généraux de Passation des marchés conformément aux procédures et délais prescrits dans le Code des Marchés publics. Il a rappelé que la gestion axée sur les résultats (GAR) doit demeurer une priorité centrale du Gouvernement. Poursuivant sa communication, le Chef de l'État a informé le Conseil, avoir examiné la synthèse des rapports annuels (2018-2019) de l'Autorité de Régulation des Marches Publics (ARMP). Il a, à ce propos, apprécié particulièrement, le taux très satisfaisant de mobilisation et de consommation des crédits (3111 milliards cumulés sur les 2 exercices) par les structures ministérielles, mais également l'amélioration notable des délais de paiement des marchés publics (71 jours sur une norme internationale de 90 jours). Il a rappelé, la nécessité de la mise en place d'un système d'archivage (papier et numérique) performant des documents et pièces justificatives à détenir par les autorités contractantes. Abordant la place des systèmes financiers décentralisés (SFP) dans le développement socio-économique du Sénégal, le chef de l'État a informé le Conseil de l'audience qu'il a accordée à l'Association des Professionnels des Systèmes Financiers décentralisés (APSFD). Il a à cet égard magnifié le rôle de premier plan des acteurs de la microfinance dans le développement national et la création d'emplois : 8000 emplois directs et 430 milliards d'encours de crédits au 30 septembre 2020. Le Président de la République félicite les différentes composantes de ce secteur dynamique et stratégique, dont la place dans la relance de l'économie nationale, doit être renforcée par un encadrement soutenu et un accompagnement adéquat du Gouvernement. Le Chef de l'État demande, dès lors, au Ministre des Finances et du Budget et au Ministre de la Microfinance et de l'Economie sociale et solidaire en relation avec la BCEAO, de prendre les dispositions réglementaires et fiscales nécessaires pour une baisse, à court terme, des taux d'intérêt débiteurs appliqués au niveau des institutions de microfinance. Le Président de la République indique, par ailleurs, au Gouvernement, la nécessité de vulgariser, dans nos langues nationales, le Programme d'inclusion financière. Il s'agit d'accentuer l'éducation financière des femmes et des jeunes, à travers le soutien et le renforcement en ressources des Mutuelles d'épargne et de crédit (MEC) installées en milieu rural. Le Chef de l'État a demandé, enfin, aux Ministres en charge des Finances et de l'Economie Solidaire d'assurer la mise en œuvre optimale de la stratégie de développement du Fonds National de la Microfinance (FONAMIF) qu'il a déjà validée. Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Président de la République invite le Gouvernement à consolider un dialogue social permanent avec les syndicats d'enseignants afin d'assurer la stabilité durable du système éducatif et d'enseignement supérieur. Le Chef de l'État a enfin, invité le Gouvernement à veiller à la maitrise des dépenses liées au paiement régulier des bourses ainsi qu'à l'optimisation de la gestion budgétaire et financière des universités et centres des œuvres universitaires. Abordant la gestion de l'hydraulique rurale et l'amélioration de la distribution de l'eau potable, le Président de la République a demandé au Ministre de l'Eau et de l'Assainissement de finaliser son évaluation en veillant à la préservation des acquis du système national de production et de distribution de l'eau potable en milieu urbain et rural. Le Chef de l'État a clos sa communication sur son agenda diplomatique. Au titre des Communications, -le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ; -le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur la session budgétaire 2021 et sur l'exécution budgétaire 2020 ; -le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur a fait une communication sur la situation internationale ; -le Ministre de l'Economie, du Plan et de la Coopération a fait une communication relative à la tenue de la table ronde avec les partenaires au développement sur le PACASEN Rural ; -le Ministre de la Santé et de l'Action sociale a fait une communication sur la situation de la pandémie Covid-19 et sur le rôle important des radiophysiciens dans la prise en charge du cancer ; -le Ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l'arachide ; -le Ministre de la Microfinance et de l'Economie sociale et solidaire a fait une communication sur le secteur de la microfinance au Sénégal ; -le Ministre auprès du Président de la République en charge du suivi du Plan Sénégal Emergeant a fait le point sur les projets phares du PSE. Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté : -le projet de loi modifiant la loi n°69-29 du 29 avril 1969 relative à l'état d'urgence et à l'état de siège ; -le projet de loi relatif à l'architecture et à l'exercice de la profession d'architecte. Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : Monsieur Mor Khoudia GUEYE, Inspecteur de l'Education populaire, de la Jeunesse et des Sports principal, matricule de solde n° 510 8317/H, précédemment Directeur de la Jeunesse et des Activités Socio-éducatives, est nommé Secrétaire général du Ministère de la Jeunesse, en remplacement de Monsieur Gabriel Luciano PREIRA, admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite ; Monsieur Jean Peerters, ancien Président de l'Université Bretagne-Sud, est nommé Président du Conseil d'Administration du Campus franco-sénégalais (CFS) ; Monsieur Serigne Magueye GUEYE, Professeur titulaire des universités, matricule de solde n° 102 389/A, est nommé Directeur général du Campus franco-sénégalais (CFS) ; Monsieur Babacar SENE, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 613.302/C, précédemment Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 1 de Kaffrine, est nommé Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 2 de Kaffrine ; Monsieur Cheikh Mbaye SECK, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 518. 507/Z, précédemment Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 1 Youssou Mbargane DIOP de Rufisque, est nommé Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 1 Roi Baudoin, en remplacement de Madame Ramata DANFAKHA, appelée à d'autres fonctions ; Docteur Cheikh Sidy Ahmed Bécaye NIASS, chirurgien-dentiste, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 603.207/Z, précédemment Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 1 de Sédhiou, est nommé Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 1 de Richard Toll, en remplacement de Monsieur Moussa SENE, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Moussa SENE, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 513.935/D, précédemment Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 1 de Richard Toll, est nommé Directeur du Centre hospitalier Régional la Paix de Ziguinchor, en remplacement de Abdoulaye FALL, admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite ; Monsieur Mamadou NDIAYE, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 517.291/Q, précédemment Directeur du Centre hospitalier Régional de Ourossogui, est nommé Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 1 Youssou Mbargane DIOP de Rufisque, en remplacement Monsieur Cheikh Mbaye SECK, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Bocar SOW, Administrateur des services de santé, matricule de solde 607.743/G, précédemment Directeur du Centre hospitalier régional de Matam, est nommé Directeur du Centre hospitalier régional Heinrich LÜBKE de Diourbel, en remplacement de Monsieur El Hajj Amadou DIENG, appelé à d'autres fonctions ; Docteur El Hajj Amadou DIENG, Médecin, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 613.774/D, précédemment Directeur du Centre hospitalier régional Heinrich LÜBKE de Diourbel, est nommé Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 2 de Kédougou ; Docteur Moustapha SOURANG, Médecin, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 600.825/E, précédemment Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 1 de Ndamatou, est nommé Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 3 de Touba ; Docteur Ibrahima KA, Professeur agrégé de Chirurgie générale, Enseignant à la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d'Ontologie de l'Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, matricule de solde n° 622.404/B, précédemment en service à l'Hôpital général Idrissa POUYE de Dakar, est nommé Directeur du Centre national d'Oncologie de Diamniadio (CNOD) ; Monsieur Samba GUEYE, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 607.735/D, précédemment Directeur du Centre hospitalier régional de Ndioum, est nommé Directeur du Centre hospitalier national psychiatrique de Thiaroye, en remplacement de Monsieur Ousmane SECK DAME, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Ousmane SECK DAME, Administrateur des services de santé, matricule de solde 603 046/G, précédemment Directeur du Centre hospitalier national Psychiatrique de Thiaroye, est nommé Directeur de l'Etablissement public de Santé de niveau 2 de Sédhiou ; Docteur Aladji Arona NDIAYE, Chirurgien-dentiste, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 603.201/F, précédemment Chef de la Division Planification, Etudes et Suivi-évaluation à la Direction des Etablissements publics de Santé, est nommé Directeur du Centre hospitalier régional de Matam, en remplacement de Monsieur Bocar SOW, appelé à d'autres fonctions ; Docteur Ousmane GUEYE, Chirurgien orthopédiste, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 622.557/A, précédemment Chef de service au Centre Hospitalier Matlaboul Fawzeïni de Touba, est nommé Directeur du Centre hospitalier Régional de Ourossogui, en remplacement de Mamadou NDIAYE, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Abdoulaye SENE, Administrateur des services de santé, matricule de solde n° 607.742/H, précédemment Chef des services administratifs et financiers du Centre hospitalier national de Fann, est nommé Directeur du Centre hospitalier Régional de Ndioum, en remplacement de Samba GUEYE, appelé à d'autres fonctions ; Colonel Boucar NDIAYE, Conservateur des Parcs nationaux, matricule de solde n° 510 884/Z, précédemment Directeur des Parcs nationaux, est nommé Directeur de la Planification et de la Veille environnementale au ministère de l'Environnement et du Développement durable, en remplacement du Colonel Ibra Sounkarou NDIAYE, appelé à d'autres fonctions ; Colonel Bocar THIAM, Conservateur des Parcs nationaux, matricule de solde n° 502 533/B, précédemment Directeur des Aires marines communautaires protégées, est nommé Directeur des Parcs nationaux au ministère de l'Environnement et du Développement durable, en remplacement du Colonel Boucar NDIAYE, appelé à d'autres fonctions ; Commandant Mamadou SIDIBE, Conservateur des Parcs nationaux, matricule de solde n° 510 887/C, précédemment Chef de la Division Zones humides à la Direction des Parcs nationaux, est nommé Directeur des Aires marines communautaires protégées au ministère de l'Environnement et du Développement durable, en remplacement du Colonel Bocar THIAM, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Théodore Adrien Sadio NDIAYE, Inspecteur principal de l'Education Populaire, de la Jeunesse et des Sports, matricule de n° 632 058/B, précédemment Conseiller Technique, est nommé Directeur de la jeunesse et des activités socio-éducatives au Ministère de la Jeunesse, en remplacement de Monsieur Mor Khoudia GUEYE, appelé à d'autres fonctions ; Docteur Saliou NGOM, Maître de recherches, matricule de solde n° 917 223/L, précédemment Directeur du Laboratoire national des Recherches sur les Productions végétales de l'Institut sénégalais de Recherches agricoles (ISRA), est nommé Directeur de la Protection des Végétaux (DPV du ministère de l'Agriculture et de l'Equipement rural, en remplacement du Docteur Emile Victor COLY admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite. Fait à Dakar le 16 décembre 2020 Le Ministre des Collectivités Territoriales du Développement et de l'aménagement des territoires, Porte-Parole du Gouvernement Oumar GUEYE

Revue de Presse Ahmed Aidara du Mercredi 16 Décembre 2020 sur Zik Fm

Revue des Titres Ahmed Aidara du Mercredi 16 Décembre 2020 sur Sen Tv

lundi 14 décembre 2020

Exclusif.net. Pardonnez-moi Prési ! Parce que j'étais heureux et j'ai dansé le jour de votre chute( Papa Makhtar Diallo) Oui, pardonnez-moi, parce que j'étais heureux et j'ai dansé le jour de votre chute. Pardonnez moi parce que ce jour là, je n'avais pas retenu les universités et écoles érigées. Je ne me rappelais non plus de toutes ces infrastructures créées (autoroute, hôpitaux, échangeurs...) J'avais même oublié jusqu'aux Cases des touts petits, les centres de santé élevés... J'ai aussi eu à nier la liberté d'expression vitale, la sincère démocratie, la généralisation des bourses, l'égalité des chances, la parité fixe... J 'ai tout oublié de votre combat pour une Afrique unie, votre combat contre l'impérialisme barbare ; jusqu'à votre combat pour une justice indépendante et l'édification de l'État de droit j'avais oublié les jalons posés. Je vous présente mes excuses et vous exprime ma gratitude parce que je vous ai combattu sans savoir le pourquoi et je n'ai pas su vous défendre quand il le fallait. Pardonnez-moi ! Même si d'un autre côté je pensais bien faire en agissant aux côtés d'autres, tellement j'étais convaincu que la meilleure option c'était votre départ du pouvoir pour l'instauration d'un vrai et décisif changement. Aujourd'hui si c'était à refaire on ne m'y reprendrait et je ne ferai pas la même erreur assumée en agissant en aveugle sur la sphère politique. Assurément ! Car Prési rien n'a changé, à votre suite quand c'est votre successeur qui a finalement fait du "wax waxet" ; et avec lui c'est la dilapidation des ressources publiques qui continu, c'est la justice qui est instrumentalisée ; c'est la prison pour isoler ces adversaires politiques. Or nous n'avions juste voulu que le changement en optant pour l'alternance une seconde fois. Et ça s'est retourné contre nous. Les jeunes n'ont pas de boulots qu'on leur a promis. Les droits des travailleurs ne sont plus à négocier pour des conditions optimales de travail. Du jour au lendemain tout a changé radicalement changé mettant sous le boisseau 12 ans d'acquis occultés péremptoirement. La République des voleurs a détruit les valeurs de la République et dans le mauvais sens : en nous livrant pieds et points liés à l'occident, au capital financier étranger, au pouvoir des investisseurs accablants et surtout à la France ancienne tutelle coloniale. Nous en sommes là. Alors, face à cette situation je dis et je l'affirme : j'aurai encore préféré vous avoir VOUS au poste de commandement, malgré vos erreurs, malgré votre âge que vous portez très bien par ailleurs machala. En fait, ce qu'il y a dire c'est que, comme tout être humain, vous avez accumulé vos parts des erreurs de la vie, vous avez été tributaire de vos faiblesses ; mais, comme j'ai l'habitude de le dire, on apprend beaucoup de ses erreurs et les œuvres humaines si parfaites d'une personne noble sont à même d'effacer toutes ses faiblesses du passé. Tel est la foi de tout croyant qui aspire au généreux et beau pardon du divin : Sa Clémence recherchée à Allah SWT. Aujourd'hui je me sens responsable en partie de la situation que traverse notre beau pays doté en ressources précieuses par Dame Nature. Mon malheur comme celui de la majorité du peuple vient de notre naïveté à avoir cru à un trafiquant d'espoir. Comme beaucoup, j'ai voté pour lui, au lieu de m'astreindre une consigne de vote réfléchie et personnelle, croyant trop facilement aux idées qu'il véhiculait en toute démagogie. Mais aujourd'hui il est venu l'heure de faire son bilan comme vous dites, de passer au peigne fin sa gestion pendant qu'il est encore au pouvoir. En gros que reste-t-il de ses idées sur la bonne gouvernance sobre et vertueuse, à propos de la rupture qu'il présentait principe du "gagner ensemble gouverner autrement ensemble". Ce n'était en réalité que de la poudre au yeux au final. Aujourd'hui encore, les ressources minières sont vendangées, les ressources gazières et pétrolières sont en train d'être bradées aux moins disant, les ressources publiques sont dilapidées sur fond de scandales financiers jamais élucidés, la liberté d'expression bafouée en prend un sacré coup, la démocratie devient nuit et jour des salons de conspirateurs et des nids de coucous pour des espions anti-patrie confirmés. C'est à un désastre qu'on court en y concourant tous à ce rythme où le peuple des partisans et supporters se livre guéguerre permanente sur toutes les surfaces de communication, routes et rues y compris. Alors pardonnez à moi qui vous demande pardon humblement mon cher Papy, président de coeur à vie. Pour finir, permettez moi vous dire ceci en privé dans l'oreille de l'audient sage que vous êtes pour des millions de Sénégalais : «Vous êtes pour le Sénégal et l’Afrique, ce que Napoléon fut pour la France. À chaque fois que l’on eut besoin d’un homme et d’un seul, tous les esprits se sont tournés vers vous, Maître. Comme Roosevelt qui, en 1929, tira l’Amérique de la grande récession par la politique des grands travaux, vous avez mis le Sénégal sur orbite, pour en faire un pays émergent, grâce à vos vastes chantiers qui ont fini de redonner aux éléphants leurs couleurs naturelles». Vous devinerez aisément de qui peut-il s'agir pour vous élever à votre prééminence la plus digne qui soit, tout en paraphrasant le président actuel.

Revue des Titres Ahmed Aidara du Lundi 14 Décembre 2020 sur Sen Tv

Revue de presse zik fm du lundi 14 décembre 2020 par Ahmed Aidara

samedi 12 décembre 2020

Les Aventures de Tom l'Orphelin - FILM COMPLET en Français

Marie Aude Diop : "Comment j'ai connu Pape Bouba… Ma conversion à l'Islam…" Marie Aude Diop et Pape Bouba Diop se sont connus, il y a 18 ans : "J'ai rencontré mon mari grâce à un ami commun qui était capitaine de l'équipe de Lens, peu de temps avant qu'il n'aille à la Coupe du monde en 2002". Et d'ajouter dans Stades : "Après notre mariage, je l'ai suivi lorsqu'il est parti en Angleterre, en Grèce et en vacances lorsqu'il rentrait au Sénégal". Née à Lens, la veuve de Pape Bouba Diop est esthéticienne. Elle s'est convertie à l'islam et son nom musulman est Fatou Bintou Diop, SENEWEB

Mort du F Cfa : La France a franchi le dernier pas Par: Babacar WILLANE - Seneweb.com | 11 décembre, 2020 Arrivée de l'Eco après la mort du Francs Cfa La fin du Franc Cfa a été définitivement actée par Paris. L’Assemblée nationale a validé le projet de loi hier jeudi 10 décembre, après son adoption en conseil des ministres le 20 mai dernier. Et sans surprise, le projet de loi a confirmé les mesures phares qui ont été annoncées. Il s’agit du remplacement du Cfa par la monnaie Eco, du maintien de la parité fixe avec l’Euro, très décriée par une frange importante de la population ouest africaine. Cette loi met fin également à la centralisation des réserves de change au Trésor public français. Désormais, cet argent sera géré par la Bceao qui aura la latitude de le placer dans les banques de son choix un peu partout à travers le monde. De même, la France ne siègera plus aux instances de la Bceao. Cependant, il est peu probable que cette loi puisse calmer les anti-Cfa. Ils sont convaincus que cette ‘’transition’’ est le résultat d’une manœuvre de la France destinée à maintenir son influence sur les pays africains, francophones notamment. Un travail réussi avec la complicité de l’Ivoirien Alassane Ouattara qui, le 21 décembre 2019, a annoncé, à la surprise générale et à côté de Macron, que le F Cfa devient l’Eco

REVUE DE LA PRESSE DU 12 DÉCEMBRE 2020 AVEC NDEYE MARIEME NDIAYE.

Mbas Mi - Grosse révélation d'Omar Faye: "C'est LGBT qui fait la promoti...

vendredi 11 décembre 2020

Calendrier académique 2020/2021: Macky Sall fixe les trimestres et suspend les vacances scolaires de fin d’année Par: AWA FAYE - Seneweb.com | 11 décembre, 2020 La Covid-19 est encore passée par là. L’Etat du Sénégal vient de réajuster le calendrier pour l’année académique 2020/2021. Ainsi, le Président de la République Macky Sall a publié, ce vendredi 11 décembre, le décret relatif aux trimestres et à la durée des congés et vacances dans les établissements scolaires durant cette période. A l’en croire, l'année scolaire 2020/2021 démarre le jeudi 12 novembre 2020 à 08 heures et se termine le samedi 14 août 2021 à 12 heures. En ce qui concerne la durée des trimestres, le premier va du jeudi 12 novembre 2020 à 08 heures au samedi 30 janvier 2021 à 12 heures. Soit 361 heures. Le deuxième s'étale du jeudi 04 février 2021 à 08 heures au vendredi 30 avril 2021 à 12 heures. Soit 420 heures. Le troisième trimestre est programmé du jeudi 06 mai 2021 à 08 heures au samedi 14 août 2021 à 12 heures. Soit 482 heures. Ainsi, un total de 1265 heures est répertorié pour l’année scolaire. En outre, pour les vacances du premier trimestre, ils sont calés du samedi 30 janvier 2021 à 12 heures au lundi 8 février 2021 à 8 heures. Pour le deuxième, c’est du vendredi 30 avril 2021 à 12 heures au lundi 6 mai 2021 à 8 heures. Puis, les grandes vacances du personnel enseignant sont fixées du samedi 14 août à 12 heures au lundi 11 octobre à 8 heures et du samedi 14 août à 2021 à 12 heures au lundi jeudi 14 octobre 2021 à 8 heures pour les élèves. Le Chef de l’Etat de déclarer que la répartition des congés et vacances scolaires dans les établissements de formation professionnelle est fixée par arrêté du ministre compétent. Macky Sall a, toutefois, précisé que le ministre des Forces armées, le ministre de l’Education nationale et le ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion sont chargés chacun en ce qui le concerne de l’exécution du présent décret qui sera publié au journal officiel. Pour sa part, le ministre de l’Education Mamadou Talla a indiqué que les universités organisant leur propre découpage de l’année académique depuis l’entrée en vigueur du système Licence - Master - Doctorat (LMD), le présent décret ne dispose que pour les écoles et les établissements au titre de l’année scolaire 2020/2021. « L’année scolaire 2019 -2020 ayant subi les effets de la crise sanitaire, notamment dans le déroulement des enseignements apprentissages, sa prorogation était nécessaire entraînant ainsi des répercussions sur l’année scolaire 2020-2021. Dans ce sens, les dispositions du présent décret prévoient une révision des périodes classiques des congés de fin de trimestre et des vacances de fin d’année », a-t-il fait remarquer.

COMMENTAIRE Beuz Diop il y a 8 heures (16:13 PM) Y'a problm dans ce calendrier il faut bien l analyser...le deuxième trimestre démarre le 4 fèvrier alors les vacances du premier trimestre prennent fin le 8 février...donc ya problm

Revue des Titres Ahmed Aidara du Vendredi 11 Décembre 2020 sur Sen Tv

Revue de presse zik fm du vendredi 11 décembre 2020 par Ahmed Aidara

mercredi 9 décembre 2020

Communiqué du conseil des ministres du mercredi 9 Décembre 2020 Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres ce mercredi 09 décembre 2020 au Palais de la République. Poursuivant sa communication, le Chef de l'État est revenu sur la nécessité d'intensifier le déploiement du PSE Vert dans un contexte de montée en puissance de l'Agence Sénégalaise de la Reforestation et de la Grande muraille Verte. Il a, à cet égard, demandé au Ministre de l'Environnement et du Développement Durable et au Ministre des Finances et du Budget de prendre les mesures budgétaires et financières nécessaires à la réalisation accélérée des programmes de l'Agence sénégalaise de la Reforestation et de la Grande Muraille verte. À ce sujet, le Président de la République a rappelé au Gouvernement que l'objectif, sur la période 2020-2021, est de créer 2211 emplois verts pour renforcer la sensibilisation et l'appropriation par les populations du Programme national de Reforestation, qui matérialise la volonté du Sénégal de développer l'atténuation et l'adaptation face aux changements climatiques. Le Chef de l'État invite, dans le même élan, le Ministre de l'Environnement et du Développement durable à mettre en œuvre, après sa validation politique, le rapport de la Contribution Déterminée au niveau National (CDN) sur les changements climatiques. Sur la situation de la pandémie de la Covid-19, le Président de la République rappelle au Gouvernement, l'impératif d'accroître la vigilance et d'améliorer l'efficacité des dispositifs de sécurité publique et sanitaire afin d'assurer le respect par les populations des mesures barrières et du port obligatoire du masque dans les lieux et transports publics. Le Chef de l'État a, enfin, informé le Conseil qu'il présidera très prochainement une rencontre d'évaluation prospective de la stratégie de lutte contre la Covid-19. Abordant les conclusions de la réunion, qu'il a présidée le vendredi 04 décembre, relative au nouveau cadre juridique et institutionnel devant régir les PPP au Sénégal, le Président de la République a demandé au Gouvernement de toujours renforcer la place du secteur privé national dans l'exécution soutenue du PAP2A afin de consolider une économie forte, attractive, compétitive, inclusive et résiliante. Le Chef de l'État invite, dès lors, les Ministres en charge de l'Economie, des Finances et le Ministre, Secrétaire général du Gouvernement à intégrer, dans la cohérence et la pertinence juridique, les observations des parties prenantes publiques et privées, en vue de la présentation prochaine du projet de loi et de ses décrets d'application finalisés en Conseil des Ministres. Le Président de la République a, dans cette perspective, souligné que ce cadre innovant, qui va entrer en vigueur, nécessite une capacitation notable des acteurs, une évaluation précise des projets, dans le respect des procédures de passation des marchés et de signature des contrats. Le but est d'accélérer la réalisation, dans la transparence, des investissements publics, dans les délais prescrits, à la satisfaction des populations. Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Chef de l'État a informé le Conseil qu'il a remis, hier 08 décembre, le Prix Macky SALL, pour la Recherche initié par le Conseil Africain et Malgache pour l'Enseignement Supérieur (CAMES). Dans cette dynamique, le Président de la République s'est félicité des brillants résultats du Sénégal,75 candidats admis sur 85 présentés, au 20ème Concours d'agrégation de Médecine humaine, Pharmacie, Odontostomatologie, Médecine vétérinaire et Productions animales, session 2020. Le Chef de l'État a clos sa communication sur son agenda diplomatique. Au titre des Communications, - le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ; - le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur a fait une communication sur la situation internationale ; - le Ministre de la Santé et de l'Action sociale a fait une communication sur la situation de la pandémie Covid-19 ; - le Ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l'arachide ; - le Ministre de l'Eau et de de l'Assainissement a fait une communication sur le financement des projets de l'Organisation pour Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS) ; - le Ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l'Aménagement des Territoires, Porte-Parole du Gouvernement, a fait une communication sur le Projet de Protection Côtière de Saint Louis (PPCS) ; - le Ministre de l'Environnement et du Développement Durable a fait une communication sur la Contribution Déterminée au niveau National (CDN) ; - le Ministre du Commerce et des Petites et Moyennes entreprises a fait une communication sur la 13eme session des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine consacrée à la ZLECAf ; - le Ministre auprès du Président de la République en charge du suivi du Plan Sénégal Emergeant a fait le point sur les projets phares du PSE. Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté : - Le projet de décret portant réglementation de la desserte par voie aérienne, des zones pétrolières gazières et minières du Sénégal ; - Le projet de décret portant statut général des établissements publics de formation Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : Madame Khoudia DIAGNE, Conseillère aux Affaires culturelles, matricule de solde n° 615 451/J, précédemment Coordonnatrice de la Cellule des Etudes et de la Planification, est nommée Directeur des Arts au Ministère de la Culture et de la Communication, en remplacement de Monsieur Abdoulaye KOUNDOUL, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Germain COLY, Conseiller culturel, matricule de solde n° 516 898/C, précédemment Conseiller technique chargé de la Coopération, est nommé Directeur de la Cinématographie au Ministère de la Culture et de la Communication, en remplacement de Monsieur Hugues DIAZ, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Abdoulaye KOUNDOUL, Professeur d'Education artistique et musicale, matricule de solde n° 510 146/A, précédemment Directeur des Arts, est nommé Directeur général de la Compagnie du Théâtre national Daniel SORANO, en remplacement de Monsieur SahiteSarr SAMB, admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite ; Monsieur Ansoumane SANE, Titulaire d'un Master d'Etudes Diplomatiques supérieures, est nommé Directeur général du Grand Théâtre national Doudou NDIAYE Coumba Rose, en remplacement de Monsieur Keyssi BOUSSO, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Abdoulaye Racine SENGHOR, Professeur certifié de Lettres Modernes, précédemment Administrateur général du Monument de la Renaissance africaine, est nommé Président du Conseil d'Administration du Musée des Civilisations noires ; Monsieur Keyssi BOUSSO, Artiste Promoteur, est nommé Président du Conseil d'Administration de la Compagnie du Théâtre national Daniel SORANO, en remplacement Monsieur Alioune Badara BEYE, appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Hugues DIAZ, Conseiller aux Affaires culturelles, matricule de solde n°515 161/I, précédemment Directeur de la Cinématographie, est nommé Secrétaire général du Grand Théâtre national Doudou NDIAYE Coumba Rose, poste vacant. Fait à Dakar le 09 Décembre 2020 Le Ministre des Collectivités Territoriales du Développement et de l'aménagement des territoires, Porte-Parole du Gouvernement Oumar GUEYE

Le Dernier Cheyenne

GREVE DE LA FAIM POUR ASSANE DIOUF, EN DETENTION PREVENTIVE DEPUIS 6 MOIS Quand l’Etat exerce ‘’sa’’ violence Assane Diouf est en grève de la faim, depuis samedi, au Camp pénal de Liberté 6. Le prisonnier proteste contre sa longue détention préventive, entamée le 5 juin dernier et ses mauvaises conditions de détention. Ses avocats dénoncent une violence d’Etat. Baye Modou Fall alias ‘’Boy Djiné’’ n’est pas actuellement le seul détenu en grève de la faim. Assane Diouf est également dans la même situation, depuis samedi. Sous mandat de dépôt depuis le 5 juin dernier, pour provocation à un attroupement armé et outrage à agent, entre autres, M. Diouf a décidé d’observer une diète pour alerter sur son cas. Cette décision est fortement approuvée par ses conseils, pour qui leur client fait l’objet d’une ‘’violence d’Etat sans nom’’. ‘’La meilleure des preuves est qu’il est poursuivi pour des faits pour lesquels d’autres, bien avant lui, ont été tout simplement traduits en flagrant délit, alors que lui, on l’a amené en instruction et n’a jamais été entendu. C’est comme s'il était gardé en otage’’, dénonce Me Khoureyssi Ba. L’avocat indique que, quelques jours avant la fin de son mandat de dépôt, le détenu a subi une audition de façade avec des questions surréalistes, en déphasage avec ce qu’on lui reproche. Assane Diouf avait d’ailleurs, dit-il, exigé la production des supports matériels pour pouvoir se défendre. Ce qui lui a été refusé. Contacté par ‘’EnQuête’’, Lamine Guèye Ndiaye dénonce lui aussi que son oncle, qui devait être entendu quelques jours après sa détention, reste 6 mois en prison pour l’être. Pire, regrette le sieur Ndiaye, il est incarcéré à la prison de Liberté 6 dans une zone à haute sécurité, réservée aux criminels et terroristes, alors qu’Assane Diouf n’est qu’un activiste qui dénonce l’injustice. ‘’Ses avocats, Mes Clédor Ly et Khoureyssi Ba, ont introduit quatre demandes de liberté provisoire dont deux dans une même journée, sans succès. Ce qui prouve à suffisance qu’ils veulent bafouer ses droits, ce qui est inacceptable pour Assane Diouf qui a décidé d’entamer une grève de la faim depuis samedi. L’Etat du Sénégal sera tenu responsable de toutes les conséquences de cette décision’’, avertit Lamine Guèye Ndiaye. Une plainte annoncée contre le doyen des juges et le procureur D’ailleurs, Me Ba indique que le juge a pris une ordonnance de renvoi, alors que la chambre d’accusation doit statuer le 17 décembre prochain sur leur énième demande d’appel. Ce qui représente ainsi, à ses yeux, ‘’une violence d’Etat’’. Les conseils, qui n’entendent cependant pas baisser les bras, prévoient de peaufiner une plainte contre le doyen des juges d’instruction et le procureur. ‘’Cela ne peut pas continuer de garder les gens en otage et de bafouer leurs droits. Qu’on nous explique pourquoi quand Guy Marius Sagna ou Assane Diouf sont en instruction, on les amène au quartier de haute sécurité du Camp pénal de Liberté 6 ?’’, s’interroge l’avocat. En plus de la longue détention préventive, les proches d’Assane Diouf s’inquiètent également de son état de santé jugé dégradant. Certains parlementaires avaient d’ailleurs profité du passage du ministre de la Justice à l’hémicycle, pour alerter sur ses conditions de détention. ‘’Assane Diouf souffre gravement en prison. Ses conditions de détention sont très dures. Il est malade et il risque de subir l’amputation de l’une de ses jambes. Donc, libérez-le. Je pense qu’il a déjà payé sa dette’’, avait plaidé Mame Diarra Fam devant Me Malick Sall. A ce propos, le neveu Lamine Guèye Ndiaye révèle qu’Assane Diouf a été victime d’une double fracture, lors son dernier séjour carcéral à la prison de Rebeuss. Il est, par la suite, poursuit notre interlocuteur, resté sans soins, depuis sa détention au Camp pénal de Liberté 6. ‘’Il traine, en plus de cela d’autres maladies, ce qui fait qu’il a beaucoup maigri. Et l’Etat du Sénégal a préféré rester muet face cette situation. Il a jugé utile d’entamer cette grève au péril de sa vie. C’est un combat qu’il souhaite mener personnellement pour être rétabli dans ses droits. L’Etat sera alors responsable de toutes les conséquences de cette décision’’, prévient M. Ndiaye. Maitre Khoureyssi Ba trouve, lui, qu’Assane Diouf n’est plus trop jeune pour supporter les rigueurs carcérales. L’avocat reste cependant optimiste sur une prochaine programmation de son audience. Au cas contraire, croit-il savoir, la justice risque d’assumer la responsabilité de son décès. HABIBATOU TRAORE

Direct à l'UCAD : Echauffourées entre étudiants et forces de l'ordre

Voici la chronique du 09 décembre 2020 elle nous replonge dans certaines...

Revue de presse zik fm du mercredi 09 décembre 2020 par Ahmed Aidara

dimanche 6 décembre 2020

PAR AMADOU L. SALL – A LA JEUNESSE SÉNÉGALAISE, CELLE QUI VEUT ÉPOUSER LA MER POUR AVOIR ENFIN DES ENFANTS 3 Déc,2020 | Contribution1 | CONTRIBUTION – Pourtant notre pays n’est pas en guerre, mais ils partent comme s’ils étaient pourchassés. Aujourd’hui, notre actualité est engorgée, embouteillée, meurtrie par cette jeunesse – pas toute la jeunesse – qui se rue vers l’Europe glaciale, hystérique et inhospitalière. Elle s’y rue par des voies meurtrières avec tant de vies perdues, englouties, « sacrifiées » pour une cause plus indéfendable que défendable. Je n’ai pas sans doute la bonne réponse. Que ceux qui ont la réponse fassent plus preuve d’humilité et de responsabilité. Il est possible que l’État puisse être désigné comme le 1er coupable. L’État n’a pas d’alibi comme les autres. L’État est seul. L’État subit. L’État est toujours coupable. C’est aussi sa mission. Sa grandeur est de le reconnaître tout en bâtissant. Parce que l’État est le gardien de nos biens, il doit se résoudre à bien les utiliser et donner du travail à tous. Ce qui n’est humainement et structurellement pas possible. Mais tant pis pour lui ! C’est comme ça ! Il doit assumer, même si c’est injuste. Même si c’est impossible. Ce que même Dieu n’arrive pas à résoudre, l’État doit le résoudre. C’est comme ça ! Et on oublie toujours de dire que l’État, ce n’est pas uniquement et essentiellement l’autre. L’État, c’est chacune, chacun de nous. Mais on s’oublie. C’est plus commode. Le fer rougeoyant est toujours laissé entre les mains de l’État. Et il le tient, même s’il brûle ! C’est aussi sa mission. La posture qui consiste à prier Allah de gagner au loto… en oubliant d’aller acheter son ticket, est bien singulière dans notre pays. On peut donc gagner sans jouer ? D’aucun auront toujours le culot et la bave pour vous dire “oui, bien sûr que l’on peut gagner au loto sans jouer ! Vous avez vu tous ces politiciens quine foutent rien et qui sont devenus milliardaires au petit matin ? » Au Sénégal, dans notre si beau pays, les voies du seigneur sont sondables ! Le citoyen est roi ! Il dit tout. Dénonce tout. Se braque contre tout. Exige tout. Il a des droits et jamais des devoirs. Nous mesurons tous combien l’indiscipline et la violence menacent notre développement plus que toute autre forme de pauvreté ! Ne pas l’avouer, c’est choisir de jouer au muet. C’est plus reposant ! Revenons à cette jeunesse qui prend la mer pour vouloir et devoir combler une “mère”! Combler une mère n’a pas de prix. Je le confesse. Mais combler une maman ne veut pas dire la priver de sa chair et de son sang, c’est-à-dire de son enfant. Si elle pouvait savoir un seul instant qu’elle allait perdre son trésor – un fils est un trésor -, Elle hurlerait à réveiller les morts pour empêcher son enfant de partir pour ne plus revenir. Quand le sucre te dit-je pars rendre visite à l’eau, n’espère pas qu’il revienne. Vous êtes le sucre de votre maman. N’allez pas vous jeter dans la mer, en lui disant que vous reviendrez pour la rendre heureuse ! Elle prie, elle vend ce qu’elle possède de plus précieux, pour qu’enfin votre rêve de partir se réalise. Mais, elle ne sait pas que vous ne reviendrez plus et que votre rêve sera brisé par les flots. Si elle savait, vous n’auriez jamais quitté ses bras. Une tombe au fond de l’océan, n’est pas une réponse pour dire à maman “je t’aime et je veux te rendre heureuse ! ». Le bonheur d’une mère n’est jamais loin ! Pourquoi alors aller chercher si loin ? Peut-être qu’en disant tout cela, suis-je imprudent ou loin, très loin de connaître la psychologie humaine, pour comprendre les risques volontairement courus au risque de se tuer afin de servir ses géniteurs et les combler. Ce drame national que nous vivons est complexe. La seule réponse que l’on nous demande est de le résoudre, plutôt que de tenter de l’expliquer. On nous demande d’agir et non de piailler ! La réponse et les solutions, en vérité, n’incombent pas exclusivement à l’État et l’explication à la multitude. Nous devons tous nous rassembler autour de la réponse. Je crois très profondément que celle-ci n’est pas que dans la capacité financière de la puissance publique à trouver un emploi à tous et tout de suite. Certes, le travail est notre 1ère dignité. L’État doit y aider. Mais pas seul. Chacune et chacun de nous doit y mettre du sien. Je conclus : j’aurais dû commencer par ce qui m’a conduit à écrire cette humble et si frêle réflexion, quand il s’agit d’aborder un sujet aussi polémique, polémiste, sensible, douloureux. J’ai regardé une vidéo qui m’a été envoyée. Le brillant et si posé commentateur parle des Lions du football à la coupe du monde de 2002 et de leur légendaire victoire sur la France de Napoléon ! Il analyse cette victoire. Il évoque et décrit cette force de l’esprit qui a conduit l’équipe de Metsu à vaincre une équipe de France au zénith de sa gloire. À la jeunesse sénégalaise, en ces moments de deuil et d’errance, nous demandons d’écouter ce message qui explique cette conduite et cette transcendance des Lions du football pour vaincre ce qui apparaissait comme une montagne infranchissable ! Ce message peut aider. Ce message peut nous protéger. Ce message peut guérir. L’esprit est en effet notre meilleur refuge, quand tout semble s’écrouler. Ce message est le suivant :«… combien de fois on t’a fait douter sur tes capacités. Combien de fois as-tu reculé ?… ´Pour jouer dans la cour des grands, il faut arrêter de jouer les petits’… L’esprit, c’est de se voir grand… Ce qui compte, c’est de se voir comme un lion et non comme un chat…Quand je te vois, je vois un lion. Je vois un lion dans une cage qui ne demande qu’à sortir pour révéler son potentiel… Mais il n’y a que toi pour libérer le lion qui est en toi. Il n’y a que toi. » N’est-il pas beau ce message ? Croire en soi, c’est rester et faire face aux épreuves. J’en vois qui arrivent la hache à la main et la bave à la bouche et qui hurlent :«Non, ce qui est beau c’est de leur trouver du travail ! Tout le reste est… – je cherche le mot juste pas littérature, comme on a coutume de dire. La littérature est trop noble pour être ainsi minorée, voire insultée. Disons plutôt… « Tout le reste est de la politique » ! Que « la politique » me pardonne si je la désigne. Mais elle est plus habituée à l’offense et aux insultes. Elle est plus carapacée, plus flegmatique, même si elle sait être digne et hautement noble. Oui, la jeunesse a besoin certes de travail. Mais elle a aussi besoin d’un esprit puissant et conquérant qui puise sa force dans le don de soi, la foi en soi, la foi en son pays, sa terre natale, en ses propres capacités, sa propre dignité. Une jeunesse doit d’abord être armée. Pour aller au combat de la vie, il faut être armé. Et rien n’arme mieux que l’esprit ! Nos saints face à la barbarie coloniale, en ont donné la preuve ! Qui disait que « Le pouvoir est partout »? L’État seul ne détient pas seul le pouvoir. Chaque jeune sénégalais est un pouvoir. Utilisez-le pour servir votre pays et vous servir. Utilisez-le pour vaincre le mauvais infini. C’est comme le peuple. Il est insoluble ! L’État n’a aucune arme contre lui, sinon de servir, riche ou pauvre, le peuple ! Le vrai pouvoir c’est vous chère jeunesse et l’amour pour votre pays. Ne l’abandonnez pas ! Refusez de fuir. Prenons ensemble en charge notre destin en nous aidant les uns les autres. Ne laissons pas notre destin au seul État. C’est trop lourd à porter tout seul ! C’est « épaule contre épaule » que nous avançons mieux et vite. Si on laisse l’État être le seul et unique maître najeur, il sauvera 5 à 10 noyés et au bout des 100, il se noiera lui-même avec eux et sombrera, même si on dit que l’État ne sombre jamais. Elle est trop belle la jeunesse sénégalaise, trop digne, trop rebelle, trop entreprenante, ingénieuse, orgueilleuse, pour résister aux flots du lac de Guier jusqu’à bâtir à mains nues des canaux d’irrigation pour des champs et des champs de riz et de fruits jusqu’au pied au henné de nos mères si douces, silumineuses. Les pirogues cesseront leurs ballets meurtriers. Du pays natal, la jeunesse a juré d’assécher l’océan pour y bâtir champs, usines, maisons, foyer et enfant. Bâtissez pour vous et pour les générations futures ! L’argile est la mère du bronze, diton. Commençons ! Que Dieu garde le Sénégal !

NETTALI.COM – GRAVEMENT MALADE – L’ATHLÈTE KEN NDOYE LANCE UN CRI DU COEUR L’athlète sénégalaise, plusieurs fois championne d’Afrique, et détentrice d’une médaille mondiale, est aujourd’hui gravement malade. Ken Ndoye risque de franchir la dernière ligne droite de sa vie si l’Etat du Sénégal ne lui vient pas en aide. Aux débuts des années 2000, elle faisait partie des sportifs sénégalais qui ont réussi à hisser haut le drapeau sénégalais. Kene Ndoye est une ancienne athlète sénégalaise qui possède l’un des plus beaux palmarès dans ce sport. Elle est détentrice de treize (13) médailles d’or africaines et d’une médaille mondiale. Malade depuis 2012 Loin des pistes où elle dictait sa loi à ses adversaires, la “Lionne” des pistes est alitée depuis 2012. Pis, elle vit dans un dénouement total, laissée à elle-même et ne pouvant compter que sur sa mère qui la couche et la soulève. “Je suis malade depuis que je suis revenue au Sénégal. J’étais en Italie avant de revenir au Sénégal“, disait-elle. Le triste sort de la “Lionne” des pistes Rangée aux oubliettes, Kene Ndoye n’a reçu aucune assistance venant de la Fédération sénégalaise d’athlétisme ou du ministère du sport. “Je n’ai vu aucune assistance, ni du ministère ou de la fédération. La seule personne qui prend de mes nouvelles, c’est Jean Gomis (actuel Sg de la Fédération sénégalaise d’Athlétisme, ndlr). Le reste, je ne vois personne. C’est ma mère qui s’occupe de moi. C’est elle qui fait tout pour moi. Elle m’aide à me lever et à me coucher. Je la remercie vraiment“, confie-t-elle. Grosse révélation Kene Ndoye qui ne réclame qu’une reconnaissance de l’Etat sénégalais fait également une révélation de taille sur le non versement de ses primes par le ministère du Sport. “Je ne demande rien. Celui qui peut m’aider, il sera le bienvenu. Moi, ce que j’ai toujours réclamé, ce sont mes primes de 2006. Je n’ai jamais reçu de primes, malgré toutes les médailles que j’ai eues dans ma carrière, 13 médailles d’Afrique, 1 médaille mondiale et 2 médailles islamiques“, déclare-t-elle.

Triste sort pour Kene Ndoye : 13 médailles pour le Sénégal, malade et complètement délaissée Publié le 06/12/2020 à 16:52 - Mis à jour le 06/12/2020 à 16:52 Pendant que le Sénégal célèbre Pape Bouba Diop, un héros du football, une autre gloire dans une autre discipline (Kene Ndoye) risque de mourir dans le silence et le dénuement. Et pourtant, Kene Ndoye, ancienne athlète sénégalaise née le 20 novembre 1978 a fait rêver le Sénégal et l’Afrique. Deux fois championne d’Afrique de longueur 2000-2004, et du triple saut 2000-2004 et troisième du championnat mondial saut en 2003, Kene Ndoye a fait ses débuts en athlétisme avec une participation aux championnats d’Afrique de Dakar en 1998. Perdu de vue depuis des années, cette championne qui a marqué l’athlétisme sénégalais au début des années 2000 et qui a apporté 13 médailles pour le Sénégal, est terrassée depuis 2012 par une vilaine maladie qui l’oblige à rester au lit avec l’assistance unique de sa mère, renseigne Modou Guèye Seck, un proche de la famille. « Elle vit dans un dénouement total, laissée à elle-même et ne pouvant compter que sur sa mère qui la couche et la soulève. Sa situation actuelle est une honte pour le Sénégal », s’indigne Modou Guèye Seck. Ce dernier estime qu’il est temps de lui venir en aide car, elle a assez fait pour le Sénégal. « Qu’on n’attende pas qu’elle meurt pour lui rendre hommage : aidons la à retrouver sa santé, à défaut de lui payer ses primes de 2006 pour au moins soulager sa mère », a-t-il plaidé. Mis en ligne par Modou Mamoune Tine

KARINE - Film dramatique Sénégalais

xoumb té dagane 1 décembre 2020

xoumb té dagane 2 décembre 2020

mercredi 2 décembre 2020

: liberation.fr - Seneweb.com | Giscard et les Français, la grande incompréhension A son corps défendant, il est le président qui aura permis l'alternance. Mais, à la différence d'un Chirac, il n'aura surtout jamais su comprendre intimement le pays. Que restera-t-il de Giscard?? D’abord et avant tout, parce qu’on a parfois tendance à l’oublier, cette belle conviction européenne, portée haut jusqu’au bout de sa vie politique. Il y a aussi toutes ces réformes sociétales qu’il a rapidement mises en œuvre après son élection à la présidence de la République, en 1974. Majorité à 18 ans, remboursement de la pilule et, bien sûr, loi Veil sur l’avortement, à laquelle il a d’une certaine manière apporté «un soutien sans participation», avant de se l’approprier une fois votée. C’est le Giscard modernisateur, longtemps plus jeune président élu, avant qu’Emmanuel Macron ne le détrône. Valéry Giscard d’Estaing, un septennat et au revoir Mais ce Giscard-là, qui est aussi celui qui a séduit les Français en innovant en termes de communication politique, n’aura pas tenu la distance de son propre septennat, relégué par le Giscard conservateur, le vrai, plus sincère en tout cas. Le problème, c’est que ce Giscard-là, pétri de certitudes économiques libérales, a été englouti par la vague du chômage de masse consécutive au premier choc pétrolier. Emporté, balayé, au point de laisser la place libre en 1981… à la gauche?! Le vrai héritage de Giscard est là?: avoir été le président qui aura permis l’alternance. Elle est aujourd’hui entrée dans les mœurs. Elle fut, en 1981, un événement historique. Giscard aura évidemment ouvert cette voie à son corps défendant. Ce corps qui à la télévision dira «au revoir» si maladroitement aux Français. Ces images font aujourd’hui sourire. Mais elles symbolisent si bien la faille giscardienne?: cette incompréhension qui finalement définit le mieux le rapport qu’il a entretenu avec les Français. Giscard se sera plaint toute sa vie d’avoir été incompris d’eux. Fatale erreur, sans doute liée à cette arrogance si fortement ancrée en lui. En fait, c’est Giscard obnubilé par l’écriture de sa propre histoire, qui n’a pas compris les Français –?à l’inverse d’un Jacques Chirac, qu’il aura poursuivi toute sa vie. Alors, quand ils se décident à voter à gauche, Giscard ne peut pas le comprendre. Il ne s’en remettra jamais. Il aura à ses dépens écrit un chapitre de la grande histoire

Un camion gros porteur a fini sa course dans une salle de classe de l’école élémentaire Barack de Rufisque Est de Arafat. ( Senego , Khadre Sakho )L’accident s’est produit ce mardi. Le chauffeur qui a perdu le contrôle du camion, a heurté violemment le mur de l’école avant de se retrouver dans une salle de classe. Les tables-bancs et autres matériels ont été détruits. Cependant, l’accident n’a causé aucune perte en vie humaine

Communiqué du conseil des ministres du mercredi 02 décembre 2020 2 décembre 2020 ALIMANEWS-​X​Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres ce mercredi 02 décembre 2020 au Palais de la République. A l’entame de sa communication, le Président de la République a demandé au Gouvernement, face au relâchement constaté et à l’augmentation relative des cas communautaires, de renforcer les contrôles systématiques du port du masque dans les transports, lieux et établissements publics. Le Chef de l’Etat rappelle l’impératif de veiller à l’observance des règles et mesures barrières lors des manifestations et rassemblements qui doivent être réduits au strict minimum. ADVERTISEMENT A cet égard, il a demandé au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de lui proposer de nouvelles mesures préventives visant à endiguer durablement la pandémie de la Covid 19 et éviter l’engorgement de nos structures sanitaires. Le Président de la République indique, par ailleurs, au Ministre de la Santé et de l’Action sociale, l’urgence de prendre toutes les dispositions pour assurer le fonctionnement adéquat des centres publics de dialyse et la prise en charge des patients (insuffisants rénaux) dans les meilleures conditions. Le Chef de l’Etat demande, enfin, au Ministre de la Santé et del’Action sociale, en relation avec le Secrétariat exécutif du Conseil national de Lutte contre le Sida (CNLS), d’accentuer la mobilisation des partenaires autour du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme qui vient d’allouer,au Sénégal, 45 milliards 668 millions FCFA. Abordant la question relative à l’amélioration des conditions économiques et sociales des personnes vivant avec un handicap,le Président de la République a réaffirmé l’engagement de l’Etat à poursuivre sans relâche les politiques d’accompagnement et d’insertion socio-économiques des personnes vivant avec un handicap. Le Chef de l’Etat a rappelé, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des personnes handicapées prévue le 03 décembre 2020, la nécessité de poursuivre le programme d’extension des cartes d’égalité des chances, le financement des projets et des activités génératrices de revenus permanents pour les cibles, ainsi que le recrutement régulier dans la fonction publique et les structures de l’Etat de personnes vivant avec un handicap suivant un quota à fixer. Aussi le Président de la République invite, dans cet élan, le Gouvernement à veiller à l’application rigoureuse de la loi d’orientation sociale n° 2010-15 du 06 juillet 2010 relative à la promotion et à la protection des droits des personnes handicapées. Le Chef de l’Etat demande également au Ministre de l’Educationnationale d’engager les travaux de réhabilitation et demodernisation de l’Institut national des Jeunes aveugles (INEFJA)de Thiès. Sur la place de l’élevage dans le « produire et consommer local », le Président de la République, a rappelé au Gouvernement l’importance qu’il accorde au développement de l’élevage et des productions animales dans le Plan Sénégal Emergent(PSE). Il a, à ce sujet, en saisissant l’opportunité de la Journée nationale de l’élevage célébrée le 26 novembre 2020, magnifié la contribution des éleveurs et opérateurs du secteur à la sécurité alimentaire du Sénégal et à la richesse nationale. Le Chef de l’Etat a, dans cette dynamique, demandé, au Ministre de l’Elevage et des Productions animales, de poursuivre l’exécution du Plan national de Développement de l’Elevage en mettant l’accent sur : -l’autonomisation du Sénégal en moutons, volaille, viande et lait ; -l’intensification des cultures fourragères. Enfin, le Président de la République a informé le Conseil qu’ilrecevra, courant décembre 2020, les représentants des organisations d’éleveurs et d’autres acteurs du secteur. Abordant le sujet relatif à l’amélioration durable de l’environnement des affaires pour asseoir l’attractivité du Sénégal et la relance de l’Economie, le Chef de l’Etat exhorte le Gouvernement à assurer l’attractivité du Sénégal aux investissements directs étrangers (IDE), et l’attractivité desplateformes d’investissement et des services de proximité, mis en place avec le concours de APIX SA. Le Président de la République invite enfin le Gouvernement à finaliser les mesures restantes de la feuille de route du Doingbusiness 2021, afin de permettre au Sénégal d’intégrer le TOP 100 des meilleures pratiques à l’horizon 2021. Au titre des Communications, -le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ; -le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a fait une communication sur la situation internationale ; -le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a fait une communication sur la signature avec Dubaï logistics Word d’un accord cadre pour marquer l’adhésion de notre pays à l’initiative Word Logistics Passport Global ; -le Ministre de la Santé et de l’Action sociale a fait une communication sur la situation de la pandémie Covid 19 et sur les centres de dialyse ; -le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l’arachide. Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté : -Le projet de loi relatif au taux de l’intérêt légal ; -Le projet de loi portant définition et répression de l’usure ; -Le projet de décret portant création et fixant les règles d’organisation et de fonctionnement du Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité (CHEDS). Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris la décision suivante : Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des Investissements prioritaires (FONGIP), en remplacement de Monsieur Souleymane BASSOUM, appelé à d’autres fonctions. ? Fait à Dakar le 02 Décembre 2020 ????? ? Le Ministre des Collectivités Territoriales duDéveloppement et de l’aménagement des territoires, Porte-Parole du Gouvernement Oumar GUEYE

Voici la chronique du 02 décembre qui replonge le Pr Macky Sall dans ses...

Revue de presse (wolof) Zik Fm du mercredi 02 décembre 2020 avec Ahmed A...

mercredi 25 novembre 2020

Communiqué du conseil des ministres du mercredi 25 Novembre 2020 Par: Seneweb News - Seneweb.com | 25 novembre, 2020 à 20:11:24 | Lu 708 Fois | 2 Commentaires Communiqué du conseil des ministres du mercredi 25 Novembre 2020 Le Président de la République, son Excellence Macky SALL a présidé le conseil des ministres ce Mercredi 25 Novembre 2020 au Palais de la République. A l'entame de sa communication, le Président de la République abordant la communication gouvernementale a félicité le Porte-Parole et les Ministres du Gouvernement pour leurs éclairages et prestations de qualité lors de la première édition de l'exercice d'information des populations :"le Gouvernement face à la Presse". Sur le rapport de la mission d'information parlementaire relative à la gestion des inondations, le Président de la République remercie et félicite l'Assemblée nationale, son Président, l'Honorable Moustapha Niasse, les Députés et membres de la Mission d'information parlementaire, suite à la réception de leur rapport le 19 novembre 2020. A ce propos, le Chef de l'État demande au Gouvernement d'examiner avec attention et diligence les pertinentes recommandations de la représentation parlementaire, en vue de consolider les acquis et les réalisations notables du Programme décennal de lutte contre les inondations (2012 - 2022) dont le taux d'exécution financière, à ce jour, est de 66, 07 %, soit 506.714.000.000 FCFA dépensés sur 766 milliards FCFA. Il invite, dans la même dynamique, le Gouvernement à veiller à l'interdiction systématique des constructions dans les zones non aedificandi. Il demande également au Gouvernement de poursuivre le programme d'extension des réseaux d'assainissement (eaux usées/eaux pluviales) sur l'ensemble du territoire. Le Président de la République demande, dans ce contexte, au Ministre des Finances et du Budget et au Ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l'Aménagement des Territoires de veiller à la mobilisation effective du financement d'amorçage (de 15 milliards FCFA), nécessaire au lancement des travaux de la phase d'urgence, dans la zone de Keur Massar, du Projet de Gestion des Eaux pluviales et d'Adaptation au changement climatique (PROGEP 2) ; projet de seconde génération dont la requête de financement global s'élève à 344 millions de dollars US. Le Chef de l'État demande, par ailleurs, au Ministre de l'Intérieur de lui faire parvenir l'évaluation exhaustive du Plan ORSEC (déclenché le 05 septembre 2020). Abordant la question liée à la mise en œuvre du programme de sécurisation et de modernisation des marchés, le Président de la République exprime, au nom de la Nation, sa compassion et manifeste davantage le soutien de l'État aux sinistrés des incendies des marchés Ocas de Touba - et du marché de Mbacké. Le Chef de l'État demande au Ministre de l'Intérieur, à travers la Direction de la Protection civile et les Gouverneurs de région, de finaliser, dans les quinze jours, en relation avec les maires, un Rapport national sur la situation des marchés sur le plan sécuritaire (sécurité incendie, sécurité des installations électriques etc…). Le Président de la République demande au Ministre du Commerce, en relation avec les Ministres en charge des Finances, de l'Economie et de la transformation du secteur informel, de lui faire parvenir des propositions innovantes, visant la construction rapide de nouveaux marchés "aérés", "sécurisés" respectant toutes les normes en terme de construction, dans les chefs-lieux de région. Dans cette perspective la Caisse de Dépôts et Consignations fera des propositions dans le cadre d'un Partenariat Public Privé. Le Chef de l'État demande, enfin, au Ministre en charge du Commerce et au Ministre en charge de l'Economie de veiller, avec la SOGIP et le secteur privé national, à l'entrée effective en exploitation du Marché d'Intérêt national et de la Gare des Gros porteurs de Diamniadio. Poursuivant sa communication, le Président de la République a informé le Conseil qu'il présidera, demain Jeudi 26 Novembre au CICAD, la 2ème édition du Forum du Numérique et la remise du Grand Prix du Chef de l'État pour l'Innovation Numérique. Il a à ce propos indiqué au Gouvernement l'impératif de faire du SENEGAL NUMERIQUE en 2025, une réalité au cœur de toutes les activités académiques, économiques, sociales et culturelle. Le Chef de l'État exhorte ainsi le Gouvernement, les structures de l'État impliqués (ARTP, ADIE, les directions et services informatiques des ministères), les opérateurs de télécommunications et acteurs privés du secteur à travailler ensemble pour asseoir, en permanence et dans la qualité, l'aménagement numérique optimal du territoire. Le Président de la République invite également les ministres à engager, chacun en ce qui le concerne, l'exécution d'un plan de transformation digitale de leurs administrations afin d'accentuer la célérité, l'efficacité, la transparence et la performance des services publics. Il a à ce sujet demandé, en particulier, au Ministre des Finances et du Budget d'assurer, en priorité, la convergence intégrale des systèmes informatiques des régies financières (Impôts, Douanes, Trésor) ainsi que la dématérialisation générale du cadastre et du livre foncier. Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Chef de l'État abordant la problématique de la maladie des gens de mer qui touche certains pêcheurs demande au Ministre de la Santé et de l'Action sociale, au Ministre de l'Environnement et du Développement Durable de faire un suivi rapproché de ce phénomène en vue d'en déterminer les causes. Il demande également au Ministre de l'Environnement et du Développement durable de veiller avec le Ministre des Forces Armées, le Ministre des pêches de l'Economie maritime et la HASSMAR, à la surveillance renforcée des risques de pollution des eaux sur notre espace maritime. Abordant la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, célébrée ce 25 Novembre 2020, le Chef de l'État réaffirme son engagement et son soutien à cette lutte et appelle à la mobilisation de toute la communauté nationale et internationale pour éradiquer ce fléau. Au titre de la coopération et des partenariats, le Chef de l'État demande au Ministre du Pétrole et des énergies de diligenter le projet d'électrification par voie solaire de 300 villages, exécuté par la compagnie allemande GAUFF. Le Chef de l'État a terminé sa communication sur son agenda diplomatique. Au titre des Communications, -Le Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ; -Le Ministre des finances et budget a fait une communication sur la mobilisation du Fonds Force COVID et sur l'exécution budgétaire ; -Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur a fait une communication sur la situation internationale ; -Le Ministre de la Santé et de l'action sociale a fait une communication sur la concertation nationale accès sur le rôle et la place des personnes âgées dans le développement économique et social du Sénégal ; -Le Ministre de l'Agriculture et de l'équipement rural a fait une communication sur la campagne agricole 2020-2021 ; -Le Ministre du Commerce et des PME a fait une communication sur le "mois du consommer local" ; -Le Ministre auprès du Président de la République en charge du suivi du Plan Sénégal Emergeant a fait le point sur les projets phares du PSE. Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté : -Le projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier l'accord relatif aux services aériens entre la République du Sénégal et le Royaume d'Arabie Saoudite signé à Djeddah, le 22 Juillet 2019 ; -Le projet de décret portant érection du Centre national d'Oncologie de Diamniadio(CNOD) en Etablissement public de Santé (EPS) de niveau 3 ; -Le projet de décret portant création d'un Etablissement public de Santé (EPS) de niveau 3 à Touba ; -Le projet de décret portant création d'un Etablissement public de Santé (EPS) de niveau 2 à Kaffrine ; -Le projet de décret portant création d'un Etablissement public de Santé (EPS) de niveau 2 à Sédhiou ; -Le projet de décret portant création d'un Etablissement public de Santé (EPS) de niveau 2 à Kédougou. Docteur Momar TALLA SECK, Chercheur, matricule de solde n°608 289/K, précédemment Directeur du Laboratoire national de l'Elevage et de Recherches vétérinaires (LNERV) est nommé Directeur général de l'Institut sénégalais de Recherches agricoles (ISRA) en remplacement du Docteur Alioune FALL admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite ; Madame Mbossé NDIAYE GUEYE, Enseignante-chercheur à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis, matricule de solde n° 605 670/L, est nommée Directeur de l'Institut supérieur d'Enseignement professionnel (ISEP) de Diamniadio, en remplacement du professeur Oumar NIANG appelé à d'autres fonctions Fait à Dakar le 25 Novembre 2020 Le Ministre des Collectivités Territoriales du Développement et de l'aménagement des territoires, Porte-Parole du Gouvernement Oumar GUEYE

Décès de Diego Maradona : le gouvernement argentin décrète trois jours d...

Voici la chronique du 25 novembre portant sur l’éthique dans la pratique...

Revue de presse Zik Fm du mercredi 25 novembre 2020 avec Ahmed Aidara

lundi 23 novembre 2020

Données personnelles : comment l'appli Muslim Pro s'est retrouvée au cœur d’un scandale Par: RFI - Seneweb.com | 23 novembre, 2020 à 22:11:27 | Lu 4674 Fois | 14 Commentaires Données personnelles : comment l'appli Muslim Pro s'est retrouvée au cœur d’un scandale L’application singapourienne était jusque-là connue pour son considérable succès auprès des musulmans du monde entier, mais elle se retrouve aujourd’hui au cœur d’un scandale : une enquête du média américain Motherboard assure que les données et la géolocalisation d’utilisateurs ont été vendues à l’armée américaine. Publicité Avec notre correspondante en Asie du Sud-Est, Gabrielle Maréchaux C’est l’image du téléphone arabe qui semble venir à l’esprit à la lecture de l’enquête du média américain Motherboard, qui décrypte les différents intermédiaires à l’origine de la transmission de données personnelles d’utilisateurs à l’armée américaine. Intermédiaires Le premier maillon de cette longue chaîne est l’utilisateur de Muslim Pro. Il peut se trouver partout dans le monde d’aprèsle site de l’application singapourienne, qui revendique 98 millions d'utilisateurs dans plus de 150 pays. Lorsqu’il a téléchargé l’application, il a dû accepter d’activer la géolocalisation. Une requête qui n'attire cependant pas vraiment la suspicion pour un service qui donne la direction de La Mecque, l’heure exacte des 5 prières musulmanes à l’endroit où vous vous trouvez, ou bien les mosquées ou restaurants halal à proximité. Si c’est un utilisateur scrupuleux et anglophone, il a peut-être lu lesconditions d’utilisation et les règles de confidentialité de l'application, rédigées en 2017 et 2014. Cela lui aura pris au moins 30 minutes montre en main, mais cela ne lui aura pas appris grand-chose sur l’affaire qui agite aujourd’hui Muslim Pro. L’application ne cache certes pas le possible partage de données à des tiers, mais n’évoque pas le nom du courtier X-Mode. Or, cette société est le trait d’union entre l’application Muslim Pro et divers prestataires de la défense américaine. Un logiciel d’analyse de réseau a permis à Motherboard de prouver cela, et le sénateur américain Ron Wyden assure également avoir eu la confirmation que cette société vend des données à des clients de l’armée américaine. Ces données sont censées être anonymes, mais le média américain note cependant dans son article qu’il est aisé, pour qui sait y faire, d’ôter cet anonymat. Antiterrorisme et cybersécurité Le but de cette transaction de données n’est pas non plus évoqué dans les règles de confidentialité de l’application. C’est X-Mode qui a renseigné Motherboardà ce sujet : le courtier de données assure avoir des contrats dans les domaines de l’antiterrorisme, de la cybersécurité ou plus encore récemment pour prédire des futurs clusters du Covid-19. Si une telle utilisation des données mobiles d’utilisateurs a pu inquiéter des internautes du monde entier, suite à la parution de l’enquête journalistique, ce n’est cependant pas la première fois qu’un média révèle comment des données mobiles sont utilisées à des fins militaires par les États-Unis. En 2015 Intercept avait déjà explicité le rôle du traçage de téléphone individuel pour planifier des attaques de drones. Un processus qui n’était alors pas considéré comme infaillible et qui était à l’origine de nombreuses victimes civiles sur des terrains d’opérations extérieures. Une enquête ouverte à Singapour Aujourd’hui sous les feux des projecteurs, l’application Muslim Pro n’a pas tardé à riposter de manière parfois contradictoire. Elle a d’abord nié vendre des données à l’armée américaine. Chose dont elle n’a jamais été accusée car l’enquête journalistique explique bien le nombre d’intercesseurs entre l’application et le Pentagone. Elle a ensuite annoncé ne plus collaborer avec le courtier X-Mode. Il reste ainsi difficile de savoir si l’application savait à quoi pouvait servir les données de ses utilisateurs que possédaient X-Mode. Elle n’est bien sûr pas la seule à se retrouver épinglée dans l’enquête journaliste. Les données d’autres applications ont pu se retrouver dans ce grand business de données. Certains dirigeants de celles-ci et n’ont pas caché leur surprise face aux révélations du média. En attendant, les dénégations de Muslim Pro n’ont pas empêché divers utilisateurs énervés de partager leur colère via des avis sur l’Apple Store par exemple. Basée à Singapour, l’application fait également depuis les révélations de Motherboard l’objet d’une enquête de la Commission de protection des données personnelles. Le Conseil religieux islamique de Singapour a lui invité les croyants à la prudence lors d’utilisation d’applications dans les colonnes du Straits Times. Le fondateur de Muslim Pro n’a lui pas pris la parole publiquement depuis le début de l’affaire, mais une interview donnée en 2018 permet d'en savoir un peu plus sur la genèse de l’application. Créée en 2010 par un Français qui n’est pas de confession musulmane, elle aurait pour devise : « Il ne faut pas réparer quelque chose qui n’est pas cassé ». Une phrase qui résonne de manière singulière aujourd'hui. Suite à notre publication, Muslim Pro a souhaité réagir. « Face à des allégations non fondées, Muslim Pro a été l’objet d’une perversion éhontée et flagrante de la vérité qui a créé une émotion sans précédent dans notre communauté d’utilisateurs », indique la direction de l’application. Muslim Pro affirme notamment n’avoir « jamais fourni à un tiers des données non anonymes » et annonce le « lancement officiel d’une enquête complète sur les parties concernées

Revue de presse (wolof) Zik Fm du lundi 23 novembre 2020 avec Ahmed Aidara

jeudi 19 novembre 2020

Mort du Doyen d'Iran Ahmad Soufi L'Iran a perdu son "doyen", un Kurde, décédé à l'âge de 138 ans selon ses papiers d'identité, rapporte jeudi l'agence officielle iranienne Irna. Ahmad Soufi s'est éteint mercredi à Saqqez dans la province du Kurdistan (ouest de l'Iran), écrit Irna, précisant qu'il est "mort de vieillesse". L'agence publie des copies de son "chenasnameh" (équivalent du livret de famille) et de sa carte d'identité, indiquant l'une et l'autre une date de naissance remontant au XIXe siècle, le 28 février 1882, ce qui ferait de Soufi un contemporain du président américain Franklin D. Roosevelt, mort en 1945, trois ans avant que ne soit établi le "chenasnameh" du vieil homme défunt. Selon ses papiers, Soufi serait mort à un âge bien plus avancé que celui de la doyenne actuelle reconnue de l'humanité, la Japonaise Kane Tanaka, née le 2 janvier 1903. Les Kurdes sont réputés en Iran pour faire de solides centenaires.

Accusation de Diffamation: Aliou Sall perd son procès contre Ameth Aidara et Bougane Gueye. Seneweb. Le maire de Guédiawaye qui réclamait la somme de 1 milliard au titre de dommages et intérêts a été finalement débouté par le tribunal de Dakar. Ce jeudi, le juge correctionnel a rendu sa décision en relaxant Bougane Guèye Dany et Ameth Aïdara. Les prévenus ont été poursuivis suite à la reprise, au cours d'une revue de presse, d'un article de Direct News accusant l'édile d'avoir vendu à 1 milliard de F Cfa, le siège de la municipalité à Auchan. Pour dire que le frère du President de la République a perdu son procès devant le groupe D-medias.

REVUE DE PRESSE EN FRANÇAIS DU JEUDI 19 NOVEMBRE AVEC FABRICE NGUEMA

Revue de presse (wolof) Zik Fm du jeudi 19 novembre 2020 avec Ahmed Aidara

mercredi 18 novembre 2020

Conseil des Ministres mer, 18 nov 2020 Le Président de la République, son Excellence Macky SALL a présidé le conseil des ministres ce Mercredi 18 Novembre 2020 au Palais de la République. A l’entame de sa communication, le Président de la République a abordé la question liée à la rentrée scolaire 2020-2021. Il a à ce sujet adressé ses encouragements et ses meilleurs vœux de succès à l’ensemble de la communauté éducative du Sénégal (enseignants, apprenants, parents, surveillants et personnels administratifs et techniques). Dans un contexte marqué par la pandémie de la COVID-19, il a demandé au Gouvernement, aux ministres en charge de l’Education, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur, de la Fonction publique, des Finances et du Budget, de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de consolider, avec les partenaires sociaux, la stabilité globale et durable du système éducatif national. Poursuivant sa communication, le Président de la République a insisté sur la nécessite d’asseoir la durabilité des résultats obtenus par le Sénégal dans la lutte contre la pandémie de COVID- 19, en évitant tout relâchement et en renforçant de façon notable la vigilance au niveau de nos frontières. Il a à ce propos donné des instructions au Ministre de la Santé de poursuivre, par une communication adaptée, la sensibilisation permanente des populations sur le respect strict des mesures barrières et du port correct du masque. Abordant la nécessité et l’urgence d’implémenter le PSE Vert dans les établissements scolaires, le Président de la République exhorte les acteurs de la communauté éducative à renforcer la veille environnementale et à consolider la transition écologique en mettant en œuvre, avec le soutien des services compétents de l’Etat, des programmes permanents de reboisement, de plantation d’arbres et d’aménagement d’espaces verts, dans nos écoles, collèges, lycées et universités. Il a par ailleurs rappelé aux ministres en charge de l’Education, de la Formation professionnelle et de l’Enseignement supérieur, l’urgence de transformer davantage les modes et méthodes d’enseignement et de formation par le développement de l’e-Education avec l’intégration systématique du Numérique et l’actualisation des curricula de formation à des métiers et vocations conformes aux évolutions du monde contemporain. Sur la stratégie d’intensification de l’insertion professionnelle des jeunes apprentis et diplômés, le Chef de l’Etat a insisté sur l’importance qu’il lui accorde et qui s’est traduite par le renforcement du Ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, des volets stratégiques « Apprentissage » et « insertion professionnelle » afin, d’une part, de former les jeunes à des métiers qui répondent aux besoins de l’économie et du marché du travail et, d’autre part, d’accompagner les diplômés et les apprentis à bien entrer dans la vie professionnelle et économique. A cet égard, le Chef de l’Etat a demandé au Ministre de l’Emploi de lui soumettre dans les plus brefs délais, une stratégie nationale d’insertion professionnelle (SNIP) qui accorde une priorité fondamentale aux jeunes diplômés, en cohérence avec les dispositifs publics (DER F/J, ADEPME, FONAMIF….). Le Chef de l’Etat a également souligné l’impératif d’actualiser la cartographie des demandeurs d’emplois au Sénégal (en intégrant l’âge, le genre, la région et la formation).Dans ce cadre, il a donné des instructions au Ministre en charge de l’Emploi de veiller à une meilleure maîtrise des flux de sortants « diplômés » des écoles de formation professionnelle. Il invite, également le Ministre en charge de l’Insertion à engager, sur le terrain des initiatives sectorielles pragmatiques d’aide à l’embauche des jeunes en relation avec le Ministre en charge du Travail, les organisations patronales, les structures et mouvements de jeunesse (Conseil National de la Jeunesse, ONCAV…), des. Le Chef de l’Etat a enfin informé le conseil de sa décision de créer, auprès du Président de la République, UN CONSEIL NATIONAL POUR L’INSERTION ET L’EMPLOI DES JEUNES (CNIEJ), organe consultatif stratégique d’impulsion, qui sera mis en place dans la deuxième quinzaine de décembre 2020. A ce propos le Chef de l’Etat a donné des instructions aux Ministres en charge de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion, du Travail et de la Jeunesse de lui soumettre, par le biais du Ministre, Secrétaire général du Gouvernement, un projet relatif à la création du CNIEJ qui sera examiné, en Conseil des ministres avant la fin du mois décembre 2020. Abordant la question liée à la recrudescence de l’émigration clandestine à partir de nos côtes, et sa médiatisation, le Chef de l’Etat insiste auprès des ministres concernés et des forces de défense et de sécurité, sur la nécessité impérative et systématique de renforcer les dispositifs de surveillance et de contrôle de l’espace maritime national, et particulièrement du littoral, en mettant l’accent sur les zones de pêche qui sont les principaux points de départ des migrants clandestins. Il a à ce propos, demandé au Gouvernement d’accorder une attention plus soutenue à la redynamisation économique et à la situation sociale des populations des zones de pêche. Ces dernières doivent être davantage sensibilisées et accompagnées, avec diligence et efficacité, par les mécanismes d’encadrement et de financement publics à déployer rapidement et efficacement dans les localités ciblées. Rappelant, les nombreuses réalisations faites par le Gouvernement dans le secteur de la pêche, le Chef de l’Etat a donné des instructions au Ministre des Pêches et de l’Economie maritime pour accentuer la sensibilisation des acteurs de la pêche sur les problématiques de sécurité en mer : il lui a, à ce propos, demandé de veiller à la reprise satisfaisante du programme de dotation des pêcheurs en gilets de sauvetage. Le chef de l’Etat a également invité le Ministre des Pêches et de l’Economie maritime , en rapport avec le Ministre des Finances et du Budget, à faire le point sur la situation du programme de constructions des quais de pêche, des aires de transformation moderne, des complexes frigorifiques de stockage des produits de pêche, du programme relatif à l’acquisition de moteurs hors-bord, du programme de géolocalisation des pirogues de la pêche artisanale et du programme d’acquisition de camions frigorifiques destinés aux acteurs de la Pêche. Le Chef de l’Etat exhorte enfin le Ministre des Pêches et de l’Economie maritime à accélérer l’entrée en service progressive des pirogues en fibre de verre afin de remplacer les pirogues en bois qui favorisent « l’agression » et « la destruction » de nos massifs forestiers. Abordant la lancinante question de la préservation durable des Niayes et de nos forêts, le Chef de l’Etat a ordonné aux forces armées, une mission spéciale de renforcement, aux côtés des services des Eaux et forêts, de la lutte contre le trafic illicite de bois sur l’ensemble du territoire national, notamment dans la zone forestière du Sud du Sénégal (département de Médina Yéro Foulah) et Bignona. Il a à ce propos demandé au Gouvernement de prendre toutes les dispositions pour apporter aux forces de défense et de sécurité tout le concours nécessaire en vue de sauvegarder notre patrimoine forestier. Le Chef de l’Etat invite également le Ministre en charge de l’environnement à intensifier, avec ses services, les actions préventives de sensibilisation et de lutte contre les feux de brousse en accélérant l’aménagement de pare-feu dans les zones potentiellement vulnérables. Le Président de la République, signale, en outre, l’impératif d’accorder une importance primordiale à la préservation de la vocation des Niayes comme zone spéciale de Production maraichère durable. Il demande, enfin, aux Ministres en charge de l’Agriculture, de l’Environnement, de l’Eau et de l’urbanisme, d’asseoir un dialogue permanent avec les producteurs maraichers du Sénégal. Sur le climat Social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Chef de l’Etat a insisté sur : La gestion des écoles privés nationale dans le contexte de la Covid 19, à ce propos il a demandé au Ministre de l’Education de veiller au bon fonctionnement des écoles. Aussi, les ministres en charge de l’Education et de la Formation professionnelle, doivent veiller à la supervision renforcée des activités et du fonctionnement régulier des établissements scolaires privés. Sur la régulation du marché du sucre le Chef de l’Etat demande au Ministre du commerce de veiller à une régulation rigoureuse de ce marché pour éviter de fragiliser le tissue industriel dans ce secteur. Le Chef de l’Etat, demande au Ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique de prendre toutes les mesures nécessaires en vue du règlement définitif du dossier des Immeubles désaffectés et démolis de Hann Maristes, notamment les loyers à payer pour les ex occupants. Sur le suivi de la coopération et des partenariats, Le Président de la République a demandé au Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération et au Ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement d’accélérer l’exécution du Projet de Construction de l’Autoroute Mbour – Fatick-Kaolack, dont les travaux doivent être lancés dans les meilleurs délais. Relativement au rapport MO IBRAHIM 2020 sur la Bonne Gouvernance le Chef de l’Etat s’est félicité du classement remarquable du Sénégal dans les Top 10 Africain et de la conclusion positive de la deuxième revue du programme triennal au titre de l’Instrument de Coordination des politiques Economiques (ICPE) avec le FMI. Le Chef de l’Etat a clos sa communication sur son agenda Au titre des Communications, Le Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ; Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur a fait une communication sur la situation internationale Le Ministre de l'Économie du Plan et de la Coopération a fait une communication sur le portefeuille de partenariat de l’Etat ; Le Ministre de la Santé et de l'action sociale a fait la situation de la pandémie à la COVID 19 et a informé le Conseil du lancement de la plateforme DIATROPIX pour la fabrication des tests de diagnostic rapide par l’Institut Pasteur de Dakar en relation avec la firme Mologic; Le Ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural a fait le point sur la campagne agricole et la préparation de la campagne de commercialisation 2020-2021 ; Le Ministre du Développement industriel et des Petites et Moyennes industries a fait une communication sur la mise en œuvre de l’Agropole Sud ; Le Ministre du Travail, du Dialogue social et des Relations avec les Institutions a fait une communication sur la mensualisation des pensions de retraites par l’Institution de Prévoyance Retraite du Sénégal (IPRES) ; Le Ministre auprès du Président de la République en charge du suivi du Plan Sénégal Emergeant a fait le point sur les projets phares du PSE. Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté : Le projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier le protocole de mise en œuvre de l’aide financière entre le Gouvernement de la République du Sénégal et le Gouvernement de la République de Turquie signé à Dakar le 28 janvier 2020. Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : Monsieur Lamine SARR, Professeur d'Enseignement secondaire, principal, matricule de solde no 519 024/K, est nommé Secrétaire général adjoint du Gouvernement, en remplacement de Monsieur Opa NDIAYE appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Allé Nar DIOP, Ingénieur Statisticien Economiste, précédemment Directeur général adjoint de l'Agence nationale de la Statistique et de la Démographie, est nommé Directeur général de l'Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), en remplacement de Monsieur Babacar NDIR admis à faire valoir ses droits à la retraite ; Madame Maïmouna CISSOKO, Experte en éducation et genre, titulaire d’un Master en Genre et communication, est nommée Directeur général de l’Agence nationale de la Petite enfance et de la Case des Tout-petits (ANPECTP), poste vacant ; Monsieur Assane NDIAYE, titulaire d'un Doctorat en Sociologie, matricule de solde n° 619 853/H, est nommé Directeur du Développement du Capital humain à la Direction générale de la Planification et des Politiques économiques (DGPPE) du Ministère de l'Economie, du Plan et de la Coopération, en remplacement de Monsieur Bacary DJIBA, admis à faire valoir ses droits à la retraite ; Monsieur Oumar SOCK, Professeur titulaire des universités de classe exceptionnelle, est nommé Président de la Commission d’évaluation des décisions issues du Conseil présidentiel sur l’Enseignement supérieur et la Recherche du 14 août 2013

Revue de presse (wolof) Zik Fm du mercredi 18 novembre 2020 avec Ahmed A...

Revue de Presse (Français) de Zik Fm du Mercredi 18 Novembre 2020 avec F...

Voici la chronique du18 novembre il interpelle directement le peuple et ...

jeudi 5 novembre 2020

Décès de Iba Der Thiam : Le président Abdoulaye Wade rend hommage à celui qu’il surnommait « Mon Professeur ». Author : Buzzsenegal05 novembre, 2020 á 22:11 C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le rappel à Dieu du Professeur d’Université émérite Iba Der THIAM. Gand intellectuel, responsable syndical, historien de renommée mondiale, homme politique, panafricain convaincu, il était un homme multidimensionnel au savoir immense. Je retiens de lui son amour pour l’islam et pour son pays. Le Sénégal perd une de ses grandes figures qui aura été utile à son pays jusqu’à son dernier souffle puisque responsable de la rédaction, en cours, de l’histoire générale du Sénégal. Je l’avais surnommé ‘’Mon professeur’’ tant il m’avait appris de choses sur l’histoire du Sénégal et de l’Afrique. Bien que je fusse Premier Prix d’Histoire à Van Vo et que j’aie continué depuis à m’intéresser à l’histoire de notre continent, restant l’étudiant qui ne laisse rien passer sans en profiter pour s’instruire, je le considère comme un des plus éminents maîtres de l’histoire de l’Afrique. Ibar Der a été à l’origine de la CAP 21, regroupement de plusieurs partis, qui a eu à me soutenir et soutenir ma politique. Si la dévotion inaltérable, la fidélité sans faille aux prescriptions du Tout Puissant, la générosité et la bonté vis à vis des autres, surtout les plus démunis, sont parmi les attributs qui nous font distinguer les fidèles, Iba der Thiam, toute sa vie, aura été un modèle du bon musulman. Je présente mes sincères et affectueuses condoléances à son épouse, Marième, à sa famille, ainsi qu’à tout le peuple sénégalais. Je prie Allah, le Tout Puissant, de lui accorder son pardon et de l’accueillir dans son paradis. Que la terre de Yoff, lui soit légère. Dakar, le 1 er Novembre 2020 Abdoulaye WADE, Ancien Président de la République du Sénégal

Revue de presse (wolof) Zik Fm du jeudi 05 novembre 2020 avec Ahmed Aidara

mercredi 4 novembre 2020

LE COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU 04 NOVEMBRE 2020 4 novembre 2020 Dakar, 4 nov (APS) - Le Président de la République, son Excellence Macky SALL a réuni le conseil des ministres ce Mercredi 04 Novembre 2020 au Palais de la République. A l’entame de sa communication, le Président de la République a adressé ses chaleureuses félicitations à l’ensemble des membres du Gouvernement, Ministres et Secrétaires d’Etat nommés par décret n°2020-2098 du 1er Novembre 2020. Il a rappelé que le Gouvernement en vertu de l’article 54 de la Constitution « conduit et coordonne la politique de la Nation sous la direction du Président de la République’’ De surcroit, ’’Le Gouvernement est une institution collégiale et solidaire’’ Le Gouvernement, qui bénéficie de la confiance du Président de la République est un collectif au service des populations. C’est donc une ’’Equipe d’attaque’’ qui doit incarner la vision du Chef de l’Etat et sa doctrine à savoir le ’’Fast Track’’. Chaque ministre, chaque Secrétaire d’Etat, chaque membre du Gouvernement est un pilier déterminant de l’action gouvernementale, un socle indispensable de l’excellence du travail gouvernemental. Le Chef de l’Etat a dès lors, invité le Gouvernement à asseoir en permanence, son accessibilité, l’écoute et la prise en charge optimale des aspirations des populations. Le Gouvernement doit maintenir à un haut niveau, les performances sectorielles et interministérielles dans la mise en œuvre des politiques publiques, à la satisfaction de nos concitoyens. Poursuivant sa communication, le Chef de l’Etat a exhorté les membres du Gouvernement de hisser le travail à un niveau de culte et de veiller à chaque instant à l’atteinte des résultats en privilégiant la gestion axée sur les résultats. Le Chef de l’Etat a indiqué qu’il faudra plus que jamais agir avec détermination, méthode, courage et résilience pour faire face aux défis complexes nés des incertitudes liées à la pandémie de la Covid-19. ’’Nous sommes, alors, plus que jamais dans le temps de la transformation et des réformes pour impulser et intensifier, dans tous les secteurs, la relance économique, et assurer la stabilité sociale durable » a indiqué le Président de la République. Dans la perspective de la continuité de l’action gouvernementale, le Chef de l’Etat a demandé aux nouveaux ministres de former sans délais leurs cabinets. Il a également indiqué la nécessité pour les membres du Gouvernement de veiller scrupuleusement, à l’assiduité, à la réactivité et à l’efficacité des cabinets ministériels. Le Chef de l’Etat a également instruit les ministres sectoriels concernés de tout mettre en œuvre pour assurer une exploitation et une rentabilisation optimale des ouvrages et infrastructures déjà réalisés et réceptionnés tels que le marché d’intérêt national, Arène Nationale, Dakar Aréna, Port de Foundiougne Dakhonga etc. Abordant la prochaine rentrée scolaire 2020-2021, le Chef de l’Etat a instruit les ministres en charge de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer une bonne rentrée scolaire et universitaire en veillant particulièrement à une orientation harmonieuse des nouveaux bacheliers. Sur la gestion des affaires de l’Etat, le Président de la République a rappelé aux ministres l’impératif de veiller à l’impulsion régulière, à la supervision permanente des activités gouvernementales et à la gestion vertueuse et transparente des ressources des administrations, établissements publics, agences et sociétés placés sous leurs tutelles ou sous leurs contrôles. Pour cela, instructions ont été données aux ministres de signer des contrats de performance avec les structures relevant de leur responsabilité. Abordant la prochaine campagne de commercialisation agricole le Chef de l’Etat a instruit le Gouvernement à prendre toutes les dispositions pour assurer un bon déroulement de celle-ci. Poursuivant sa communication le Président de la République a insisté sur les priorités suivantes : 1- La sécurité, la souveraineté alimentaire, la santé, l’éducation et la formation professionnelle. 2- La jeunesse, l’emploi et l’insertion socioéconomique des jeunes et des femmes 3- L’Artisanat et la transformation du secteur informel (érigé en ministère) pour intensifier les processus de valorisation du potentiel économique et du savoir-faire séculaire local 4- L’accélération d’une part des programmes d’inclusion et d’équité sociale et territoriale (Programme des bourses sécurité familiale, CMU, PUDC, PUMA, Promoville, PACASEN Urbain, PACASEN Rural et d’autre part, des réalisations d’infrastructures routières, portuaires ( Ndayane), aéroportuaires, ferroviaires, hydraulique et d’assainissement pour lutter efficacement contre les inondations. 5- La relance économique, l’industrialisation en mettant en exergue le produire et le consommer local, l’intensification des reformes de l’administration, l’amélioration de l’environnement des affaires et le développement du secteur privé. 6- L’exécution optimal du PAP2A qui traduit le programme « Liggeyal Euleuk » avec la réalisation du programme 5-3-5 à savoir les cinq initiatives, les trois programmes phares et les cinq accès universels. S’agissant de la mise en œuvre des quatre (4) agropoles, le Chef de l’Etat a indiqué toute l’importance qu’il accorde à leur mise en œuvre car étant des projets structurants et créateurs d’emplois. Il en est de même pour les Pôles Urbains et les dix (10) métropoles d’équilibre validés dans le Plan national d’Aménagement et de Développement territorial. Le Chef de l’Etat a terminé sa communication sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures en présentant, au nom de la Nation, ses condoléances les plus attristées à la famille du Professeur Iba Der Thiam. Le Chef de l’Etat s’incline devant la mémoire du Professeur Iba Der Thiam, Coordonnateur du projet de l’Histoire générale du Sénégal et a décidé de donner le nom du Professeur Iba Der Thiam, à l’Université de Thiès. Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : Monsieur Maguette SENE, Administrateur civil, est nommé Directeur du Centre des Œuvres universitaires de Dakar (COUD) ; Monsieur Doudou KA, Ingénieur des Ponts et Chaussées, Expert en financements de projets, est nommé Directeur général de la Société « Aéroport International Blaise DIAGNE » (AIBD SA) ; Madame Thérèse FAYE DIOUF, Titulaire d’un Master II en Sociologie, est nommée Administrateur général du Fonds de Garantie des Investissements prioritaires (FONGIP) ; Monsieur Oumar NDOYE, Enseignant Chercheur, est nommé Président du Conseil d’Administration du Fonds de Garantie des Investissements prioritaires(FONGIP) ; Monsieur Moussa Bocar THIAM, Avocat, est nommé Agent Judicaire de l’Etat. Fait à Dakar le 04 Novembre 2020 Le Ministre des Collectivités Territoriales du Développement et de l’aménagement des territoires, Porte-Parole du Gouvernement Oumar GUEYE AKS Tweet

La revue des titres avec Ahmed Aidara du mercredi 4 Novembre 2020

Revue de presse zik du mercredi 04 Novembre 2020 par Ahmed Aidara

Voici la chronique du 04 novembre, Pape Alé Niang nous parle du protocol...

lundi 2 novembre 2020

Ahmed Aidara raille Idrissa Seck: "Loumay Wakh wa Kogn Ba"

Sénégal: décès de l’éminent historien Iba Der Thiam Publié le : 01/11/2020 - 14:21 Le professeur Iba der Thiam, historien et auteur du livre «Le Sénégal dans la Guerre 14-18», est décédé dans la nuit de samedi à dimanche (photo d'illustration). RFI/Bineta Diagne Texte par : RFI Suivre 2 mn Le célèbre intellectuel sénégalais Iba Der Thiam est décédé samedi 31 octobre, dans la soirée, à l’Hôpital principal de Dakar, à l’âge de 83 ans. Professeur agrégé d’histoire, syndicaliste, parlementaire et homme politique, il a marqué le Sénégal et l’Afrique par ses écrits et par sa contribution à la vie démocratique de son pays. Le président Macky Sall a présenté ses condoléances pour cet « historien de notoriété mondiale » et « figure capitale du Sénégal contemporain ». PUBLICITÉ Avec notre correspondante à Dakar, Théa Ollivier Les hommages se multiplient ce dimanche matin, en mémoire d’Iba Der Thiam, éminent historien sénégalais décédé à Dakar. Cet enseignant à l’université Cheikh Anta Diop a marqué le Sénégal par ses nombreux ouvrages, notamment sur le syndicalisme. Membre du comité de l’Unesco chargé de rédiger l’Histoire de l’Afrique, il a aussi été coordonateur de L’Histoire générale du Sénégal à partir de 2013. Ce projet scientifique avait pour objectif de réécrire l’Histoire sénégalaise qui jusqu’à présent reflétait la vision coloniale française. Mais Iba Der Thiam est aussi connu pour son rôle politique. Leader syndical pendant près de 20 ans, il a aussi été ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur de 1983 à 1988. Fondateur du parti politique Convention des démocrates et des patriotes en 1992, il a également été député puis vice-président de l’Assemblée nationale. Entretemps, il s’est présenté à l'élection présidentielle de 2 000 qu’il perd au premier tour. Impliqué dans la vie politique, d’abord proche des anciens président Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, puis de l’actuel chef de l’État Macky Sall, il a continué, en parallèle, à former des générations d’historiens.

Revue de presse (wolof) Zik Fm du lundi 02 novembre 2020 avec Ahmed Aidara

dimanche 1 novembre 2020

dakaractu / liste complète des membres du nouveau Gouvernement du président Macky Sall Fini le suspens, après plusieurs jours d’attente. Les Sénégalais qui attendaient la liste des membres qui vont former le nouveau gouvernement ont été édifiés. Dakaractu vous présente ces nouveaux ministres et Secrétaire d’État qui, selon le ministre Seydou Guèye, constitue ce ‘’gouvernement de combat et de résultats’’. Sont nommés ministres et secrétaires d'État, membres du Gouvernement : 1. Monsieur Sidiki KABA : Ministre des Forces armées, 2. Monsieur Abdoulaye Daouda DIALLO : Ministre des Finances et du budget ; 3. Monsieur Malick SALL : Garde des Sceaux, Ministre de la Justice; 4. Madame Aïssata TALL SALL : Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur ; 5. Monsieur Antoine Félix Abdoulaye DIOME : Ministre de l'Intérieur ; 6. Monsieur Mansour FAYE : Ministre des Infrastructures, des Transports temestres et du Désenclavement; 7. Monsieur Amadou HOTT : Ministre de l'Economie, du Plan et de la Coopération ; 8. Madame MariamA SARR : Ministre de la Fonction publique et du Renouveau du Service public; 9. Monsieur Abdoulaye DIOUF SARR : Ministre de la Santé et de l'Action sociale ; 10. Madame Ndèye Saly DIOP DIENG : Ministre de la femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants ; 11. Monsieur Oumar SARR : Ministre des Mines et de la Géologie; 12. Monsieur Moussa BALDÉ : Ministre de l'Agriculture et de l'Équipement rural; 13. Monsieur Serigne MBAYE THIAM : Ministre de l'Eau et de l'Assainissement : 14. Monsieur Alioune SARR : Ministre du Tourisme et des Transports aériens; 15. Monsieur Oumar GUÈYE : Ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l'aménagement des Territoires, Porte-Parole du Gouvernement : 16. Monsieur Mamadou TALLA : Ministre de l'Education nationale; 17. Monsieur Cheikh Oumar ANNE : Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation; 18. Madame Sophie GLADIMA : Ministre du Pétrole et des Energies ; 19. Monsieur Samba NDIOBÈNE KA : Ministre du Développement communautaire, de l'Equité sociale et territoriale; 20. Monsieur Moustapha DIOP : Ministre du Développement industriel et des Petites et Moyennes industries; 21. Monsieur Alioune NDOYE : Ministre des Pêches et de l'Économie maritime: 22. Monsieur Samba SY : Ministre du Travail, du Dialogue social et des Relations avec les Institutions ; 23. Monsieur Abdou Karim SALL : Ministre de l'Environnement et du Développement durable; 24. Monsieur Matar BA : Ministre des Sports ; 25. Monsieur Abdoulaye Seydou SOW : Ministre de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique : 26. Madame Aminata Assome DIATTA : Ministre du Commerce et des Petites et Moyennes entreprises; 27. Monsieur Abdoulaye DIOP : Ministre de la Culture et de la Communication; 28. Monsieur Aly Saleh DIOP : Ministre de l'Elevage et des Productions animales; 29. Madame Néné Fatoumata TALL : Ministre de la Jeunesse; 30. Madame Zahra lyane THIAM : Ministre de la Microfinance et de l'Economie sociale et solidaire ; 31. Monsieur Dame DIOP : Ministre de l'Emploi, de la Formation professionnelle, de 1'Apprentissage et de l'Insertion; 32. Monsieur Papa Amadou NDIAYE : Ministre de l'Artisanat et de la Transformation du Secteur informel; 33. Monsieur Yankhoba DIATTARA : Ministre de l'Economie numérique et des Télécommunications; 34. Monsieur Moïse Diar Diégane SARR : Secrétaire d'Etat auprès du Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur, chargé des Sénégalais de l'extérieur ; 35. Monsieur Mamadou Saliou SOW : Secrétaire d'État auprès du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, chargé de la Promotion des Droits humains et de la Bonne gouvernance; 36. Monsieur Mayacine CAMARA : Secrétaire d'État auprès du Ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, chargé du réseau ferroviaire : 37. Madame Victorine NDEYE : Secrétaire d'État auprès du Ministre de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique, chargé du Logement.

jeudi 29 octobre 2020

Conseil des Ministres mer, 28 oct 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé le Conseil des Ministres, le mercredi 28 octobre 2020, à 10 heures, au Palais de la République. Le Chef de l’Etat a, à l’entame de sa communication, adressé ses chaleureuses félicitations et ses meilleurs vœux à la communauté musulmane à l’occasion du Maouloud. Il a, en outre, exprimé sa solidarité à la communauté catholique en perspective de la célébration de la Toussaint. Le Chef de l’Etat a, ensuite, informé le Conseil avoir présidé, le 22 octobre, la première Journée nationale de la Décentralisation. Il a félicité le Ministre des Collectivités territoriales, les présidents de conseil départemental et les maires pour leur mobilisation exceptionnelle et la pertinence des recommandations. Le Président de la République a réaffirmé la place primordiale de la décentralisation et de la déconcentration dans la modernisation de l’Etat et la transformation optimale de l’action publique, autour de principes directeurs suivants : proximité, subsidiarité, modularité, efficacité, progrès, équité sociale et territoriale. Revenant sur les enseignements et perspectives de cette Journée, qui est désormais une date repère dans le calendrier républicain, le Président de la République a invité le Ministre des Collectivités territoriales, le Ministre des Finances et du Budget, les ministres sectoriels, les élus et acteurs territoriaux, à veiller à la mise en œuvre accélérée et consensuelle des décisions présidentielles issues de cette Rencontre. Le Chef de l’Etat a, dans cet élan, signalé l’urgence de mettre à la disposition des collectivités territoriales, avant la fin de l’année 2020, les cinq (5) milliards mobilisés au titre du Fonds d’appui au Développement local, institué par le Code minier de 2016. Le Président de la République a également demandé au Ministre en charge des collectivités territoriales, en relation avec les ministres concernés, de finaliser le statut de l’élu local, de préparer, d’une part, l’organisation d’une table ronde pour le financement du PACASEN rural, estimé à 352 milliards de FCFA sur cinq (5) ans et, d’autre part, l’acquisition et l’installation, dans les communes, de 100.000 nouveaux lampadaires solaires. Le Chef de l’Etat, pour conclure sur ce chapitre, a exhorté les partenaires de la décentralisation à consolider l’harmonisation des actions de développement territorial et de coopération décentralisée ; à améliorer les systèmes d’information territoriale et à promouvoir la réalisation rapide d’un Cadastre rural numérisé. Le Président de la République, a exprimé sa compassion et sa solidarité aux familles éplorées par la disparition en mer de jeunes compatriotes. Il a par ailleurs, au sujet de la politique nationale de jeunesse et de promotion de l’emploi des jeunes, rappelé au Gouvernement la haute priorité qu’il consacre à la mise en œuvre, avec une action urgente de la DER, pour venir en appui aux jeunes concernés. Il a demandé au Ministre, en charge de la Formation professionnelle, et au Délégué général à l’Entreprenariat rapide des femmes et des jeunes, face à la recrudescence de l’émigration clandestine, d’orienter et de renforcer leurs programmes de capacitation et d’accompagnement de la jeunesse. Le Chef de l’Etat a, à ce titre, demandé au Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, ainsi qu’au Ministre de la Coopération, d’accélérer la mobilisation des ressources dédiées au programme de construction des 45 centres départementaux de formation professionnelle. Le Président de la République a aussi exhorté les ministres en charge de la Jeunesse et des finances de faire prendre toutes les dispositions pour engager la construction et la mise en service des Maisons de la Jeunesse et de la citoyenneté prévues dans tous les départements du pays. Il a, par ailleurs, requis l’intensification des interventions en faveur de l’employabilité et du développement de l’entreprenariat des jeunes. Le Président de la République, abordant la question du soutien de l’Etat aux acteurs privés et à la relance du secteur du Tourisme, a indiqué au Ministre du Tourisme l’urgence d’examiner avec les ministres et services compétents de l’Etat, les possibilités et modalités de prise en charge consensuelle des requêtes contenues dans le mémorandum du secteur privé touristique. Le Chef de l’Etat a, au titre du climat social, de la gestion et du suivi des affaires intérieures demandé aux ministres de l’Agriculture et au Ministre du Commerce de préparer le lancement officiel, en novembre 2020, de la campagne de commercialisation de la production agricole. Le Chef de l’Etat a, enfin, invité le Gouvernement à veiller au renforcement permanent du dialogue entre les acteurs de la Communauté portuaire, en vue d’améliorer durablement les performances et la compétitivité du port autonome de Dakar, ainsi que l’environnement des affaires au Sénégal. Le Président de la République a clos sa communication sur son agenda diplomatique. Au titre des Communications, Le Ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République dans sa communication a fait le point sur le fonctionnement de la Commission de suivi, mise en place par le Chef de l’Etat, pour exploiter les décisions et recommandations de la cour des Comptes, suite au dépôt de leurs rapports 2015, 2016 et 2017. Le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur la mobilisation des ressources financières, l’exécution des dépenses du FORCES COVID-19, et l’exécution du budget. Le Ministre de l’Economie, du Plan et de la coopération a fait une communication sur la nécessité d’actualiser les données structurelles sur lesquelles se fonde l’élaboration des comptes nationaux. Le Ministre de la Santé et de l’Action sociale a fait une communication sur la gestion de la pandémie de COVID-19. Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait le point sur le suivi des cultures, et l’exportation des produits horticoles. Il a également rendu compte de l’état de la mise en œuvre des directives du Conseil des Ministres du 23 septembre 2020. Le Ministre de l’Education nationale a fait le point sur les préparatifs de la rentrée scolaire prévue le 05 novembre pour les enseignants, l’administration et le 12 novembre 2020 pour les élèves. Le Ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat a fait une communication sur le recensement des artisans devant bénéficier du soutien de l’Etat dans le cadre du Plan de Résilience économique et social (PRES). Le Ministre, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait le point sur les avancées et la mise en œuvre des projets prioritaires. Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté : Projet de loi complétant la loi n°81-52 du 10 juillet 1981 portant code des Pensions civiles et militaires de retraites, modifiée ; Projet de décret portant création et fixant les règles d’organisation et de fonctionnement du Campus franco-sénégalais (CFS). Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : Madame Mariama TRAORE, Administrateur civil, matricule de solde n° 616 281P précédemment Préfet du Département de Saint-Louis, est nommé Préfet du Département de Louga, en remplacement de Monsieur Mamadou KHOUMA, appelé à d’autres fonctions ; Monsieur Mamadou KHOUMA, Administrateur civil, matricule de solde n° 517 781K précédemment Préfet du Département de Louga, est nommé Préfet du Département de Fatick, en remplacement de Monsieur Demba TOURE, appelé à d’autres fonctions ; Monsieur Ousmane NIANG, Administrateur civil, matricule de solde n° 510 358B , précédemment Préfet du Département de Goudomp, est nommé Préfet du Département de Koungheul, en remplacement de Monsieur Abdou Khadre Ndiack NDIAYE, appelé à d’autres fonctions ; Monsieur Abdou Khadre Ndiack, Administrateur civil, matricule de solde n° 514 529D, précédemment Préfet du Département de Koungheul, est nommé Préfet du Département de Bakel, en remplacement de Monsieur Mamadou MBAYE, admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite ; Monsieur Ibrahima FALL, Administrateur civil, matricule de solde n° 516 434E , précédemment Préfet du Département de Sédhiou, est nommé Préfet du Département de Goudomp, en remplacement de Monsieur Ousmane NIANG, appelé à d’autres fonctions ; Monsieur Modou NDIAYE, administrateur civil, matricule de solde n°516 238/C, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Dakar, chargé des affaires administratives, est nommé Préfet du Département de Saint-Louis en remplacement de Madame Mariama TRAORE, appelée à d’autres fonctions ; Madame Ngoné CISSE, administrateur civil, matricule de solde n°661 356/C, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Thiès, chargée des affaires administratives, est nommée Préfet du Département de Sédhiou en remplacement de Monsieur Ibrahima FALL, appelé à d’autres fonctions Monsieur Mbaye DIONE, Administrateur civil, matricule de solde n° 661 346/D, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Ziguinchor, chargé des affaires administratives, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Dakar chargé des affaires administratives, en remplacement de Monsieur Modou NDIAYE, appelé à d’autres fonctions ; Monsieur Babacar NIANG, Administrateur civil, matricule de solde n° 681 544/F, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Ziguinchor, chargé développement, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Dakar chargé des affaires administratives, en remplacement de Monsieur Mbaye DIONE, appelé à d’autres fonctions ; Monsieur Maurice Latyre DIONE, Administrateur civil, matricule de solde n° 611 935/E, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Sédhiou, chargé des affaires administratives, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Thies chargé des affaires administratives, en remplacement de Madame Mame Ngoné CISSE, appelé à d’autres fonctions ; Monsieur Modou GUEYE, Administrateur civil, matricule de solde ° 681 541/C, précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Sédhiou, chargé développement, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Sédhiou chargé des affaires administratives, en remplacement de Monsieur Maurice Latyre DIONE, appelé à d’autres fonctions ; Madame Fatou Moctar FALL, Administrateur civil, matricule de solde n° 681 543E précédemment Adjoint au Gouverneur de la Région de Saint-Louis, chargé développement, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Tambacounda chargé des affaires administratives, poste vacant ; Madame Safiatou Joséphine DIENG, Administrateur civil, matricule de solde n° 696 368E précédemment Chef du Bureau de suivi au Secrétariat général du ministère de l’Intérieur, est nommé Adjoint au Gouverneur de la Région de Ziguinchor chargé développement, en remplacement de Monsieur Babacar NIANG, appelé à d’autres fonctions

Revue de presse (wolof) Zik Fm du jeudi 29 juin 2020 avec Ahmed Aidara

mardi 27 octobre 2020

Caricature contre De Gaulle : Quand la France censurait Charlie Hebdo Par: Babacar WILLANE - Seneweb.com | 28 octobre, 2020 à 01:10:42 Caricature contre De Gaulle : Quand la France censurait Charlie Hebdo La France se montre si déterminée à poursuivre les caricatures insultantes contre le Prophète Mouhamed. Pourtant, ‘’le pays de la liberté’’ a voulu liquider Charlie Hedbo, parce que simplement le journal avait caricaturé De Gaulle. « Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent ». Tel a été le verdict du président français Emmanuel Macron, mercredi dernier lors de la cérémonie d’hommage à Samuel Paty, le professeur décapité aux abords de son école à Nantes pour avoir montré à ses élèves une caricature de Charlie Hebdo sur le Prophète Mouhamed (Psl). Ainsi, le premier des Français semble inscrire sur du marbre cette liberté de caricaturer, même si on blasphème la référence de près de 2 milliards d’individus dans le monde. Pourtant, la France a eu à interdire des journaux simplement parce qu’ils ont caricaturé. D’ailleurs, ce même journal Charlie Hedbo qui s’appelait Hara-Kiri à l’origine a été interdit de parution en 1970. « À la suite de la fameuse « une » ‘’Bal tragique à Colombey – 1 mort’’, parue le 16 novembre 1970, après la disparition du général de Gaulle, Hara-Kiri a été interdit de vente aux mineurs, officiellement pour avoir publié des bandes dessinées pornographiques », écrit le journal Le Monde dans son magazine du 19 septembre 2020 à la page 38. En réalité, souligne Le Monde, les ‘’bandes dessinées pornographiques’’ n’étaient qu’un prétexte, l’arrêté avait pour but d’interdire la parution du journal. « Tous voient dans le motif invoqué par les autorités un simple prétexte dissimulant ‘’une censure politique qui n’ose dire son nom’’», mentionne le magazine. Ainsi donc, en 1970, la France, terre de liberté, a liquidé l’ancêtre de Charlie Hedbo, parce que tout simplement elle a fait des caricatures sur la mort du général De Gaulle. Ministre de l’Intérieur à l’époque, Raymond Marcellin déclare : «Pour éviter toute équivoque à l’avenir, j’ai prescrit aux services compétents de toujours motiver ces arrêtés. (…) La liberté de la presse sera d’autant mieux garantie dans notre pays que les abus aussi grossiers que ceux qui ont été incriminés seront réprimés conformément à la loi. » Le certificat de décès est donc désormais officiel. Pour ne pas laisser le journal mourir, Les éditions du Square qui gère le titre ont décidé de créer un supplément hebdomadaire dénommé Charlie, «afin de pouvoir continuer à faire face à leurs engagements financiers et permettre aux collaborateurs de l’ex-Hebdo Hara-Kiri, ainsi qu’aux autres employés de la société, de ne pas perdre leurs moyens d’existence ». En vérité, ce subterfuge était juste un moyen de relancer le journal sous un autre nom. D’aucuns disent même que le nom de Charlie vient du fait que l’équipe de Hara-Kiri voulait narguer le gouvernement qui a censuré le journal. Ils ont voulu le nommer Charles en référence à Charles De Gaulle, mais ils ont compris que ça n’allait pas prospéré. Ils ont donc opté pour Charlie. Contre l’armée et Mme Pompidou Trois ans après cette première censure, Charlie Hedbo sera poursuivi en justice. En mai 1973, le journal a publié une série de bandes dessinées intitulées ‘’Les aventures de Mme Pompidou’’. Le dessinateur n’est autre Cabu, l’une des victimes des attentats de Charlie Hedbo le 7 janvier 2015. Le caricaturiste et son journal seront condamnés à des peines d’amende. Et c’est loin d’être fini. « Six ans plus tard, revoici les mêmes devant la justice, cette fois pour ‘’injures envers l’armée’’ », rapporte encore le magazine du Monde à travers la plume de Agnès Gautheron. Le journal de l’irrévérence sera à nouveau condamné. Le Monde qui semble se solidariser rend compte de l’affaire avec un titre ironique : «Pour 15 200 francs, l’armée est lavée de ses injures. » En 1981, Charlie Hedbo disparaît, parce que intéressant de moins en moins les Français. De 500 mille exemplaires par semaine de 1970 à 1974, les ventes ne cessent de chuter jusqu’à la disparition. Ce n’est que 10 ans plus tard que le journal refait surface. Non sans difficulté. Il avait même commencé à sombrer à nouveau traversant des difficultés financières avant que l’attentat perpétré par les frères Kouachi ne lui offre un second souffle. C’est cette France là qui n’accepte pas des caricatures contre De Gaulle, Mme Pompidou et l’armée qui défend aujourd’hui Charlie pour les caricatures sur le Prophète Mouhamed. C’est dire donc si l’élite française (politiques, intellectuels, médias) s’attache à la production du journal ou bien si ce sont les insultes contre l’Islam et le Prophète qui fait plaisir.

Revue de presse zik fm du mardi 27 octobre 2020 par Ahmed Aidara

lundi 26 octobre 2020

Maigret (Bruno Cremer) 38 - Maigret y el ministro (Subtitulado Español)

Lettre à Monsieur le Président Macron: Mawluud ne rime point avec Caricatures, ni Islam avec Violence (Par Pr Malick Ndiaye) senegal7.com De la Question de principe La solidarité proactive, la compassion sincère, sinon les Condoléances attristées, à la famille et aux Parents, aux Enseignants, aux Citoyens et au Peuple de France ne sont pas négociables. Autrement dit, c’est bien à l’Humanité entière de prendre ses responsabilités concernant les termes et les circonstances ainsi que les conditions de la disparition du Professeur Samuel Paty, dont nous saluons la mémoire… Telle est la première raison pour laquelle M. le Président Macron devrait s’éviter le dérapage de M. Sarkozy à Dakar, en juillet 2007, à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Mieux, le Président Macron devrait faire dans les meilleurs délais – et nous espérons que le Président Macky Sall l’instruira dans ce sens -, son autocritique concernant ses déclarations troublantes relativement aux Caricatures du Prophète Mohammad dans le système éducatif français. Et pour cause ! En aucun cas, l’Islam ne saurait se confondre avec la Violence ni le Terrorisme : « Laa Ikraha Fii Diini Qad Tabayna Rushd Minal Khay/Il n’est point de contrainte en religion. Le Vrai est désormais distinct de l’erreur…. » (Sourate n° 2, Al-Baqarah, v. 256). Moyennant quoi, au cas où il y aurait dans ce cas vraiment regrettable du Professeur Samuel Paty, un détournement de la Religion musulmane à des fins politiques partisanes, idéologiques, ethniques ou raciales, etc., ce dérapage ne saurait justifier d’houspiller ou de s’en prendre à l’Islam ni aux Musulmans, A Nani ? Qui plus est, un Islam dont la démarche Djihaadu Nafsique a été réhabilitée et assumée jusqu’au bout par Ahmadou Bamba le 5 septembre 1895, devant le Gouverneur Général Mouttet et le Conseil privé des 4 Communes, du Régime de l’Indigénat et de l’ex-Colonie du Sénégal et dépendances, à Saint-Louis du Sénégal. Monsieur le Président de la France, pays ami et allié du Sénégal, notamment durant la première et la seconde guerre mondiale, il nous faudrait éviter présentement de compromettre la Paix des religions et des ethnies, des races et des cultures dans le monde, mais aussi pour ne pas exposer davantage et son pays et ses concitoyens, notamment dans les pays musulmans du monde entier. Pour une Pédagogie de la Réformation du Monde et une Didactique de la Réorganisation des Relations internationales Monsieur le Président, ce vers quoi le monde devrait, en effet, tourner le regard et partager, ce devrait être plutôt sur des Approches rigoureuses et concertées d’une Pédagogie de la Réformation inévitable du monde actuel, sans oublier l’élaboration concertée au niveau planétaire d’une Didactique de la Réorganisation des Relations internationales, non ? Autant de choses, Monsieur le Président, qui appellent une Recomposition des Savoirs d’une Humanité aujourd’hui dispersée et émiettée ; et ce, avec comme Objectif le Réenchantement de l’Univers, d’une part, et d’autre part, l’Accomplissement de l’Homme comme Finalité. Autrement dit, Monsieur le Président – et quel que soit alpha -, si à quelques jours seulement du Mawluud Nabi, décapiter un Citoyen français au nom de l’Islam, sinon de toute autre religion en pleine rue, jamais au grand jamais ne pourra s’autoriser de l’Islam ni des Religions révélées (y compris Tawraat et Injiila) , il n’est pas interdit de penser – pour les mêmes raisons -, que vouloir justifier et légitimer les caricatures de Mohammad Ibn Abdallah, de Jésus ou d’Abraham ou de Moïse, de Thierno Souleymane Baal, sinon de Serigne Tuuba et d’El Hadj Malick, de Monseigneur Thiandoum et de Jean-Paul II ou de l’Abbé Léon Diouf, etc., de la part d’un Président de la République française en plein XXI ème siècle, appelle un examen rigoureux des prémisses doctorales et des conséquences doctrinales… Et ce, autant dans votre pays et en Europe que chez nous au Sénégal, en Afrique de l’Ouest et au Maghreb comme dans le monde entier… Partant, ce qui est à l’ordre du jour dans le monde et ce qu’on est en droit d’attendre de la France des Lumières, ce n’est point l’Invective d’Etat ni la disqualification des Religions universelles, mais plutôt une invite à la Recomposition des Savoirs et à la Réformation des sociétés de l’Homme partout dans le monde ; à commencer par les pays dits « développés » et/ou les nations « riches »… Sans oublier, évidemment, l’urgence et la nécessité d’une évaluation concertée des Relations internationales destinée à reconsidérer les formules et les systèmes d’une Gouvernance universelle qui n’aura nullement donné les résultats escomptés depuis la fin de la dernière guerre. Une Réorganisation du Monde, à commencer par les Nations Unies, la Banque Mondiale, l’OMS, etc., voilà ce qui est de vous attendu, nullement l’érection des Caricatures de Mohammad en symboles de la Liberté d’expression dans l’univers éducatif de la France et/ou du monde ! En un mot, Monsieur le Président, la Mal Gouvernance d’un Monde de l’Homme totalement déconnecté de la Nature, de l’Environnement et des Territoires, laquelle aura conduit l’Humanité entière à la pandémie dite de la Covid-19, nous interpelle tous et toutes. Alors, Lu Waraal Lu Bonn ? Non et non ! Excellence, Monsieur le Président Macron Assumer publiquement, et devant le monde entier, une défense et illustration des caricatures du Prophète Mohammad au nom de la « Liberté d’expression », n’est-ce pas en rajouter aux problèmes gigantesques qui agitent le monde aujourd’hui ? N’est-ce pas, de quelque manière, exposer les Français partout où ils pourraient se trouver, y compris en France ? Réveiller les démons de l’Anti-Islamisme radical, ne reviendrait-il pas à encourager le Terrorisme et le Djihadisme, y compris dans votre propre pays ou en Europe, comme dans le Sahel comme en Afrique de l’Ouest… ? En d’autres termes, si la Solidarité proactive avec le monde enseignant de l’ex-Métropole comme avec la Citoyenneté de la France des Lumières et du Progrès doit être affirmée et actée dans tous les pays du globe – car la chose n’est pas discutable ni négociable – à l’inverse, quid de l’institutionnalisation des caricatures du Prophète de l’Islam dans le système éducatif, académique et universitaire de votre pays ? Toutes nos Condoléances donc au Peuple de France et à l’intelligentsia internationale. Encore faudrait-il – cela va de soi – bien faire la différence entre la culture livresque des Diplômés et les valeurs morales et les vertus éthiques des Intellectuels dont la motivation première consiste dans l’élévation de l’Humanité au-dessus de l’Animalité des Bayyima et des Rab, des Rawhaan et des Lupus… Autrement dit, Monsieur le Président, cestui-là qui promet de consolider et d’étendre les caricatures de Mohammad Ibn Abdallah dans le système éducatif, académique et universitaire français, voire dans tous les pays francophones du monde – et ce, à quelques jours seulement du Gamou, du Mawlid ou encore Mawluud Nabi – jusqu’où disons-nous, cette personnalité mériterait-t-elle il de recevoir des condoléances de la part d’une Humanité irritée et vexée par vos propos ? De l’Humanisme universel du Réenchantement qui accompagne la Recomposition des Savoirs Monsieur le Président, nos deux pays France et Sénégal appellent des rapports de Nawlé entre l’ex-Métropole et le pays de Senghor et de Mamadou Dia, de Khadimu Rassoul et de Mawdo Malick Sy, c’est-à–dire des rapports de vérité et de sincérité, et non de Colon/Colonisé, Maître/Esclave, Citoyen français/Sujet Indigène, de Buur et de Baadoolo ! Monsieur le Président, ne troublons donc point aucunement la stabilité d’un monde déjà confronté à des défis majeurs qui appellent une solidarité internationale sans faille entre toutes les nations du monde ; et ce, au-delà des questions de religions et de croyances, d’ethnies ou de races et de nationalité… Une Humanité confrontée à des problèmes récurrents et graves, y compris dans les pays dits « développés » et les nations jugées « prospères » – je me permets de vous rappeler les manifestations de plusieurs millions de « Gilets Jaunes » dans votre propre pays, ok ? Au total, je me permets d’espérer que le Président Macky Sall communiquera avec vous concernant les conséquences probables de votre sortie sur les caricatures Mohammad Ibn Abdallah, non seulement dans notre pays, mais dans la sous-région, mais aussi dans le monde entier sans doute… Autrement dit, l’urgence et la nécessité d’une Recomposition universelle des Savoirs destinée à promouvoir le Réenchantement d’une Humanité réconciliée avec les prolégomènes et des Révélations et des Lumières, voilà ce que nous attendons de vous et de votre Nation historique de l’Humanisme de la Renaissance et du Siècle des Lumières ! Et pour cause ! Dans une situation mondiale marquée par des tensions politico-ethniques au Mali, en Guinée et en Côte d’Ivoire, entre autres religieuses, comme aux Etats-Unis ou en France – n’est-ce pas ? – il ne s’agit point d’en rajouter en dressant les peuples musulmans de la planète contre les Français et/ou la France. Même s’il est vrai que la France est votre pays, il n’est pas moins vrai que le Sort des Français concerne l’Humanité globalement considérée. Autrement dit, que ce soit en France métropolitaine ou en Afrique noire, au Moyen-Orient et au Maghreb ou en Asie, dans la Péninsule arabique ou en Amérique Latine et aux USA, l’Homme aura toujours le souci de la Protection et de la Prévention selon les préceptes de l’Evangile et du Nouveau Testament : « Aime ton Prochain comme toi-même », « Ne fais pas à Autrui, ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse » ! L’Humanité dans un Guutë, Mbaa Ng’iro Ci Biir Guutë Comment s’en sortir, sinon par une réhabilitation raisonnée d’une 6 ème Science qui aura été visiblement ratée jusqu’ici, notamment en France ? Et ce, à partir du moment où un Président de tous les espoirs en matière de Renouvellement de la classe politique française, aura repris sans aucun discernement apparent, les thématiques ayant mené l’Humanité dans un Guutë sans précédent ! Alors ? En avant pour une Recomposition des Savoirs du monde entier en vue d’un Réenchantement de l’Humanité comme précondition pour la sortie du Guutë et/ou de la fin du Ng’iro. Mais, à quelques jours du Gamou, il y a lieu de rappeler que Mawluud ne rime point avec Caricatures du Prophète ! Ni en France ni au Sénégal. Merci donc Président Macron. Encore toutes nos Condoléances à votre Nation des Lumières, mais Vigilance et Discernement ! Pr. Malick Ndiaye, Sociologue, Coordonnateur du Comité d’Initiatives des Intellectuels du Sénégal – CIIS et Directeur du Laboratoire de Prospective et de Science des Mutations du Département de Sociologie, FLSH, UCAD et de la Revue Africaine de Stratégie de Prospective Cours nouveau, Fait à Dakar, le 25 octobre 20

TRAVAUX DU TER : COLÈRE NOIRE DE THIAROYE GARE CONTRE L’APIX Par: Seneweb News - Seneweb.com | 26 octobre, 2020 à 16:10:26 TRAVAUX DU TER : COLÈRE NOIRE DE THIAROYE GARE CONTRE L’APIX Les désagréments causés par les travaux du Train Express Régional (TER) à Thiaroye Gare ont fait sortir les populations de leur gond. Menaçant de descendre dans la rue, si l’APIX continue de faire la sourde oreille à leurs revendications, elles réclament la construction de passerelles qui est devenue une urgence sociale pour cette zone. Selon L’AS, leur porte-parole, Libasse Diagne, a tiré à boulets rouges sur le Directeur général de l’APIX, en l’occurrence Mountaga Sy, qui, dit-il, n’a respecté aucun de ses engagements. D’ailleurs, à l’en croire, la localité de Thiaroye Gare sera coupée du reste du monde avec la traversée du TER et l’éventuelle construction du mur du camp militaire

Revue de presse (wolof) Zik fm du lundi 26 octobre 2020 avec Ahmed Aidara

vendredi 23 octobre 2020

"Kaaw Cheikh", un film-mémoire consacré au patriarche Cheikh Hamidou Kane Par: APS - APS | 23 octobre, 2020 à 11:10:37 | Lu 1200 Fois | 17 Commentaires "Kaaw Cheikh", un film-mémoire consacré au patriarche Cheikh Hamidou Kane Le réalisateur sénégalais, Moe Sow, retrace le parcours de l’écrivain et homme d’Etat Cheikh Hamidou Kane, 92 ans, à travers un film documentaire consacré aux convictions de l’auteur de "L’Aventure ambiguë", son regard sur le monde actuel et sur le devenir du Sénégal et de l’Afrique. D’une durée de 52 minutes, ce film intitulé "Kaaw Cheikh’’ (oncle Cheikh) a été projeté à Dakar, à l’Institut supérieur des arts et de la culture (ISAC). Il propose des va-et-vient sur la vie de ce descendant de Alpha Ciré Kane de Matam, "un homme qui a marqué son temps et la vie sociale, politique et économique de son pays, le Sénégal, et de son continent, l’Afrique", dit de lui le journaliste Mamadou Ibra Kane, un des producteurs exécutifs du film. Le cinéaste s’attarde, dès l’entame du film, sur une époque matérialisée par un vieux poste radio et une télévision d’époque diffusant tour à tour un entretien accordé par l’écrivain au journaliste, dans lequel le premier revient sur la genèse et le contenu de ses deux livres ayant marqué son parcours littéraire à savoir "L’Aventure ambiguë", un classique publié en 1961 et traduit en plusieurs langues, et "Les gardiens du temple" (1995). Le documentaire "Kaaw Cheikh" est un film biographique qui incite, dans le même temps, à la découverte du terroir de Cheikh Hamidou Kane, la région de Matam et la zone du fleuve Sénégal, symbole de l’enracinement de tous les "Foutankés". Cette incursion dans cet univers culturel déterminé justifie le rappel constant de la filiation de Cheikh Hamidou Kane par son griot de naissance, le musicien et chanteur Samba Ciré Guissé, dont le récit est ponctué de la voix permanente du chanteur pulaar Baaba Maal, un choix qui contribue à faire de la musique un personnage central dans le film. Le film se veut aussi une fenêtre sur des évènements marquants de la vie politique du Sénégal postindépendance, notamment la crise de 1962 dont Cheikh Hamidou Kane fut un témoin important. Il donne sa version des faits sur cette crise politique, comme l’ont fait d’autres avant lui, dans par exemple "Président Dia" (2012) du réalisateur Ousmane William Mbaye, un document historique qui a contribué à une meilleure compréhension des enjeux de l’époque et même d’aujourd’hui, à travers la confrontation entre le premier président du Sénégal indépendant, Léopold Sédar Senghor, et le président du Conseil Mamadou Dia. Ce dernier, accusé d’avoir voulu perpétré un coup d’Etat, fut arrêté, jugé et mis en prison avant d’être élargi quelques années plus tard. Cheikh Hamidou Kane ayant pris parti pour ce dernier, démissionne de la Fonction publique depuis Monrovia où il était affecté à l’ambassade du Sénégal au Libéria. Le film est aussi agrémenté de témoignages recueillis lors de la célébration des 90 ans de l’auteur et du colloque organisé en son honneur en 2018 sur le thème "Cheikh Hamidou Kane. Questions d’avenir". L’intérêt du film tient aussi au fait que des personnalités de renom y sont revenues sur leurs liens avec l’écrivain, comme l’historien guinéen Djibril Tamsir Niane, compagnon de longue date de Cheikh Hamidou Kane. Il compte aussi sur la valeur des témoignages de proches de l’écrivain - le ministre Abdoulaye Elimane Kane, philosophe et écrivain lui aussi, ses enfants -, et surtout de ses lecteurs situés dans des pays d’outre-Atlantique et qui s’identifient à Samba Diallo, personnage principal de son célèbre roman ’’L’Aventure ambigüe’’. Le documentaire "Kaaw Cheikh", qui s’appuie sur une démarche pédagogique, tente de lever un coin du voile sur les convictions politiques de Cheikh Hamidou Kane, qui a toujours cherché à savoir "comment lier le bois au bois ?". Il essaie également de traduire son regard sur le monde d’aujourd’hui et le devenir du Sénégal et de l’Afrique. Moe Sow a déjà produit un film sur le mythique groupe de musique sénégalais "Xalam" et compte sortir un autre sur le batteur Doudou Ndiaye Coumba Rose, autant de projets comptant pour son entreprise d’archivage de la mémoire culturelle du Sénégal. "Je favorise en tant que cinéaste d’archiver notre histoire. Les autres viennent nous les prendre, nous sommes assis dessus et restons là à faire des séries et autres. Il faut que l’on documente notre propre histoire, il faut que les jeunes puissent voir ces histoires, puisqu’ils ne lisent pas beaucoup", indique le cinéaste

Revue de presse (wolof) Zik Fm du vendredi 23 octobre 2020 avec Ahmed Ai...

jeudi 22 octobre 2020

LE COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU 21 OCTOBRE 2020 21 octobre 2020 à 22h24min88444%Tags: Dakar, 21 oct (APS) - Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé le Conseil des Ministres, le mercredi 21 octobre 2020, à 10 heures, au Palais de la République. Le Chef de l’Etat a, à l’entame de sa communication, abordé la question de l’intensification du processus d’industrialisation au Sénégal. Il a, à ce titre, demandé aux Ministres en charge de l’industrie et de l’économie de finaliser l’actualisation consensuelle de la Stratégie nationale de Développement industriel, tout en invitant le secteur privé à relever, avec le Gouvernement, le défi de l’industrialisation. Le Chef de l’Etat a également indiqué aux Ministres en charge de l’industrie et de la Coopération, l’urgence d’assurer le développement soutenu de la deuxième phase de la plateforme industrielle de Diamniadio, en veillant à la fixation, avec les acteurs institutionnels et partenaires, de ses modalités de gestion. Le Président de la République a, au titre de la mise en place des agropoles pour intensifier l’aménagement et le développement territorial, demandé aux ministres sectoriels impliqués de prendre les dispositions appropriées pour la réalisation des quatre (4) agropoles prévus dans les zones et collectivités territoriales ciblées. Il a aussi rappelé au Conseil, qu’il rencontrera, le jeudi 22 octobre 2020, les élus territoriaux, à l’occasion de la tenue de la 1ère édition de la Journée nationale de la Décentralisation. Le Président de la République, revenant sur le développement des activités des minoteries installées au Sénégal, a signalé au Ministre du Travail l’importance d’accorder une attention particulière à la situation des travailleurs dans les grandes entreprises de ce secteur fortement créateurs de richesses et d’emplois ; Le Chef de l’Etat a, enfin, invité le Ministre du Commerce et le Ministre de l’Industrie à travailler de concert avec les industriels, les boulangers et les opérateurs économiques actifs dans le domaine, afin de faire du secteur de la minoterie, un pilier essentiel de la politique du « Produire et du Consommer local ». Le Président de la République, abordant la mobilisation optimale des ministères durant la session budgétaire, relative à l’examen du projet de loi de finances pour l’année 2021, a rappelé au Gouvernement l’impératif, pour chaque ministre, d’œuvrer, avec ses services, pour une participation de qualité aux travaux de l’Assemblée nationale. Le Chef de l’Etat a, au chapitre du climat social, de la gestion et du suivi des affaires intérieures, magnifié les brillants résultats des enseignants-chercheurs sénégalais à l’issue des travaux de la 42ème session des Comités consultatifs interafricains du CAMES. Il a, dans cette dynamique, engagé les ministres concernés, en relation avec les autorités académiques à veiller à la préservation de certains enseignements spécifiques dans nos universités, ainsi qu’à la réorganisation académique de nombreuses formations dans des établissements publics spécialisés en adéquation avec les besoins et l’environnement. Le Président de la République a, notamment, invité le Ministre de l’Education, en relation avec le Ministre de la Famille, à mener des concertations avec les représentants des associations de maîtres coraniques, pour le traitement de leurs doléances dans le cadre de la consolidation du système éducatif et de la stabilité sociale. Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, félicité et exhorté les établissements de crédits à poursuivre les initiatives visant à accorder aux entreprises et aux salariés des reports d’échéances sur les encours de crédits jusqu’en fin 2020. Le Président de la République, pour conclure ce chapitre, a requis des Ministres en charge de l’Environnement et de la Géologie, un rapport exhaustif sur les risques géologiques qui menacent certains sites de la capitale et d’autres localités du pays. Le Chef de l’Etat a, abordé le suivi de la coopération et des partenariats en informant le Conseil des initiatives visant la réhabilitation et l’amélioration de l’exploitation de la ligne ferroviaire Dakar-Bamako. Le Président de la République a terminé sa communication sur son agenda diplomatique. Au titre des Communications, Le Ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République dans sa communication sur la cérémonie d’ouverture des Ateliers thématiques du forum portant sur le « Bilan d’étape du Code minier de 2016 » qui s’est tenu à Diamniadio le 13 octobre 2020 sous sa présidence. Le Ministre des Finances et du Budget a rendu compte de la mobilisation des ressources financières, des dépenses liées à la pandémie de la COVID-19 et de l’exécution du budget Le Ministre du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale a fait une communication sur l’évaluation du Programme national de Bourse de Sécurité familiale. Le Ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement a fait une communication portant sur la modernisation, la sécurisation et la rationalisation des services délivrés aux usagers des transports routiers. Le Ministre de la Santé et de l’action sociale a fait une communication sur la gestion de la pandémie, sur la démobilisation de certains centres de traitement épidémiologiques (CTE). Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait le point sur la situation de la pluviométrie, le suivi des cultures, les exportations des produits horticoles. Le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a fait une communication sur le système LMD, la restructuration de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et le Campus franco- sénégalais (CFS). Le Ministre, en charge des Collectivités territoriales a fait le point sur l’organisation prochaine de la première journée de la Décentralisation qui se tiendra à Diamniadio le 22 octobre 2020. Le Ministre du Développement industriel a fait le point sur les agropoles et sur l’actualisation de la politique industrielle. Le Ministre en charge des Relations avec les Institutions a fait le point sur l’agenda de la session budgétaire. Le Ministre, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait le point sur les avancées et la mise en œuvre des réformes. Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté : - Le projet de décret fixant les modalités de participation des investisseurs sénégalais dans les entreprises intervenant dans les activités pétrolières et gazières et classement des activités de l’amont pétrolier et gaziers dans les régimes exclusif, mixte et non-exclusif ; - Le projet de décret portant organisation fonctionnement du comité national de suivi du contenu local (CNSL) dans le secteur des hydrocarbures ; - Le projet de décret fixant les modalités d’alimentation et de fonctionnement du fonds d’appui au développement du contenu local (FADCL). Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : Monsieur Mbaba Coura NDIAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°513.808/I, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Beijing, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, avec résidence à Ouagadougou, en remplacement de Madame Khadidiatou Tall DIAGNE ; Monsieur Serigne DIEYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°518.082/E, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Ottawa, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Abdelmajid TEBBOUNE, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire, avec résidence à Alger, en remplacement de Madame Anta Coulibaly DIALLO ; Monsieur Mame Oumar THIAW, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°616.206/C, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Washington, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Ali Bongo ONDIMBA, Président de la République gabonaise, avec résidence à Libreville, en remplacement de Monsieur Abdoul Ciré DIA ; Monsieur Saliou Niang DIENG, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°606.898/E, précédemment Ministre- Conseiller à Représentation permanente du Sénégal auprès des Nations Unies à New York, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Hassan ROHANI, Président de la République Islamique d’Iran, avec résidence à Téhéran, en remplacement de Monsieur Amadou SOW ; Madame Fatoumata Binetou Rassoul CORREA, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°604.132/J, précédemment Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal en République fédérative du Brésil, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Marcelo Rebelo de SOUSA, Président de la République portugaise, avec résidence à Lisbonne, en remplacement de Monsieur Cheikh Amadou Tidiane NDOYE ; Monsieur Paul Benoit SARR, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°518.962/G, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal au Caire, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Mahamadou ISSOUFOU, Président de la République du Niger, avec résidence à Niamey, en remplacement de Monsieur Oumar MAL ; Madame Rokhaya BA, matricule de solde n°660.670/A, précédemment Consul général du Sénégal à Milan, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République togolaise, avec résidence à Lomé, en remplacement de Madame Bineta Samb BA. Fait à Dakar le 21 octobre 2020 Le Ministre, Porte-Parole du Gouvernement Ndèye Tické Ndiaye DIOP OID Tweet

Revue de presse zik fm du jeudi 22 octobre 2020 par Ahmed Aidara

mercredi 21 octobre 2020