VIDEO

mardi 27 octobre 2020

Caricature contre De Gaulle : Quand la France censurait Charlie Hebdo Par: Babacar WILLANE - Seneweb.com | 28 octobre, 2020 à 01:10:42 Caricature contre De Gaulle : Quand la France censurait Charlie Hebdo La France se montre si déterminée à poursuivre les caricatures insultantes contre le Prophète Mouhamed. Pourtant, ‘’le pays de la liberté’’ a voulu liquider Charlie Hedbo, parce que simplement le journal avait caricaturé De Gaulle. « Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent ». Tel a été le verdict du président français Emmanuel Macron, mercredi dernier lors de la cérémonie d’hommage à Samuel Paty, le professeur décapité aux abords de son école à Nantes pour avoir montré à ses élèves une caricature de Charlie Hebdo sur le Prophète Mouhamed (Psl). Ainsi, le premier des Français semble inscrire sur du marbre cette liberté de caricaturer, même si on blasphème la référence de près de 2 milliards d’individus dans le monde. Pourtant, la France a eu à interdire des journaux simplement parce qu’ils ont caricaturé. D’ailleurs, ce même journal Charlie Hedbo qui s’appelait Hara-Kiri à l’origine a été interdit de parution en 1970. « À la suite de la fameuse « une » ‘’Bal tragique à Colombey – 1 mort’’, parue le 16 novembre 1970, après la disparition du général de Gaulle, Hara-Kiri a été interdit de vente aux mineurs, officiellement pour avoir publié des bandes dessinées pornographiques », écrit le journal Le Monde dans son magazine du 19 septembre 2020 à la page 38. En réalité, souligne Le Monde, les ‘’bandes dessinées pornographiques’’ n’étaient qu’un prétexte, l’arrêté avait pour but d’interdire la parution du journal. « Tous voient dans le motif invoqué par les autorités un simple prétexte dissimulant ‘’une censure politique qui n’ose dire son nom’’», mentionne le magazine. Ainsi donc, en 1970, la France, terre de liberté, a liquidé l’ancêtre de Charlie Hedbo, parce que tout simplement elle a fait des caricatures sur la mort du général De Gaulle. Ministre de l’Intérieur à l’époque, Raymond Marcellin déclare : «Pour éviter toute équivoque à l’avenir, j’ai prescrit aux services compétents de toujours motiver ces arrêtés. (…) La liberté de la presse sera d’autant mieux garantie dans notre pays que les abus aussi grossiers que ceux qui ont été incriminés seront réprimés conformément à la loi. » Le certificat de décès est donc désormais officiel. Pour ne pas laisser le journal mourir, Les éditions du Square qui gère le titre ont décidé de créer un supplément hebdomadaire dénommé Charlie, «afin de pouvoir continuer à faire face à leurs engagements financiers et permettre aux collaborateurs de l’ex-Hebdo Hara-Kiri, ainsi qu’aux autres employés de la société, de ne pas perdre leurs moyens d’existence ». En vérité, ce subterfuge était juste un moyen de relancer le journal sous un autre nom. D’aucuns disent même que le nom de Charlie vient du fait que l’équipe de Hara-Kiri voulait narguer le gouvernement qui a censuré le journal. Ils ont voulu le nommer Charles en référence à Charles De Gaulle, mais ils ont compris que ça n’allait pas prospéré. Ils ont donc opté pour Charlie. Contre l’armée et Mme Pompidou Trois ans après cette première censure, Charlie Hedbo sera poursuivi en justice. En mai 1973, le journal a publié une série de bandes dessinées intitulées ‘’Les aventures de Mme Pompidou’’. Le dessinateur n’est autre Cabu, l’une des victimes des attentats de Charlie Hedbo le 7 janvier 2015. Le caricaturiste et son journal seront condamnés à des peines d’amende. Et c’est loin d’être fini. « Six ans plus tard, revoici les mêmes devant la justice, cette fois pour ‘’injures envers l’armée’’ », rapporte encore le magazine du Monde à travers la plume de Agnès Gautheron. Le journal de l’irrévérence sera à nouveau condamné. Le Monde qui semble se solidariser rend compte de l’affaire avec un titre ironique : «Pour 15 200 francs, l’armée est lavée de ses injures. » En 1981, Charlie Hedbo disparaît, parce que intéressant de moins en moins les Français. De 500 mille exemplaires par semaine de 1970 à 1974, les ventes ne cessent de chuter jusqu’à la disparition. Ce n’est que 10 ans plus tard que le journal refait surface. Non sans difficulté. Il avait même commencé à sombrer à nouveau traversant des difficultés financières avant que l’attentat perpétré par les frères Kouachi ne lui offre un second souffle. C’est cette France là qui n’accepte pas des caricatures contre De Gaulle, Mme Pompidou et l’armée qui défend aujourd’hui Charlie pour les caricatures sur le Prophète Mouhamed. C’est dire donc si l’élite française (politiques, intellectuels, médias) s’attache à la production du journal ou bien si ce sont les insultes contre l’Islam et le Prophète qui fait plaisir.

Revue de presse zik fm du mardi 27 octobre 2020 par Ahmed Aidara

lundi 26 octobre 2020

Maigret (Bruno Cremer) 38 - Maigret y el ministro (Subtitulado Español)

Lettre à Monsieur le Président Macron: Mawluud ne rime point avec Caricatures, ni Islam avec Violence (Par Pr Malick Ndiaye) senegal7.com De la Question de principe La solidarité proactive, la compassion sincère, sinon les Condoléances attristées, à la famille et aux Parents, aux Enseignants, aux Citoyens et au Peuple de France ne sont pas négociables. Autrement dit, c’est bien à l’Humanité entière de prendre ses responsabilités concernant les termes et les circonstances ainsi que les conditions de la disparition du Professeur Samuel Paty, dont nous saluons la mémoire… Telle est la première raison pour laquelle M. le Président Macron devrait s’éviter le dérapage de M. Sarkozy à Dakar, en juillet 2007, à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Mieux, le Président Macron devrait faire dans les meilleurs délais – et nous espérons que le Président Macky Sall l’instruira dans ce sens -, son autocritique concernant ses déclarations troublantes relativement aux Caricatures du Prophète Mohammad dans le système éducatif français. Et pour cause ! En aucun cas, l’Islam ne saurait se confondre avec la Violence ni le Terrorisme : « Laa Ikraha Fii Diini Qad Tabayna Rushd Minal Khay/Il n’est point de contrainte en religion. Le Vrai est désormais distinct de l’erreur…. » (Sourate n° 2, Al-Baqarah, v. 256). Moyennant quoi, au cas où il y aurait dans ce cas vraiment regrettable du Professeur Samuel Paty, un détournement de la Religion musulmane à des fins politiques partisanes, idéologiques, ethniques ou raciales, etc., ce dérapage ne saurait justifier d’houspiller ou de s’en prendre à l’Islam ni aux Musulmans, A Nani ? Qui plus est, un Islam dont la démarche Djihaadu Nafsique a été réhabilitée et assumée jusqu’au bout par Ahmadou Bamba le 5 septembre 1895, devant le Gouverneur Général Mouttet et le Conseil privé des 4 Communes, du Régime de l’Indigénat et de l’ex-Colonie du Sénégal et dépendances, à Saint-Louis du Sénégal. Monsieur le Président de la France, pays ami et allié du Sénégal, notamment durant la première et la seconde guerre mondiale, il nous faudrait éviter présentement de compromettre la Paix des religions et des ethnies, des races et des cultures dans le monde, mais aussi pour ne pas exposer davantage et son pays et ses concitoyens, notamment dans les pays musulmans du monde entier. Pour une Pédagogie de la Réformation du Monde et une Didactique de la Réorganisation des Relations internationales Monsieur le Président, ce vers quoi le monde devrait, en effet, tourner le regard et partager, ce devrait être plutôt sur des Approches rigoureuses et concertées d’une Pédagogie de la Réformation inévitable du monde actuel, sans oublier l’élaboration concertée au niveau planétaire d’une Didactique de la Réorganisation des Relations internationales, non ? Autant de choses, Monsieur le Président, qui appellent une Recomposition des Savoirs d’une Humanité aujourd’hui dispersée et émiettée ; et ce, avec comme Objectif le Réenchantement de l’Univers, d’une part, et d’autre part, l’Accomplissement de l’Homme comme Finalité. Autrement dit, Monsieur le Président – et quel que soit alpha -, si à quelques jours seulement du Mawluud Nabi, décapiter un Citoyen français au nom de l’Islam, sinon de toute autre religion en pleine rue, jamais au grand jamais ne pourra s’autoriser de l’Islam ni des Religions révélées (y compris Tawraat et Injiila) , il n’est pas interdit de penser – pour les mêmes raisons -, que vouloir justifier et légitimer les caricatures de Mohammad Ibn Abdallah, de Jésus ou d’Abraham ou de Moïse, de Thierno Souleymane Baal, sinon de Serigne Tuuba et d’El Hadj Malick, de Monseigneur Thiandoum et de Jean-Paul II ou de l’Abbé Léon Diouf, etc., de la part d’un Président de la République française en plein XXI ème siècle, appelle un examen rigoureux des prémisses doctorales et des conséquences doctrinales… Et ce, autant dans votre pays et en Europe que chez nous au Sénégal, en Afrique de l’Ouest et au Maghreb comme dans le monde entier… Partant, ce qui est à l’ordre du jour dans le monde et ce qu’on est en droit d’attendre de la France des Lumières, ce n’est point l’Invective d’Etat ni la disqualification des Religions universelles, mais plutôt une invite à la Recomposition des Savoirs et à la Réformation des sociétés de l’Homme partout dans le monde ; à commencer par les pays dits « développés » et/ou les nations « riches »… Sans oublier, évidemment, l’urgence et la nécessité d’une évaluation concertée des Relations internationales destinée à reconsidérer les formules et les systèmes d’une Gouvernance universelle qui n’aura nullement donné les résultats escomptés depuis la fin de la dernière guerre. Une Réorganisation du Monde, à commencer par les Nations Unies, la Banque Mondiale, l’OMS, etc., voilà ce qui est de vous attendu, nullement l’érection des Caricatures de Mohammad en symboles de la Liberté d’expression dans l’univers éducatif de la France et/ou du monde ! En un mot, Monsieur le Président, la Mal Gouvernance d’un Monde de l’Homme totalement déconnecté de la Nature, de l’Environnement et des Territoires, laquelle aura conduit l’Humanité entière à la pandémie dite de la Covid-19, nous interpelle tous et toutes. Alors, Lu Waraal Lu Bonn ? Non et non ! Excellence, Monsieur le Président Macron Assumer publiquement, et devant le monde entier, une défense et illustration des caricatures du Prophète Mohammad au nom de la « Liberté d’expression », n’est-ce pas en rajouter aux problèmes gigantesques qui agitent le monde aujourd’hui ? N’est-ce pas, de quelque manière, exposer les Français partout où ils pourraient se trouver, y compris en France ? Réveiller les démons de l’Anti-Islamisme radical, ne reviendrait-il pas à encourager le Terrorisme et le Djihadisme, y compris dans votre propre pays ou en Europe, comme dans le Sahel comme en Afrique de l’Ouest… ? En d’autres termes, si la Solidarité proactive avec le monde enseignant de l’ex-Métropole comme avec la Citoyenneté de la France des Lumières et du Progrès doit être affirmée et actée dans tous les pays du globe – car la chose n’est pas discutable ni négociable – à l’inverse, quid de l’institutionnalisation des caricatures du Prophète de l’Islam dans le système éducatif, académique et universitaire de votre pays ? Toutes nos Condoléances donc au Peuple de France et à l’intelligentsia internationale. Encore faudrait-il – cela va de soi – bien faire la différence entre la culture livresque des Diplômés et les valeurs morales et les vertus éthiques des Intellectuels dont la motivation première consiste dans l’élévation de l’Humanité au-dessus de l’Animalité des Bayyima et des Rab, des Rawhaan et des Lupus… Autrement dit, Monsieur le Président, cestui-là qui promet de consolider et d’étendre les caricatures de Mohammad Ibn Abdallah dans le système éducatif, académique et universitaire français, voire dans tous les pays francophones du monde – et ce, à quelques jours seulement du Gamou, du Mawlid ou encore Mawluud Nabi – jusqu’où disons-nous, cette personnalité mériterait-t-elle il de recevoir des condoléances de la part d’une Humanité irritée et vexée par vos propos ? De l’Humanisme universel du Réenchantement qui accompagne la Recomposition des Savoirs Monsieur le Président, nos deux pays France et Sénégal appellent des rapports de Nawlé entre l’ex-Métropole et le pays de Senghor et de Mamadou Dia, de Khadimu Rassoul et de Mawdo Malick Sy, c’est-à–dire des rapports de vérité et de sincérité, et non de Colon/Colonisé, Maître/Esclave, Citoyen français/Sujet Indigène, de Buur et de Baadoolo ! Monsieur le Président, ne troublons donc point aucunement la stabilité d’un monde déjà confronté à des défis majeurs qui appellent une solidarité internationale sans faille entre toutes les nations du monde ; et ce, au-delà des questions de religions et de croyances, d’ethnies ou de races et de nationalité… Une Humanité confrontée à des problèmes récurrents et graves, y compris dans les pays dits « développés » et les nations jugées « prospères » – je me permets de vous rappeler les manifestations de plusieurs millions de « Gilets Jaunes » dans votre propre pays, ok ? Au total, je me permets d’espérer que le Président Macky Sall communiquera avec vous concernant les conséquences probables de votre sortie sur les caricatures Mohammad Ibn Abdallah, non seulement dans notre pays, mais dans la sous-région, mais aussi dans le monde entier sans doute… Autrement dit, l’urgence et la nécessité d’une Recomposition universelle des Savoirs destinée à promouvoir le Réenchantement d’une Humanité réconciliée avec les prolégomènes et des Révélations et des Lumières, voilà ce que nous attendons de vous et de votre Nation historique de l’Humanisme de la Renaissance et du Siècle des Lumières ! Et pour cause ! Dans une situation mondiale marquée par des tensions politico-ethniques au Mali, en Guinée et en Côte d’Ivoire, entre autres religieuses, comme aux Etats-Unis ou en France – n’est-ce pas ? – il ne s’agit point d’en rajouter en dressant les peuples musulmans de la planète contre les Français et/ou la France. Même s’il est vrai que la France est votre pays, il n’est pas moins vrai que le Sort des Français concerne l’Humanité globalement considérée. Autrement dit, que ce soit en France métropolitaine ou en Afrique noire, au Moyen-Orient et au Maghreb ou en Asie, dans la Péninsule arabique ou en Amérique Latine et aux USA, l’Homme aura toujours le souci de la Protection et de la Prévention selon les préceptes de l’Evangile et du Nouveau Testament : « Aime ton Prochain comme toi-même », « Ne fais pas à Autrui, ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse » ! L’Humanité dans un Guutë, Mbaa Ng’iro Ci Biir Guutë Comment s’en sortir, sinon par une réhabilitation raisonnée d’une 6 ème Science qui aura été visiblement ratée jusqu’ici, notamment en France ? Et ce, à partir du moment où un Président de tous les espoirs en matière de Renouvellement de la classe politique française, aura repris sans aucun discernement apparent, les thématiques ayant mené l’Humanité dans un Guutë sans précédent ! Alors ? En avant pour une Recomposition des Savoirs du monde entier en vue d’un Réenchantement de l’Humanité comme précondition pour la sortie du Guutë et/ou de la fin du Ng’iro. Mais, à quelques jours du Gamou, il y a lieu de rappeler que Mawluud ne rime point avec Caricatures du Prophète ! Ni en France ni au Sénégal. Merci donc Président Macron. Encore toutes nos Condoléances à votre Nation des Lumières, mais Vigilance et Discernement ! Pr. Malick Ndiaye, Sociologue, Coordonnateur du Comité d’Initiatives des Intellectuels du Sénégal – CIIS et Directeur du Laboratoire de Prospective et de Science des Mutations du Département de Sociologie, FLSH, UCAD et de la Revue Africaine de Stratégie de Prospective Cours nouveau, Fait à Dakar, le 25 octobre 20

TRAVAUX DU TER : COLÈRE NOIRE DE THIAROYE GARE CONTRE L’APIX Par: Seneweb News - Seneweb.com | 26 octobre, 2020 à 16:10:26 TRAVAUX DU TER : COLÈRE NOIRE DE THIAROYE GARE CONTRE L’APIX Les désagréments causés par les travaux du Train Express Régional (TER) à Thiaroye Gare ont fait sortir les populations de leur gond. Menaçant de descendre dans la rue, si l’APIX continue de faire la sourde oreille à leurs revendications, elles réclament la construction de passerelles qui est devenue une urgence sociale pour cette zone. Selon L’AS, leur porte-parole, Libasse Diagne, a tiré à boulets rouges sur le Directeur général de l’APIX, en l’occurrence Mountaga Sy, qui, dit-il, n’a respecté aucun de ses engagements. D’ailleurs, à l’en croire, la localité de Thiaroye Gare sera coupée du reste du monde avec la traversée du TER et l’éventuelle construction du mur du camp militaire

Revue de presse (wolof) Zik fm du lundi 26 octobre 2020 avec Ahmed Aidara