VIDEO

jeudi 4 mars 2021

Pressafrik Ousmane Sonko finalement devant le juge vendredi Arrêté mercredi pour "trouble à l'ordre public et participation à une manifestation non autorisée", l'opposant Ousmane Sonko avait consenti à répondre au mandat de comparution délivré par le doyen des juges pour 17 heures ce jeudi, si la mesure de garde à vue qui le vise était levée. Mais tel n'a pas été le cas. Conséquence : le leader de Pastef a systématiquement "refusé" d'aller répondre au juge du premier cabinet. Ce dernier vient de délivrer un mandat d'amener contre Sonko qui sera ainsi présenté au magistrat instructeur demain vendredi à 9 heures

La machine judiciaire s'emballe : le doyen des juges vient d'envoyer une...

Devoir de résistance pour sauver la République

Affaire Sonko: suivez la déclaration de Imam Fansou Bodian "damay tediou...

Une décision sans précédent : N.Sarkozy reconnu coupable et condamné à 3...

L'ex-président français Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison dont ...

"L'AMNESTY INTERNATIONAL DEMANDE LA LIBERATION IMMÉDIATE DE OUSMANE SONK...

REVUE DE PRESSE DU 04 MARS 2021 PAR HABSA ELIMANE WONE

Revue de Presse Zik fm en Wolof du Jeudi 04 Mars 2021 avec Ahmed Aidara

mercredi 3 mars 2021

France : affaire Ousmane Sonko : l'Union internationale des journaliste...

"Président dellosil sa khél" : Serigne Habib Sy s'adresse à Macky et app...

🛑[NEWS] Suivez Le Bloc Matinal avec l'équipe de Sentv & Zikfm | jeudi 04...

🛑[URGENT] EDITION SPECIALE DEPART D'OUSMANE SONKO en direct Sentv | Mer...

Arrestation d'Ousmane Sonko : Colère Noire De Bougane Gueye Dany contre ...

La démocratie sénégalaise en deuil

Le film de l'arrestation rocambolesque d'Ousmane Sonko

Revue de Presse Zik fm en wolof du Mercredi 03 Mars 2021 avec Ahmed Aidara

Affaire Sonko : Khalifa Sall se prononce en exclusivité sur Sen Tv

edit_sentv.stream-Wed, Mar 03, 2021 -7H

🛑[URGENT] EDITION SPECIALE DEPART D'OUSMANE SONKO en direct Sentv | Mer...

lundi 1 mars 2021

Conférence de presse des partis alliés de Pastef

Témoignage "Adji Sarr n'a jamais été une couturière

Dakarmatin Commentaire de Baba Mr le Procureur de la République, Depuis une quinzaine de jours, le Sénégal est dans la tourmente. Des arrestations tous azimuts sont opérées sans discernement. Des pères et des mères de famille qui tentaient d’exercer un droit, que la Constitution leur reconnaît expressément, sont arrêtés et jetés en prison. Beaucoup parmi eux ont été arrêtés à la suite d’un traçage de leur téléphone par la SONATEL qui, semble-t-il, a été réquisitionnée pour cela. Pourtant, dans l’affaire Ousmane Sonko, des témoins oculaires ont déclaré avoir vu et entendu la plaignante, Adji Sarr, échanger au téléphone avec des complices mais aucun traçage n’a été commandité pour les débusquer. Ces jours-ci, l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko a été “levée” par l’Assemblée Nationale dans des conditions que l’intéressé qualifie d’irrégulières. Mais, le plus inquiétant dans cette affaire, c’est l’opinion qui en est née, selon laquelle une opération de démantèlement de notre système démocratique et de restriction drastique des libertés a été engagée depuis 2012, eu égard aux procès controversés de leaders de l’opposition et aux interdictions systématiques des marches et autres manifestations pacifiques. Depuis cette année 2012, on ressent qu’insidieusement, une main invisible essaie de faire glisser les populations de leur statut de citoyens vers l’état de “gens-sujets”. Il est évident qu’après avoir connu la liberté et une démocratie qui a permis la survenue de deux alternances, une tentative d’asservissement du peuple ne peut pas manquer de provoquer des troubles graves. Dans la mesure où cette tension qui s’avive chaque jour davantage a pour origine l’affaire Ousmane Sonko, je me propose de l’examiner sous l’angle strict de la technique juridique, sans aucune connotation politicienne. À cet effet, je propose d’évaluer d’abord la recevabilité de la plainte de Mlle Adji Sarr, ensuite, de vérifier la conformité de la procédure ayant conduit à la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko. Concernant la plainte adressée au Commandant de la Section de Recherche de la Gendarmerie Nationale par Mlle Adji Sarr, dans laquelle elle vise les articles 292 et 320 du code pénal, il convient de relever que la menace visée par l’article 292 n’a rien à voir avec la menace dont parle l’article 320. Dans le premier cas, la menace constitue par elle-même un délit. Dans l’article 320, la menace fait partie des éléments constitutifs du viol. Elle n’existe que dans le cas où l’auteur du viol a une autorité morale sur la victime, ou une autorité hiérarchique. Dans les autres cas d’espèce, on parlera de contrainte ou de violences. Dans sa plainte, Mlle Adji Sarr fait cas de viols répétés mais confie à Mr Sidy Ahmed Mbaye qu’elle ne détenait aucune preuve concernant les viols qui auraient eu lieu avant la date du 2 février 2021. Donc, elle n’aurait pour preuve que le viol qui aurait été perpétré à la date du 2 février 2021. Mais, il se trouve qu’à la date du 2 février 2021, tout ce qui a pu se passer dans le salon de massage ne répond pas aux exigences de l’article 320 du code pénal dont elle a elle-même rappelé les termes dans sa plainte, disant qu’il fallait que “l’acte de pénétration soit commis par violence, contrainte, menace ou surprise”. En d’autres termes, il faut que l’acte de pénétration soit commis sans le consentement de la victime. Au terme de la loi (art. 320 CP), si la personne qui se dit victime suscite, organise, provoque sciemment pour quelque raison que ce soit (vengeance ou recherche de preuves) l’accomplissement de l’acte de pénétration, il n’y a pas viol. Or, il ressort de l’enquête préliminaire, que Mlle Adji Sarr avait tout prémédité en ce jour du 2 février 2021. Elle était même allée jusqu’à demander à son employeur d’appeler instamment Ousmane Sonko, ensuite elle s’était mise d’accord avec son complice, Mr Sidy Ahmed Mbaye, qui était resté à l’écoute. Par ailleurs, elle a tenté de porter atteinte à la bonne administration de la justice en offrant 100.000 francs à la deuxième masseuse, qui l’avait entendue converser avec ses complices, pour qu’elle ne témoigne pas. Dès lors, il peut être dit que par rapport à l’article 320 du code pénal, la plainte déposée par Mlle Adji Sarr est sans objet. S’agissant de la procédure qui a abouti à la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko, il y a lieu de constater que dans les procès-verbaux d’enquête préliminaire, aucun fait délictueux ou criminel n’a été constaté par les enquêteurs qui avaient pour mission de faire des investigations afin de recueillir des preuves accusatoires qui établissent l’existence du viol (articles 48, 55, 57 alinéa 2 du code de procédure pénale). Les officiers de police judiciaire n’ont constaté que des contradictions dans les propos de la plaignante. Pourtant, le principe de légalité, qui est destiné à protéger les justiciables de l’arbitraire, exige qu’avant de rechercher un coupable, il faut d’abord que l’existence d’un fait, qualifié “crime” ou “délit” par la loi, soit constatée. Toutefois, en l’espèce, on dirait que pour les besoins de la cause, cette règle fondamentale du procès pénal ait été inversée. C’est ainsi qu’un réquisitoire introductif assorti d’une demande de placement sous mandat de dépôt a été émis, alors même que l’existence d’un viol n’a été nulle part constatée. C’est comme, qui dirait, placer Samba sous mandat de dépôt pour le vol d’un mouton dont l’existence n’a été constatée par personne. Il est évident que les auteurs de la demande de levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko étaient obligés de prélever des éléments dans la seule plainte de Mlle Adji Sarr pour meubler le réquisitoire introductif et pour motiver dûment un mandat de dépôt (article 130 du code de procédure pénale), parce qu’il fallait mentionner la qualification exacte des faits imputés à Ousmane Sonko et indiquer clairement les motifs pour lesquels il existe des charges contre lui. C’est dire que la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko a été faite sur la base d’une forfaiture. La légalité ou principe de légalité dans une affaire pénale a une valeur constitutionnelle et universelle. Il s’impose même au législateur, qui ne peut pas édicter des lois pénales qui laissent aux tribunaux le soin de déterminer eux-mêmes leurs compétences, ni aux juges d’organiser eux-mêmes leurs procédures. En tant que donnée fondatrice du droit pénal, violer le principe de légalité, tel qu’il est décrit plus haut, c’est violer la Déclaration des Droits de l’Homme (article 8), le pacte international sur les droits civils et politiques (article 15), la Constitution (article 9), le code pénal (article 4), la Charte Africaine des Droits de l’Homme (article 6). Certes, le parquet reçoit des instructions, mais il n’est couvert que si lesdites instructions émanent de l’autorité légitime, c’est-à-dire l’autorité à qui la loi confère la compétence de donner des instructions de cette nature. Bien entendu que la loi ne donnerait à personne la compétence de donner des instructions illégales. Dans le contexte qui prévaut, il est important de se rappeler que tout pouvoir, qui se manifeste par des exactions et des injustices, réveille les passions assoupies et provoque des résistances irrésistibles. Il ne faut pas confondre la résistance à l’injustice et l’insurrection. Celui qui oppose une résistance à l’illégalité, à l’injustice, ne défit pas l’Autorité et ne lui dénie aucun titre car par sa posture, il en appelle seulement à la souveraineté du Peuple dont la volonté a été violée par la non application de la loi qui en est l’expression. Dans l’Etat, les conflits doivent être résolus, il est illusoire d’essayer de les éradiquer, d’autant plus que selon Kant, les opinions se nourrissent de l’acharnement qu’on emploie à vouloir les combattre

Dakarmatin Dame Mbodji et Abdou Karim Guèye libérés par pierre Dieme1 mars 2021 - 18:12 C’est Me Khoureichi Ba qui avait annoncé la prolongation de leur garde à vue qui le révèle sur sa page Facebook : Dame Mbodji et Abdou Karim Guèye viennent d’être libérés. « Le commissariat central se vide progressivement de ses hôtes, qui quittent les lieux par petits groupes », a-t-il indiqué auparavant.

Revue des titres Sentv en wolof du Lundi 01 Mars 2021 avec Ahmed Aidara

dimanche 28 février 2021

Revue des titres Sentv avec Fabrice Nguema du Lund 01 Mars 2021

Levée de l'immunité parlementaire de Ousmane Sonko: L'opposition s'offus...

France : Levée d'immunité parlementaire de Sonko : les patriotes s'insur...

Les amazones de Sonko prêtes pour le ccombat

Affaire Ousmane Sonko : Les graves révélations de la Tante d'Adji Sarr

Arrestation de Dame Mbodj : Le G20 décrète une grève de 24 heures Par: Ndèye Safiétou NAM - Seneweb. Arrestation de Dame Mbodj : Le G20 décrète une grève de 24 heures Les syndicats d'enseignants du G20 ne comptent pas rester les bras croisés après l'arrestation du responsable du Cusems/A. Dans un communiqué rendu public, ils exigent la libération immédiate et sans condition de Dame Mbodj et de tous les enseignants qui sont dans les liens de la détention arbitraire, consécutive à l'affaire Ousmane Sonko/Adji Sarr. Ledit cadre estime “que cette posture de l’Etat est une grave violation de la constitution qui garantit les libertés de manifestation et d’expression démocratiques à tous les citoyens de notre pays“. Ainsi, il dénonce fermement ces multiples arrestations qu’il juge “arbitraires et abusives” exercés contre des citoyens en général, et contre les “collègues enseignants” en particulier et qui “constituent des signaux inquiétants de recul des droits acquis depuis belle lurette" . C'est dans ce cadre que la plénière des secrétaires généraux et plénipotentiaires des syndicats du G20 décrète une grève totale de 24 heures le lundi 1er mars et déclare cette journée “Journée noire ”. Pour rappel, le secrétaire général du Cusems/Authentique, Dame Mbodj a été arrêté hier (samedi), dans le cadre d’une manifestation non autorisée au centre-ville de Dakar

Le Soleil Nomination de 6 nouveaux magistrats : la Cour des comptes s’agrandit Pour la première fois de son histoire, la Cour des comptes accueille de nouveaux membres nommés par le Chef de l’État. Ils ont prêté serment hier et intégré cette importante institution. Le pas lent, mais sûr, vêtus de leurs robes, les nouveaux magistrats de la Cour des comptes franchissent la porte de la salle d’audience de la Cour suprême et s’installent tranquillement en face du Premier Président de la Cour des comptes, Mamadou Faye. L’instant est solennel. L’évènement historique. C’est la première fois que des magistrats de la Cour des comptes sont nommés par le Président de la République par tour extérieur, explique M. Faye. Ils sont trois hommes et autant de femmes. Après la prestation de serment, ils ont été priés de rejoindre les sièges qui leur sont réservés au sein de la cour. Désormais, ils se confondent avec les anciens. Moment choisi par le Premier Président de la Cour des comptes pour rappeler les enjeux de l’heure et leurs exigences. De l’exigence de conformité avec leur statut à celle d’information régulière du public en passant par l’impératif d’indépendance et d’impartialité, d’objectivité et d’humilité, de célérité, les nouveaux magistrats de la Cour des comptes savent désormais à quoi s’en tenir. Mais, de l’avis de M. Faye, ces derniers « regorgent de toutes les qualités requises. C’est pourquoi, nous avons proposé de vous nommer. Ce que le Chef de l’État a bien voulu accepter ». Cependant, même s’ils arrivent à la Cour des comptes avec du talent et un savoir-faire avérés, il prévient que ces qualités, « certes importantes, ne suffiront pas pour être un bon magistrat financier. Car, en intégrant, aujourd’hui, la Cour des comptes de votre pays, vous devenez aussi membres d’une profession de dimension globale avec ses institutions et normes internationales qu’il faudra maîtriser ». L’appui du Président de la République magnifié Des bras supplémentaires en attendant d’autres qui devraient bientôt rejoindre la Cour, l’achèvement des travaux de son siège érigé en surpriorité… l’État du Sénégal a rendu la « Cour des comptes attrayante », assure son Premier Président. Dans le même sillage, ajoute-t-il, le Ministre des Finances et du Budget a bien voulu accepter de renforcer l’indépendance financière de la Cour « non seulement en lui accordant tous les moyens financiers qu’elle demande, mais aussi en la sortant, cette année, du périmètre de la régulation budgétaire et de la trésorerie ». Avec l’arrivée de ces nouveaux membres, la Cour renforce ses effectifs. Chose qui n’est pas arrivée depuis un bon bout de temps. Si l’on en croit le Procureur général Fara Mbodji, « une brève incursion dans le passé révèle un taux de recrutement quasi nul ». Il estime également que l’arrivée de nouveaux magistrats permet à la cour de relever le défi d’une correcte couverture des compétences mises à la charge de la cour par la Constitution. Oumar FÉDIOR Un « sacerdoce » pour les nouveaux venus Après la solennité de cet instant rempli de sens, place au travail. Et les nouveaux membres sont conscients de l’ampleur de la tâche qui les attend. « C’est un challenge. Nous sommes gardien de la bonne tenue des ressources publiques. C’est un défi, parce que nous devons les préserver dans le respect des lois en vigueur », a soutenu Macoumba Koumé, un des nouveaux magistrats de la Cour des comptes. Au-delà de l’honneur d’intégrer « cette prestigieuse institution », la magistrate Khady Ndao Diagne estime que c’est un défi énorme qu’ils sont disposés et engagés à relever. Car, dit-elle, « c’est un défi et un sacerdoce et nous espérons être à la hauteur des attentes

Thiebou dieune - Riz au poisson (rouge) - recette sénégalaise

Cartes postales du Sénégal de 1920 à vendre

Star Number One de Dakar - Waalo (audio)

Princesse Yennenga, Mere fondatrice du Royaume Mossi -MYTHES & LEGENDES ...

Reaction de Mansour Sy Djamil "Adji Sarr Na Indy preuve, Macky Mo waxon ...

samedi 27 février 2021

Chez Sonko : Declaration de Diop DECROIX et Habib Sy

CHEZ SONKO : VOICI LA RÉACTION DU COLLECTIF RELIGIEUX DIRIGÉ PAR ABBÉ JA...

Direct Place De L'indépendance : Des activistes manifestent…

CH T DIEYE CHEZ LA MAMAN D'OUSMANE SONKO

Bougane G Dany à sa sortie de chez Sonko "Cette régression de notre ...

Seneweb. Rafle d'opposants : Le responsable du Cusems Dame Mbodj arrêté La rafle d'opposants au président Macky Sall prend des proportions inquiétantes au Sénégal. Après les arrestations d'activistes, de militants de Pastef et autres hommes ou femmes politiques qui se sont exprimés dans les médias sur l'affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr, c'est au tour de l'enseignant Dame Mbodj, responsable du Cusems authentique de se retrouver dans les liens de la prévention. Il a été arrêté ce matin au centre ville de Dakar, a-t-on appris

Mise en garde, Oumar Bâ

REVUE DE PRESSE DU 27 FEVRIER 2021 HABSA ELIMANE WANE

mercredi 24 février 2021

🛑[NEWS] Suivez Le Bloc Matinal avec l'équipe de Sentv & Zikfm | jeudi 25...

Vaccins contre le covid19 : les révélations jamais entendues de Dame Mbodj

Conseil des Ministres mer, 24 fév 2021 Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL a présidé, en visioconférence, le Conseil des Ministres, ce mercredi 24 février 2021. A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat s’est félicité du lancement effectif, le mardi 23 février 2021, de la campagne nationale de vaccination anti- Covid-19. Le Président de la République exhorte, à ce propos, le Ministre de la Santé et de l’Action sociale et les personnels de santé concernés, à accentuer le plaidoyer soutenu et la mobilisation communautaire, afin d’assurer le déroulement adéquat de cette opération nationale, inédite et de grande envergure. Le Chef de l’Etat a rappelé l’impératif du strict respect des critères de sélection des cibles prioritaires, tout en indiquant que ce tournant majeur dans notre riposte contre la pandémie, vise à renforcer, outre les mesures barrières qui sont toujours en vigueur, la mise en œuvre d’une stratégie préventive de lutte contre la Covid-19. Le Président de la République attache, dès lors, du prix à l’implication des Autorités administratives, des élus territoriaux (Maires et Présidents de Conseil départemental), des notabilités religieuses et coutumières, des jeunes, des femmes, ainsi que des forces de défense et de sécurité, dans le déploiement réussi de la campagne vaccinale. Abordant la question liée à la modernisation du plateau médical national, le Chef de l’Etat informe, le Conseil, avoir initié le processus de construction d’une Polyclinique de dernière génération au sein de l’Hôpital principal de Dakar, afin de relever la qualité du plateau médical national qui doit répondre aux meilleurs standards internationaux, dans le but de réduire au minimum les évacuations sanitaires coûteuses et d’asseoir la souveraineté sanitaire durable au Sénégal. Le Président de la République, revenant sur la réunion d’évaluation et de cadrage du Projet, qu’il a présidée le 18 février 2021, demande au Ministre des Forces Armées, de faire prendre toutes les dispositions nécessaires, en relation avec les Ministres en charge de la Santé, des Finances et de l’Economie, en vue de finaliser les études techniques, financières et organisationnelles requises, pour engager la réalisation de la nouvelle Polyclinique qui doit intégrer la Télémédecine. Le Chef de l’Etat rappelle, à ce titre, que l’infrastructure sanitaire, qui s’érige en Grand Projet Prioritaire de l’Etat, sera entièrement financée sur des crédits budgétaires inscrits à partir de la loi de finances 2021. Poursuivant sa communication, le Président de la République rappelle, au Gouvernement, l’impératif de consolider, d’une part, les acquis des projets d’équité territoriale et, d’autre part, d’intensifier, sur le terrain, les réalisations prévues dans le cadre, notamment, de Promovilles, du Programme d'Urgence de Modernisation des Axes et Territoires frontaliers (PUMA) et de la phase II du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC). Le Chef de l’Etat demande, ainsi, au Ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale, d’accentuer la coordination des programmes et projets exécutés dans les régions, en veillant à la mutualisation des ressources et à l’optimisation des actions prévues dans les localités ciblées. Le Président de la République invite, à ce sujet, les ministres concernés, à engager, sans délai, l’exécution du nouveau projet d’électrification de 2000 villages prioritaires répertoriés. Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Président de la République rappelle toute l’importance qu’il accorde au programme national de désenclavement des îles et à l’amélioration du fonctionnement de la liaison maritime Dakar-Gorée. Le Chef de l’Etat invite, à ce sujet, le Gouvernement à marquer une attention toute particulière à ces projets de désenclavement, qui participent au développement économique et à l’accès prioritaire des îles (Saloum, Casamance, Gorée notamment), aux services sociaux de base (eau, électricité, réseau téléphonique, internet, etc.). Le Président de la République demande, au Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, de coordonner la finalisation, avant fin avril 2021, d’une stratégie innovante de désenclavement et de développement durable des localités insulaires. Le Chef de l’Etat accorde, dans cette dynamique, une importance spécifique à l’amélioration du cadre de vie de l’île mémoire de Gorée, Patrimoine mondial de l’Humanité, Haut lieu touristique, au rayonnement international exceptionnel. En outre, le Président de la République invite, le Ministre des Pêches et de l’Economie maritime, en rapport avec le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, à engager les diligences indiquées, pour le renouvellement à court terme et la sécurisation impérative de la flotte actuelle de la liaison maritime Dakar-Gorée. Sur l’exploitation optimale du Marché d’intérêt national (MIN) et de la gare des gros porteurs, le Chef de l’Etat demande, à Madame le Ministre du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises, de finaliser, avant le 15 mars 2021, avec le Ministre en charge des Finances et des Partenariats Public-Privés (PPP), l’instruction du dossier de ces deux infrastructures majeures réalisées par l’Etat. Le Chef de l’Etat a, enfin, informé le Conseil avoir pris neuf (9) décrets de classement de forêts établis dans plusieurs départements du Sénégal, en vue de consolider le PSE vert et la réalisation du Projet continental de la Grande Muraille verte. Le Président de la République a clos sa communication sur son agenda diplomatique avec sa participation, le lundi 22 février 2021, au Forum OCDE/Afrique, tenu en visioconférence. AU TITRE DES COMMUNICATIONS Le Ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ; Le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur l’exécution budgétaire 2021 ; Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice a fait une communication sur le partenariat pour un Gouvernement ouvert ; Le Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a fait une communication sur la situation internationale; Le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a fait une communication sur le lancement de la revue annuelle 2021; Le Ministre de la Santé et de l’Action sociale a fait le point sur le lancement effectif de la campagne nationale de vaccination contre la Covid-19 et sur la situation de la vaccination contre la Covid-19 dans le monde; Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l’arachide 2021 et la campagne cotonnière 2021; Le Ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale a fait une communication sur l’état d’exécution du projet Promovilles; Le Ministre de la Culture et de la Communication a fait une communication sur les cahiers des charges applicables aux activités des radios et télévisions disposant de concessions de fréquence; Le Ministre auprès du Président de la République, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait une communication sur les projets phares du PSE. AU TITRE DES TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES Le Conseil a examiné et adopté : Le projet de décret portant création et fixant les règles d’organisation et de fonctionnement de la Commission nationale de Gouvernance du Sénégal dans le cadre du Mécanisme africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP). AU TITRE DES MESURES INDIVIDUELLES Le Président de la République a pris les décisions suivantes : Monsieur Amadou Tidiane FALL, Administrateur Civil, matricule de solde n°624 547/Z, est nommé Directeur du Matériel et du Transit administratif à la Direction générale du Budget du Ministère des Finances et du Budget, poste vacant; Monsieur Ibrahima FAYE, Ingénieur Informaticien, Expert en gouvernance des systèmes d'information, est nommé Directeur du Traitement Automatique de l'Information au Ministère des Finances et du Budget en remplacement de Madame Koura Kane WANE, admise à faire valoir ses droits à une pension de retraite; Monsieur Younoussa BA, Administrateur Civil, matricule de solde n°624 559/A est nommé Directeur du Contrôle interne à la Direction générale du Budget du Ministère des Finances et du Budget en remplacement de Monsieur Abdoulaye DIENG, admis à valoir ses droits à une pension de retraite; Monsieur Amar SECK, Ingénieur Statisticien Economiste, est nommé Directeur de la Réglementation et de la Supervision des Systèmes financiers décentralisés à la Direction générale du Secteur financier et de la Compétitivité du Ministère des Finances et du Budget, poste vacant; Monsieur Serigne Tidiane NDIAYE, Secrétaire d'administration, matricule de solde n° 517 936/A, précédemment Contrôleur régional des Finances de Matam, est nommé Contrôleur régional des Finances de la région de Saint-Louis, en remplacement de Monsieur Maguette MBENGUE, admis à faire valoir ses droits à une pension de retraite; Monsieur Alioune GAYE, Secrétaire d'administration, matricule de solde n° 514 573/G, est nommé Contrôleur régional des Finances de la région de Matam, en remplacement de Monsieur Serigne Tidiane NDIAYE appelé à d'autres fonctions; Monsieur Omar COULIBALY, Economiste, matricule de solde no 665 940/Z, est nommé Directeur des Ressources humaines et des Finances à la Direction générale des Elections, en remplacement de Madame Maïmouna SOW appelée à d'autres fonctions

La déclaration de Ousmane Sonko sur l’affaire présumée de viol

Ousmane Sonko en promenade dans les rues de Dakar

Manifestations à la place de la nation: riverains et vendeurs appellent ...

lundi 22 février 2021

Assane Diouf face aux éléments de la DIC venus l'interpeler..

“Adji Sarr fait l’objet de double peine” REWMI La coordonnatrice de Aar Li Nu Bokk était, ce samedi, l’invitée du Grand Oral. Sur les ondes de la 97.5 Rewmi Fm, Ndèye Fatou Ndiaye Diop Blondin est revenue longuement sur l’affaire Sonko/Adji Sarr. Morceaux choisis. Vous avez été dans la coalition Sonko Président. Ousmane Sonko est aujourd’hui mêlé dans une affaire de mœurs qui semble virer à une affaire d’Etat. Quelle lecture en faites-vous de cette affaire? Moi, je me mettrais un peu au-dessus en ce sens que je m’inquiète beaucoup sur l’avenir de la démocratie dans beaucoup de pays. Ce n’est pas seulement au Sénégal. Ce n’est pas seulement en Afrique. En réalité, on voit un peu partout des tours de vis pour serrer la société pour n’importe quelle raison. Ça se traduit par le djihadisme dans les pays voisins. On a commencé à en faire entorse aux libertés publiques. Et aujourd’hui cette affaire qui évidemment a sonné comme une affaire de mœurs est en train d’être transformée à une affaire d’insurrection d’après les rumeurs que nous avons. Ce, avec des anticipations sur d’éventuels droits à résister face à des tentatives de baillonner ces droits qui sont consacrés dans la constitution. Et ces droits ne sauraient être assimilés à venir enfreindre la liberté. Il ne faut pas faire la confusion. Nous avons pour preuve comment le président Wade en son temps à résister. Comment Macky Sall quand il était dans l’opposition à résister. Il a eu à tenir des actes graves allant jusqu’à menacer à aller déloger le président Wade du palais. Et que je sache personne n’est venu lui dire que les marrons du feu avec qui ils s’accompagnaient (…). Selon vous, doit-on laisser les Sénégalais appréciés ? Il n’était pas question vu sa trajectoire de venir tenter de l’emprisonner en cherchant tout prétexte. Parce que des questions de mœurs se sont transformées en une question de moralité. Les Sénégalais auront peut-être jugé est-ce qu’ils sont d’accord ou pas d’avoir un leader qui se fait masser dans un salon et assis et qui se fait masser dans une maison avec la famille où il y’a des caméras où il y a des gens tel qu’il l’a déclaré. Ou il préfère quelqu’un qui leur aura pris lui et son frère près de 6000 milliards avec un trafiquant de drogue international, avec des transferts de fond dans des comptes offshores, une vingtaine de dossiers déclinés chaque année par les instances de contrôle (…). C’est une question que les sénégalais doivent trancher et ça je peux être d’accord là-dessus. Mais venir monter tout un dossier en tout cas qui a suscité l’émoi au départ. Si ce qu’on lit est vrai voir que dans les procès-verbaux il y’a en réalité beaucoup de question qu’il aurait fallu se poser avant d’en arriver là. Si jamais les PV qui ont fuité s’avèrent exactes c’est quand même dommage. Parce que nous avons plus de 700 morts avec la Covid. Nous devons aborder la vaccination. Nous avons des enjeux économiques énormes. Et c’est dommage de consacrer autant de temps à une affaire qui a été créée de toutes pièces. Vous êtes d’avis qu’il s’agit de complot ? Je suis absolument pour la thèse du complot. Vous savez nous sommes passés depuis 2012 par maintes péripéties. On commence toujours par une moitié de vérité qui finalement s’avère un mensonge. Parce que si les gens étaient d’accord pour la réédition des comptes concernant Karim Wade, à l’arrivée il n’en reste rien. Si les personnes se posaient des questions sur la gestion de la mairie de Dakar, comment l’affaire a été menée. On est passé par toutes les étapes pour respecter le timing pour qu’il ne se présente pas aux élections. On vient même vilipender les décisions des cours de la Cedeao, des nations unies. Ça devient une vindicte personnelle vis-à-vis une attaque personnelle. Ça veut dire aujourd’hui on dit au départ qu’il y’a une affaire de mœurs et moi je suis une maman, je suis une femme et je m’arrête pour me poser des questions. Après que j’ai vu le déroulement des événements je me suis dit que ce n’est pas possible. On ne peut pas mettre sur la place publique une affaire comme ça avec un fond de dossier de cette nature. C’est quand même quelque chose qui a été voulue ainsi. Et en quelle que sorte à en mettre en mal l’image d’une personne auprès de la population. Maintenant comme la machine est enclenchée, il va falloir avoir quelque chose sous la dent (…). Mais la jeunesse à qui on a consacré le droit de résistance si elle voit celui en qui ils ont porté leur espoir est en train d’être sacrifié cette jeunesse se lève pour s’ériger en bouclier pour que le projet ne puisse pas aboutir. Ne pensez-vous pas que Sonko a prêté le flanc et que ce dossier invoque la moralité des hommes politiques ? C’est-à-dire aujourd’hui il est question de droit. Parce que quand il y’a la question de moralité il faut laisser la population apprécier. Mais, il ne faut pas créer des événements pour anticiper des verdicts. C’est ce qui me pose problème. Que les sénégalais disent qu’une personne qui se fait masser ne nous convient pas comme personnalité, on y peut rien. Mais quand on le fait passer par une petite-fille qui a 20 ans pour moi elle est l’agneau de sacrifice. Elle fait l’objet de double peine. La peine de la précarité qui l’a amené dans des situations où elle se met en danger de façon assez permanente depuis assez longtemps. Et elle est instrumentalisée par des gens qui ont des projets qui la dépassent complètement. Elle se retrouve au milieu d’une affaire qui la dépasse (…). C’est incroyable. Une jeune fille qui se dit victime, on cherche une personne qui n’est au courant de rien, avec un dossier bien ficelé. Le crime était très parfait. Les questions ont été posées et très peu de réponse ont été apportées. Pour moi ça ne peut qu’être une fabrication de toutes pièces. On parle que de Sonko mais il y’a d’autres qu’on est en train de persécuter. On ne va pas accepter l’inacceptable. Les organisations féminines n’ont pas été trop entendues dans cette affaire. Pourquoi cet état de fait? Pour moi, pour condamner une chose il faudrait que cette affaire ait lieu. Au moment où le médecin dit qu’il ne peut y avoir de viol en tout cas sur un certain délai mais je me dis que se servir même du viol de cette manière-là ne sert pas la cause des femmes. Parce que nous voulons protéger des gens. Ce n’est pas une bataille contre les hommes et c’est maintenant criminalisé. L’idée est que pour servir les causes féminines il faut que ce soit des causes justes. Sinon ça devient de la propagande vidée de sa substance et fragiliserait les vraies victimes de viol. Cheikh Moussa Sarr

"GRANDES ÉCOLES FRANÇAISES" : DÉCOUVREZ LE SYNOPSIS INÉDIT D'UN FILM ÉCRIT PAR FEU OMAR BLONDIN DIOP Par: seneplus.com - Seneweb.com GRANDES ÉCOLES FRANÇAISES" : DÉCOUVREZ LE SYNOPSIS INÉDIT D'UN FILM ÉCRIT PAR FEU OMAR BLONDIN DIOP L’affaire Diary Sow a réouvert au Sénégal le débat sur le système des « grandes écoles » à la française. S’y ajoute aujourd’hui une nouvelle contribution, pour la moins inattendue : un synopsis de film inédit écrit par Omar Blondin Diop, que sa famille a décidé de rendre public. Le papier est encore chaud. Ses rebords, écornés, victimes de l’humidité, trahissent le demi-siècle écoulé. Certains mots, devenus gras, ont été repassés par plusieurs couches d’une épaisse encre violette. On y aperçoit quelques ratures. Comme si, jusqu’au moment d’accoucher sur ce papier à lettre, la réflexion ne cessa de se construire. Le nom de l’auteur n’apparait nulle part, mais le style ne trompe pas : il s’agit bien d’Omar Blondin Diop. Keffieh rouge autour du cou, Cheikh Hamallah Diop, interprète de conférence, a le regard fixé sur le texte de son frère aîné. Depuis la fin des années 1960, ces quatre pages ont été soigneusement conservées par la famille. « C’est un synopsis de film qui est resté à l’état d’idée », dévoile-t-il. Une idée jamais concrétisée car le destin de Blondin Diop fut rapidement brisé. Au Sénégal, sa mort tragique à la prison de Gorée en mai 1973, déguisée en suicide par le régime du président Léopold Sédar Senghor, demeure un symbole pour nombre de jeunes qui voient en elle l’expression d’une violence d’État, continuité du régime colonial, qui ne cesse de brutaliser. Mais au-delà du mythe posthume, Blondin Diop est surtout une figure incontournable, et inclassable, des « années 1968 ». Expositions, films, recherches universitaires : son parcours encore méconnu a suscité ces dernières années un réel engouement. Plus largement, c’est une époque fondatrice—celle du senghorisme politique, du « soleil des indépendances » africaines et des révoltes anti-capitalistes et anti-impérialistes mondiales—qui ressurgit au grand jour. À l’été 1968, Omar Blondin Diop assista à plusieurs tournages de films à Londres, introduit au cinéma de la contre-culture britannique par son ami réalisateur Simon Hartog. Le duo était habitué à prendre des notes. C’est probablement dans ce contexte que le synopsis de « L’attrape-nigauds » vit le jour. Un film censé mettre en scène la décadence d’un jeune obsédé par « l’idéologie de l’élite », faisant du « monde des grandes écoles le seul qu’il admette comme référence ». Lui-même étudiant en philosophie à Paris dans la prestigieuse École normale supérieure (ENS), Blondin Diop avait passé le printemps entre les amphithéâtres bondés de l’université Paris-Nanterre et les manifestations étudiantes du Quartier latin. À son retour de la capitale britannique, il mit une croix sur l’ENS. Pourquoi quitter le navire avant même de passer l’agrégation, lui dont la carrière semblait toute tracée, lui l’ancien du lycée Louis-le-Grand, à l’image d’un certain compatriote poète-président, lui le premier Sénégalais à intégrer Normale Sup’ ? Précisément pour toutes ces raisons. Car, écrit-il, « après deux années ou plus de ce régime, l’élève s’il n’est pas devenu un malade mental, constitue un petit monstre de connaissances livresques et de prétention grotesque ». La remise en question du système des « grandes écoles » à la française reste d’actualité. La disparition volontaire au mois de janvier de Diary Sow, étudiante en deuxième année de classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand, double lauréate du Concours général national du Sénégal, a en effet soulevé de nombreuses interrogations. « Au moment où l’affaire est apparue, on a entendu beaucoup de choses, affirme Cheikh Hamallah Diop, mais aucune critique du système qui, à mon avis, est une aberration : l’histoire des écoles d’excellence ». Raison pour laquelle la famille d’Omar Blondin Diop décide aujourd’hui de rendre public « L’Attrape-nigauds », sorte de lettre d’adieu aux « grandes écoles », qui, malgré ses cinquante ans passés, n’a pas pris une ride. « L’Attrape-nigauds », d’Omar Blondin Diop LLG – ULM – CVB / Le langage Les petites Un étudiant qui fut en son temps et au lycée un élève sérieux et précocement doué avance non sans heurts vers la maladie mentale. Son cas n’a aucun intérêt, si ce n’est celui de lire à travers l’histoire personnelle du sujet celle d’une minorité de jeunes dupés par l’idéologie de l’élite puis brisés par la destruction de ce mirage. L’École Normale Supérieure est un attrape-nigauds (1). Cela, tout le monde le sait. Comment peut-on amener des jeunes gens sains à s’engager dans une telle impasse ? Cela, il faut avoir vu le lycée LLG pour le comprendre (2). LLG est une personne physique et une personne morale qui se soutiennent mutuellement. Un aumônier – De très vieux profs – De très vieux pions – De très vieux surveillants généraux – Un censeur – Un proviseur – Des bâtiments gris – Des salles sombres – Un aquarium avec un sioux dedans – Une entrée monumentale. Au LLG tout est mis en œuvre pour vous faire comprendre que vous êtes dans un grand lycée. C’est une faveur d’assister au cours d’un professeur de LLG puisque lui-même vous explique qu’en face (cela peut vouloir dire à la Sorbonne ou dans les bars qui l’entourent) tout va mal – (Entendez : l’Université française toute entière est dans le chaos tandis que LLG est un havre de paix, de dignité où l’enseignement atteint par conséquent des niveaux vertigineux). Lorsqu’un cerveau adolescent est plongé dans ce bocal pendant un certain temps, il ne se pose plus de questions sur son avenir. Le lycée, s’il se tient tranquille, le guidera dans la sérénité hors des années difficiles. Une fois qu’on a assimilé et accepté l’idéologie aristocratique de la boîte, il faut en tirer toutes les conséquences si l’on veut réussir : la conséquence extrême, c’est la servilité intellectuelle totale qui se manifeste notamment dans des exercices artificiels, stupides ou même aberrants. Exemple : L’explication de textes Lagarde et Michard en mains (3). Les dissertations sur le grand siècle dans lesquelles les élèves doivent rivaliser d’érudition. La compilation de manuels. L’art de jouer sur les mots. L’art de prendre des notes sans rien comprendre. L’art de parler des auteurs avec des petits bouts d’idées. Après deux années ou plus de ce régime, l’élève s’il n’est pas devenu un malade mental, constitue un petit monstre de connaissances livresques et de prétention grotesque. Il est mûr pour passer le concours d’entrée à Ulm. En général, il le rate la première fois. C’est une bonne chose car si le concours se réussissait du premier coup comme le bac, ce serait un droit et non une faveur. Or précisons-le il ne s’agit pas de former des hommes solides et bien armés sur le plan intellectuel ; il s’agit de former des hommes supérieurs, des élus. L’Elite ce n’est pas un Avoir, c’est un Être. La seconde fois, le candidat sort en général du chenil. LLG a fait son devoir – La vie de l’adolescent est toute tracée. A Ulm, il n’y aura même plus besoin de contrainte. C’est alors que se produit l’éclatement pour ceux dont la vision de la réalité n’a pas été complètement obturée. Ulm est un monde du délire qui hésite entre l’École de cadres et la clinique pour adolescents difficiles. Il y a le délire esthétique. Il y a le délire épistémologique. Il y a le délire arriviste. Il y a le délire érotique. Il y a le délire politique. Le cas que nous essayons de saisir est celui d’un garçon qui vit en marge de ce monde marginal. Premier symptôme : le monde des grandes écoles est le seul qu’il admette comme référence. C’est un fantôme qui le hante pour la simple raison qu’il n’a pas pu suivre la filière LLG-Ulm jusqu’au bout. (Il a eu sa première crise aigüe au lycée Louis Le Grand : après s’être attaqué au proviseur du lycée qu’il a injurié et battu, il est expulsé et passe un moment en clinique) – Déjà il lui était devenu impossible de faire une dissert. L’année suivante, il se réinscrit en classe prépa au lycée Henri IV. Après une tentative avortée de se remettre au travail, il semble qu’un élément nouveau apparaisse dans son existence. Il se lie à une jeune fille qui est en classe préparatoire elle-même. Elle a l’air d’avoir été fascinée par sa maîtrise du verbe (on sait qu’en France le savoir-dire est une des armes essentielles du succès universitaire). Le sujet a probablement trouvé là un substitut qui lui permettait de sortir des conflits qui le secouaient. Deuxième symptôme : Etablissement de rapports très complexes entre le sujet et la jeune préparationnaire. – Rapport enseignants-enseignés. – Rapports entre lui comme génie potentiel et elle comme égérie ou mieux accoucheuse de ce génie. – Rapports platoniques entre lui intellectuel dont la beauté ne peut être saisie que de façon socratique et elle la beauté de type social des sociétés de consommation. (Il y aura donc désir inavoué du côté du sujet et du côté de la jeune fille fascination avec refus de l’engagement physique.) De ces rapports résulte finalement une tension perpétuelle qui débouche chez le sujet sur la tentative de détruire la jeune fille qui refuse de coïncider exactement avec la représentation qu’il se fait d’elle. La rupture avec la jeune fille se fait au profit de l’engagement politique dans les CVB. Les CVB c’est pour le sujet le moyen de revenir du côté de la rue d’Ulm tout en échappant à lui-même. Les Comités Vietnam de Base sont une organisation de masse anti-impérialiste que dirige l’UJCML, organisation maoïste constituée à partir du cercle UEC de la rue d’Ulm (4). Il y a donc d’une part l’aspect intellectuel de la chose : la littérature des CVB est une certaine manière d’interpréter l’enseignement de Louis Althusser (5) et celui des Cahiers d’Epistémologie (6). Il y a d’autre part l’aspect organisationnel : des jeunes gens décident eux-mêmes de l’orientation qu’ils veulent donner à leur existence et se donnent les structures qui leur permettront d’y parvenir. Il y a enfin le fait politique qui est le seul fait réel dans le film : on le montrera dans cette sorte d’évidence qui entoure l’exercice de la violence. La violence est proprement la seule sphère qui permette à un débris de l’enseignement aristocratique de manifester son existence. Notes (1) L’Ecole normale supérieure (ENS), fondée à la fin du 18e siècle au sortir de la Révolution française, est un des établissements supérieurs les plus sélectifs de France, dont la branche principale se situe rue d’Ulm dans le Quartier latin de Paris. Spécialisée en lettres et en science, son cursus prédestine notamment à l’enseignement, la recherche appliquée et la fonction publique. (2) Le lycée Louis-le-Grand (LLG), fondé comme collège de jésuites au milieu du 17e siècle, renommé un siècle plus tard en l’honneur du roi Louis XIV (sous le règne duquel fut notamment installé le premier comptoir français en Afrique sur l’île de Ndar au Sénégal), figure également parmi les établissements publics les plus élitistes du pays. Situé non loin de l’ENS et du lycée Henri-IV dans le Quartier latin, LLG est connu pour l’exigence de ses classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) ; la fameuse « filière LLG-Ulm » que décrit Blondin Diop. (3) Le Lagarde et Michard est un manuel scolaire de littérature française édité aux éditions Bordas de 1948 à 1962 par les professeurs de lettres André Lagarde (du lycée Louis-le-Grand) et Laurent Michard (du lycée Henri-IV). Composé de notices biographiques d’auteurs, commentaires de textes sélectionnés et questions adressées aux élèves, le Lagarde et Michard fut, jusqu’au début des années 1990 en France, le manuel de référence pour l’enseignement du français dans le secondaire. (4) L’Union des étudiants communistes (UEC) est une organisation politique étudiante française fondée en 1939, proche du Parti communiste français (PCF). Les divergences idéologiques en son sein au cours des années 1960 donnèrent naissance, en 1966, aux organisations de la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR), d’inspiration trotskyste, et l’Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes (UJCML), d’inspiration maoïste et largement composée d’« Ulmards » (étudiants de l’ENS de la rue d’Ulm). En opposition à la guerre américaine au Vietnam, la JCR et l’UJCML fondèrent respectivement les Comités Vietnam national (CVN) et les Comités Vietnam de base (CVB). Les sympathisants de ces deux mouvements jouèrent un rôle important dans la mobilisation de « Mai 68 ». (5) Louis Althusser (1918-1990) est un philosophe marxiste français, professeur à l’ENS de 1948 à 1980, dont les enseignements influencèrent nombre d’étudiants qui prirent part et animèrent les manifestations de « Mai 68 », en particulier le « cercle d’Ulm » de l’UEC, embryon de l’UJCML. Pour autant, le philosophe ne leur afficha pas ouvertement son soutien. (6) Les Cahiers pour l’Analyse, et non les Cahiers d’Épistémologie, est une revue philosophique éditée de 1966 à 1969 par le Cercle d’Épistémologie de l’ENS, un groupe d’étudiants de Louis Althusser.

mercredi 17 février 2021

🛑[NEWS] Suivez Le Bloc Matinal avec l'équipe de Sentv & Zikfm | jeudi 18...

🛑[NEWS] Suivez Le Bloc Matinal avec l'équipe de Sentv & Zikfm | jeudi 18...

Conseil des Ministres mer, 17 fév 2021 Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL a présidé, en visioconférence, ce mercredi 17 février 2021, le Conseil des Ministres. A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat a réitéré ses condoléances ainsi que celles de la Nation, au Khalife général de Médina Baye, Cheikh Mahine Ibrahima NIASS et à la Oumah Islamique, suite au rappel à Dieu de Mouhamadou Mansour NIASS, Ambassadeur itinérant. Le Président de la République a, par ailleurs, souhaité, en ce mercredi des Cendres, un excellent carême à la Communauté catholique. Il exprime aux fidèles, sa solidarité en cette période de ferveur religieuse et de prières. Le Chef de l’Etat, revenant sur la réunion qu’il a présidée, le mardi 09 février 2021, consacrée au Secteur stratégique du Pétrole et du Gaz, a rappelé au Gouvernement l’importance primordiale qu’il accorde à la gestion optimale des ressources pétrolières et gazières. Le Président de la République a indiqué, à ce propos, la nouvelle feuille de route, visant à accélérer les réformes et l’exécution des projets pétroliers et gaziers, de même que leur encadrement adéquat par les différents ministères et structures parapubliques impliqués. Le Chef de l’Etat rappelle, dans ce cadre, l’impératif d’anticiper et d’asseoir la préparation des structures et du capital humain à l’aune d’un Pays qui entre, à partir de 2023, dans l’exploitation pétrolière et gazière, complexe par nature, car intégrant plusieurs dimensions (technique, juridique, économique, budgétaire, financière, sécuritaire, environnementale et sociale…). Le Président de la République demande, dès lors, au Gouvernement d’accentuer la transformation des organisations et des méthodes de travail, en vue de l’ancrage durable d’un système national cohérent, pragmatique et performant de supervision, de coordination des interventions et de suivi évaluation des réformes et de l’exécution des projets pétroliers et gaziers. Le Chef de l’Etat invite, à ce titre, le Ministre du Pétrole et des Energies, à mettre en place un système innovant de reporting des informations et activités sur l’écosystème pétrolier et gazier à travers, PETROSEN Holding SA, notamment. Le Président de la République rappelle, à cet égard, l’impératif d’une optimisation de la gestion de l’actionnariat de l’Etat dans le secteur pétrolier et gazier. Le Chef de l’Etat souligne également l’urgence, pour PETROSEN, de finaliser la doctrine sur les Contrats de Partage de Production et les Accords d’Association avec les Opérateurs. Le Président de la République indique, de surcroît, la nécessité d’assurer la montée en puissance de l’Economie du Pétrole et du Gaz avec une forte implication des privés nationaux et un élargissement des transferts de technologies dans la mise en oeuvre du contenu local. Le Chef de l’Etat demande, notamment, au Ministre du Pétrole et des Energies, de mettre en oeuvre une stratégie de communication cohérente sur la gestion pétrolière et gazière, en assurant une vulgarisation inclusive de la loi sur le contenu local. Le Président de la République demande, en particulier, au Ministre des Finances et du Budget, de finaliser, avant fin mars 2021, le projet de loi sur le partage des revenus tirés de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières. Le Chef de l’Etat invite, enfin, le Gouvernement à soutenir l’édification rapide de l’Institut National du Pétrole et du Gaz (INPG) à Diamniadio, de même que la régulation des formations dans le secteur, afin de renforcer le capital humain national, fondamental dans la gouvernance maitrisée de nos ressources pétrolières et gazières. Abordant la question liée à l’intensification du processus d’industrialisation du Sénégal, le Président de la République invite, le Ministre du Développement industriel et des Petites et Moyennes Industries, à accélérer, en relation avec le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération et les autres Ministres concernés, le processus d’implantation des quatre (04) agropoles, notamment les Agropoles Sud et Ouest (Malicounda, Sandiara, Nguéniène), dont les travaux doivent démarrer au courant du premier semestre 2021, afin d’asseoir la relance de l’économie et l’aménagement durable du territoire national. Le Chef de l’Etat signale, en outre, au Gouvernement l’urgence qu’il accorde au démarrage effectif de la seconde phase du Parc industriel et international de Diamniadio, infrastructures qui va contribuer au renforcement qualitatif de notre tissu industriel, tout en participant de manière dynamique à la politique de promotion des emplois décents dans des domaines porteurs de croissance. Le Président de la République informe, dans cette perspective, qu’il présidera prochainement une réunion élargie, sur la politique d’industrialisation. Poursuivant sa communication, le Chef de l’Etat informe le conseil, avoir engagé, depuis 2012, la mise en oeuvre d’une politique sportive performante avec l’édification d’infrastructures modernes (Arène nationale, Dakar Aréna, Grand Stade du Sénégal, etc.) en plus de la construction et la réhabilitation de plusieurs stades régionaux. Le Président de la République demande, à cet effet, au Ministre des Sports, en relation avec les Ministres en charge des Finances et des Partenariats public-privés (PPP), de lui proposer un modèle de gestion des infrastructures sportives réalisées par l’Etat, avec un cahier des charges pour l’exploitant, garantissant la maintenance durable et la rentabilisation des édifices. Le Chef de l’Etat invite, particulièrement, le Ministre des Sports à accentuer la réforme des textes législatifs et réglementaires relatifs au Sport national, en tenant compte du rôle d’encadrement de l’Etat et des responsabilités des fédérations sportives. Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Président de la République demande au Ministre du Travail et du Dialogue social, de lui présenter, à la fin du mois de février 2021, un rapport général sur le dialogue social et la situation des travailleurs dans les entreprises, un an après l’apparition de la pandémie de Covid-19 au Sénégal. Le Chef de l’Etat rappelle au Ministre du Travail et du Dialogue social, l’urgence d’évaluer l’état de prise en charge des cahiers de doléances des centrales syndicales et de préparer, en relation avec le Haut Conseil du Dialogue Social, des rencontres sectorielles en perspective de la fête du 1er mai 2021. Sur la question liée à la prise en charge financière du dossier des orphelins du "Joola" non déclarés pupilles de la Nation, le Président de la République demande, au Ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants, de prendre toutes les dispositions, en relation avec le Ministre des Finances et du Budget, afin, d’une part, de régulariser la situation de ces derniers, et, d’autre part, de procéder au paiement de la somme destinée aux ayants droits. Le Chef de l’Etat magnifie, enfin, les diligences accomplies par le Gouvernement dans le cadre de la mise à disposition des premières doses vaccins et du lancement imminent de la campagne nationale de vaccination anti covid -19. Il réitère, à cet effet, ses directives concernant la transparence et la rigueur absolue sur les critères de sélection des cibles prioritaires identifiées. Le Président de la République a clos sa communication sur son agenda diplomatique, plus particulièrement sur sa participation, le 16 février 2021 à Ndjamena, à la séance élargie du Sommet du G5 Sahel, sur invitation de ses homologues de la Mauritanie et du Tchad. AU TITRE DES COMMUNICATIONS Le Ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République a fait le point sur le suivi des directives présidentielles; Le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur le démarrage de l’exécution budgétaire 2021 et sur la préparation de la 3ème revue de l’Instrument de Coordination de la Politique économique (ICPE); Le Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a fait une communication sur la situation internationale; Le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a fait une communication sur les préparatifs du Sommet sur le financement des économies africaines, qui se tiendra à Paris en mai 2021; Le Ministre de la Santé et de l’Action sociale a fait le point sur la stratégie nationale de vaccination et sur la situation de l’approvisionnement en vaccin contre la Covid-19 au niveau mondial; Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l’arachide 2021 et sur les moyens d’intervention de la Direction de la Protection des Végétaux (DPV); Le Ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des Territoires a fait une communication sur le Projet de Protection Côtière de Saint Louis (PPCS) et sur le Projet de relèvement d’urgence et de résilience à Saint louis (SERRP); Le Ministre de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur informel a fait une communication sur le programme d’acquisition de tables bancs dans le cadre du projet mobilier national; Le Ministre auprès du Président de la République, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait une communication sur les projets phares du PSE. AU TITRE DES TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES Le Conseil a examiné et adopté : Le projet de décret fixant les règles d’organisation et de fonctionnement du Fonds de Développement des Transports terrestres (FDTT). AU TITRES DES MESURES INDIVIDUELLES Le Président de la République a pris les décisions suivantes : Monsieur Makhtar LAKH, Commissaire aux Enquêtes économiques, matricule de solde n° 604 451/E, est nommé Secrétaire général du Ministère du Tourisme et des Transports aériens, en remplacement de Monsieur Mathiaco BESSANE appelé à d’autres fonctions ; Madame Agnèce NDIOGOYE, Inspecteur de l'Administration Pénitentiaire, matricule de solde n° 617.172/P, précédemment Inspecteur Régional de l'Administration Pénitentiaire de Kaolack, est nommée Directeur de l'Ecole nationale d'Administration Pénitentiaire, en remplacement de Monsieur Aliou CISS appelé à d'autres fonctions; Monsieur Ousmane DIALLO, Administrateur civil principal, matricule de solde n° 517 911/B, est nommé Secrétaire général de l'Université de Thiès (UT), en remplacement de Monsieur Malick SOW appelé à d'autres fonctions; Monsieur Khadim SYLLA, Professeur d'Enseignement secondaire, matricule de solde n° 626 842/D, est nommé Directeur du Centre national d'Information et de Documentation au Ministère de l'Emploi, de la Formation professionnelle, de l'Apprentissage et de l'Insertion en remplacement de Monsieur Omar NIANE appelé à d'autres fonctions ; Monsieur Omar NIANE, Professeur d'Enseignement secondaire, matricule de solde n° 625 494/J, précédemment Directeur du Centre national d'Information et de Documentation du Ministère de l'Emploi, de la Formation professionnelle, de l'Apprentissage et de l'Insertion est nommé Inspecteur technique au Ministère de l'Emploi, de la Formation professionnelle, de l'Apprentissage et de l'Insertion ; Monsieur Amadou Bouré SENE, Professeur de Techniques quantitatives de gestion, matricule de solde n° 518 780/M, précédemment Conseiller technique du Ministre de l'Emploi, de la Formation professionnelle, de l'Apprentissage et de l'Insertion est nommé Inspecteur des Affaires administratives et financières au Ministère de l'Emploi, de la Formation professionnelle, de l'Apprentissage et de l'Insertion en remplacement de Monsieur Papa El hadji Madické DIAGNE appelé à d'autres fonctions

Serigne Mansour Sy Djamil soutient Sonko et lance un appel aux chefs religieux Par: Absa HANE (stagiaire) - Seneweb.com Face à la presse, aux portes de l’Assemblée nationale, Serigne Mansour Ay Djamil s’est exprimé sur l’affaire Ousmane Sonko. Le leader de Bëss Du Ñakk a trouvé dommage qu’au moment où les priorités sont ailleurs, le débat politique soit à un niveau «du caniveau». Nonobstant le fait que le chef religieux apporte son soutien à Ousmane Sonko, Serigne Mansour Sy considère que les religieux pourraient jouer un rôle dans la régulation des tensions sociales.

REVUE DE PRESSE DU 17 FEVRIER 2021 HABSA ELIMANE WANE

🔴 Revue de Presse Ahmed Aidara du Jour -Revue de Presse en Direct 17 02 ...

Revue des titres Sentv avec Ahmed Aidara du Mercredi 17 Février 2021

mardi 16 février 2021

un indien dans la ville ( tonton david 'chacun sa route ) 1994

Tonton David nous a quittés à l'âge de 53 ans annonce Nuttea et Pierpolj...

😂 UN INDIEN DANS LA VILLE Bande Annonce VF (1994)

Des enseignants blessés par des agresseurs, entre Mékhé et Kébémer (images sensibles) Par: Lamine Ndiaye (correpondant) seneweb.com - Seneweb.com | 16 février, 2021 à 23:02:48 Des enseignants blessés par des agresseurs, entre Mékhé et Kébémer (images sensibles) Dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 février, des enseignants en service aux écoles de Kelle et de Bedeu Dieng qui se situent entre les communes de Mekhé et Kébémer ont été violemment agressés par des individus armés non encore identifiés. Selon notre source, des malfaiteurs armés de machettes et de gourdins se sont introduits dans la maison où logent les enseignants pour tenter de voler du matériel qui se trouvait sur les lieux. Avant de rentrer bredouilles, les agresseurs se sont jetés sur les enseignants en les rouant des coups de machette. L’un d’entre eux a été grièvement blessé à la tête. Après leur forfait, les assaillants ont pris la poudre d’escampette vers une destination inconnue. En guise de soutien aux victimes, tous les enseignants de la zone ont observé ce mardi une journée sans classe. La gendarmerie a ouvert une enquête.

Sénégal - Affaire Sonko : rendez-vous mercredi

Situation Politique: Quand Pape Ngagne déverse sa colère sur Macky “ Bou...

Babacar Justin Ndiaye : La percée de Sonko est magique.

Très important: Alain Foka message

REVUE DE PRESSE DU 16 FEVRIER 2021 HABSA ELIMANE WANE

REVUE DE PRESSE Zik Fm Du MARDI 16 FEVRIER 2021 Par Ahmed Aidara.mp4

Revue des titres Sentv avec Ahmed Aidara du Mardi 16 Février 2021

lundi 15 février 2021

Affaire OUSMANE SONKO, L'appel de Seydina Cissé à Macky Sall. Écoutez

Cette professeur est devenue très célèbre à cause de son vêtement qui dessine l'anatomie humaine! By Soldatduciel | Opera News Côte d’Ivoire. L'enseignement n'est pas un métier facile . Etre un professeur ou un instituteur relève de l'une des plus hautes fonctions administratives qui soient . Le savoir est la force principale de la croissance intellectuelle d'une personne et d'un pays. . Tout le monde n'arrive pas à pouvoir être un excellent enseignant parceque cette tâche requiert de la patience, de la passion et de l'amour . Il existe des enseignants qui mettent tout leur coeur et tout leur être afin de permettre aux apprenants de maitriser les leçons qu'ils dispensent . Cette enseignante se nomme Verónica Duque , elle travaille dans une école à Valladolid en Espagne . Elle a décidé de donner un cour d'anatomie à ses élèves tout en étant vêtue d'une combinaison qui détaille parfaitement le corps humain . Cette séance de cours est devenue très virale sur internet . A travers les dessins que les enseignants font sur le tableau de leur classe , les élèves ne voient pas très clairement ce à quoi l'intérieur du corps humain est fait . L'anatomie humaine est la description de la structure du corps de l'homme , de ses organes et de leurs positions . Si on dit à un élève que le coeur est situé à gauche , cela l'instruit à moitié parcequ'il n'a pas une idée vraisemblable de ce à quoi cela ressemble. Cette professeur est devenue très célèbre sur internet à cause de ses tenues spéciales de cours . Sur "www.womenexclusive.in" et "Tribuna valladolid" ,on retrouve certains de ses cours dans lesquels elle enseigne avec tant d'amour . Ce genre de professeur est quelque peu rare . En Afrique ,l'éducation scolaire est fortement critiquée à cause de la mauvaise qualité de certains systèmes . Tout comme Verónica Duque , les donneurs de savoir doivent être de grands passionnés en la matière car un pays ne se développe qu'à partir de l'éducation . Content created and supplied by: Soldatduciel (via Opera News )

ZCHOR AFFAIRE SONKO Les femmes du bois sacré menacent mystiquement

Teuss zikfm du Lundi 15 Février 2021 avec Ahmed Aidara. La 2ème masseuse...

La revue des titres avec Ahmed Aidara du lundi 15 Février 2021

Revue de Presse du jour Ahmed Aidara Zik Fm du 15 Février 2021

REACTION DE MAME DIARRA FAM APRÈS LE COMMUNIQUÉ DE ME WADE

dimanche 14 février 2021

mercredi 10 février 2021

Affaire OUSMANE SONKO : Écoutez ce Serigne qui tire sur Macky.....

Conseil des Ministres. mer, 10 fév 2021 Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL a réuni, en visioconférence, le Conseil des Ministres, ce mercredi 10 février 2021. A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat s’est incliné devant la mémoire de Feu Abdoul Aziz MBAYE, Fonctionnaire émérite, Ancien Ministre de la Culture, rappelé à Dieu mercredi dernier. Avec la disparition de Monsieur Abdoul Aziz MBAYE, le Sénégal vient de perdre un éminent Cadre, un intellectuel généreux et talentueux, réputé par la pertinence et la profondeur de sa pensée. Le Président de la République présente, à sa Famille, ses condoléances, celles du Conseil et de la Nation. Poursuivant sa communication, le Chef de l’Etat indique que, face à la propagation de la pandémie de Covid-19, il y a urgence de redoubler de vigilance, d’engagement et de résilience pour endiguer, au plus vite, la maladie à travers le respect individuel et collectif des mesures barrières et des précautions sanitaires préventives. Au regard des effets de la pandémie de Covid-19 sur notre économie et l’équilibre de notre société, le Président de la République souligne la nécessité d’anticiper et d’agir en modes "Diligence" et "Fast Track". Il s’agit, dès lors, d’accélérer les procédures, de mobiliser toutes les ressources humaines et financières requises, afin de vacciner, dans les meilleurs délais, les populations cibles prioritaires identifiées. Le Chef de l’Etat demande, à ce titre, au Ministre de la Santé et de l’Action sociale, en relation avec le Ministre des Finances et du Budget et les Ministres concernés, de prendre toutes les dispositions sanitaires, logistiques, financières et de mobilisation sociale, nécessaires au lancement sur l’ensemble du territoire national, des campagnes de vaccination, à la fin du mois de février 2021 au plus tard. Le Président de la République demande, par ailleurs, au Ministre de la Santé et de l’Action sociale de sensibiliser davantage les acteurs de la santé et les populations, sur le respect des rendez-vous médicaux et la fréquentation régulière des structures de santé, tout en veillant particulièrement sur le déroulement optimal du programme élargi de vaccination (PEV). Le Chef de l’Etat invite, enfin, le Ministre de la Santé et de l’Action sociale à faire un point hebdomadaire en Conseil des Ministres, sur les statistiques de vaccination Covid-19 au niveau national et international. Abordant la question du développement infrastructurel et socioéconomique des nouvelles zones touristiques, le Président de la République indique au Conseil avoir requis l’accélération de l’aménagement de nouvelles zones touristiques, pour asseoir l’attractivité du territoire national, la compétitivité de l’économie, la création d’emplois décents, mais surtout, la valorisation du potentiel environnemental, artisanal et culturel des localités concernées. A cet égard, le Chef de l’Etat demande aux Ministres en charge du Tourisme, des Finances, des Infrastructures, de l’Eau et de l’Assainissement, de prendre les mesures adéquates, en vue de la finalisation de l’aménagement global du site de référence de Pointe Saréne, qui s’érige en zone touristique émergente avec les projets d’investissements privés de grande envergure. Le Président de la République a, dans la même lancée, rappelé l’urgence d’accélérer la réalisation du Projet de Parc forestier urbain de Dakar Yoff. Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Président de la République salue le bon déroulement de la campagne de commercialisation arachidière qui connait aujourd’hui, avec les ajustements rapides du Gouvernement, une réussite notable vu l’excellent niveau de collecte à ce jour (371.891 tonnes en 73 jours de campagne). Le Chef de l’Etat invite, dès lors, le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural à intensifier le processus de modernisation et de mise aux normes de la SONACOS-SA, afin de consolider une agro-industrie nationale innovante, autour du développement durable de la filière arachidière. Sur la modernisation du dispositif national de l’éducation surveillée et de la protection sociale des enfants, le Président de la République demande, au Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et au Ministre des Finances et du Budget, de renforcer, de façon substantielle, les ressources budgétaires allouées à la protection des enfants et des jeunes mineurs. Le Chef de l’Etat invite, dans le même élan, le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice à finaliser, de façon inclusive, un Programme National de Modernisation de l’Education Surveillée (PROMES), en intégrant tous les volets (infrastructures, ressources humaines, financement, accompagnement psychosocial et réinsertion). Le Président de la République indique, en outre, la nécessité pour le Gouvernement, le Ministre de la Santé et de l’Action sociale en particulier, d’élaborer une stratégie opérationnelle de renforcement de la protection sociale et de l’insertion socioéconomique des personnes aveugles et autres handicapés de la vue. Le Chef de l’Etat signale, à ce propos, l’urgence d’étudier, dans chaque secteur, les activités et projets collectifs qui peuvent être confiés à cette frange importante de notre population. Concernant la formation des enseignants à la Faculté des Sciences et Techniques de l’Education et de la Formation (FASTEF) et dans les écoles dédiées, le Président de la République demande aux Ministres en charge de l’Education et de l’Enseignement Supérieur, de la Fonction Publique et des Finances, d’engager des diligences appropriées à une planification stratégique des recrutements et à la programmation optimale des formations des enseignants à la FASTEF et dans les différentes écoles et instituts concernés. Le Président de la République a clos sa communication sur son agenda diplomatique en insistant sur les conclusions du 34ème Sommet de l’Union Africaine, tenu en visioconférence le 06 février 2021. AU TITRE DES COMMUNICATIONS Le Ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République a fait le point sur le suivi des directives présidentielles; Le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur le démarrage de l’exécution budgétaire 2021; Le Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a fait une communication sur la situation internationale; Le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a fait une communication sur les prévisions de croissance 2020; Le Ministre de la Santé et de l’Action sociale a fait une communication sur la stratégie de vaccination Covid-19; Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l’arachide 2021; Le Ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion a fait une communication sur le projet de création d’un Réseau de Centres de Formation Innovation pour les métiers de la Mobilité; Le Ministre auprès du Président de la République, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait une communication sur les projets phares du PSE. AU TITRE DES TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES Le Conseil a examiné et adopté : Le projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier la convention générale de coopération entre le Royaume de Belgique et la République du Sénégal, signée à Dakar, le 1er mars 2018. AU TITRES DES MESURES INDIVIDUELLES Le Président de la République a pris les décisions suivantes : Monsieur Kalilou DANFA, Gestionnaire, est nommé Président du Conseil d'Administration du Laboratoire national d'Analyses et de Contrôle au Ministère du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises; Monsieur Bacary DIATTA, Docteur Vétérinaire Océanographe, matricule de solde n° 610 027/Z est nommé Directeur général du Laboratoire national d'Analyses et de Contrôle au Ministère du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises; Monsieur Mohamadou MBENGUE, Enseignant, est nommé Président du Conseil d'Administration de l'Organe de Régulation du Système de Récépissé et d'Entrepôt au Ministère du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises; Monsieur Driss Junior DIALLO, Ingénieur financier, est nommé Directeur général de l'Organe de Régulation du Système de Récépissé et d'Entrepôt au Ministère du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises ; Monsieur Christian Fernand Johnson Tibiurce DIATTA, Administrateur civil, matricule de solde n° 518 678/E est nommé Secrétaire général du Musée des Civilisations noires, poste vacant

Affaire Ousmane Sonko : Le CRD prêt « pour arrêter la machine dictatoriale de la dynastie Faye Sall » Par: Awa FAYE - Seneweb.com | 10 février, 2021 Affaire Ousmane Sonko : Le CRD prêt « pour arrêter la machine dictatoriale de la dynastie Faye Sall » Accusé de viols et menaces de mort, le leader du Pastef-Les patriotes, Ousmane Sonko peut compter sur la Conférence des Leaders du Congrès de la Renaissance Démocratique (CRD) « And Dekkil Bokk ». A travers une déclaration rendue publique, ce mercredi 10 février, elle rappelle à l'opinion nationale et internationale le projet énoncé publiquement par le Président Macky Sall de réduire l'opposition à sa plus simple expression. Une déclaration d’intention effectivement suivie d’effets. Ainsi, fait savoir le porte-parole du jour, le Professeur Alassane Kitane, « après Karim Wade, Khalifa Sall, Adama Gaye et Boubacar Sèye, c’est maintenant le tour d’Ousmane Sonko ! A qui le prochain tour ?" . Selon lui, « pour toutes ces personnalités citées, Macky Sall a mobilisé, utilisé et abusé des missions régaliennes dévolues aux forces de défense et de sécurité et surtout à l’appareil judiciaire, notamment l’autorité du procureur de la république et des officiers de police judiciaire, pour régler des comptes personnels, de famille et de clan, avec des adversaires politiques ou des acteurs de la société dont il considère l’activisme compromettant contre ses intérêts ». Il avance qu’au même moment, et l’opinion publique nationale et internationale le constate, des transhumants, ses hommes de mains et ses propres parents, même pris en flagrant délit ou accusés de malversations et de détournements de deniers publics vaquent tranquillement à leurs occupations. Le Congrès de la renaissance démocratique « considère que face aux dérives répétées de Macky Sall, et pour abréger la mal gouvernance endémique que traverse le pays et dont la principale victime est le peuple sénégalais, il n’existe qu’une seule issue salutaire : l’unité et le combat dans la solidarité ». C’est la raison pour laquelle le CRD réaffirme son adhésion à l'impérieuse nécessité d'un grand rassemblement démocratique et patriotique pour arrêter la machine dictatoriale de la dynastie Faye Sall. Le Congrès de la Renaissance témoigne sa solidarité au Président Ousmane Sonko et garde l’espoir qu’il sortira très rapidement de cette épreuve pour poursuivre le combat qu’il a engagé avec ses partisans et ses partenaires auprès du peuple sénégalais », souligne le CRD

L'Anacim annonce une houle dangereuse à partir de Vendredi Par: APS - Une houle dangereuse est attendue sur la Grande Côte, Dakar, au large de la Petite Côte et en Casamance, à partir de vendredi à 12h à dimanche à la même heure, annonce l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) . La houle sera de secteur nord-ouest, atteignant 3.0m sur la Grande Côte (axe Saint-Louis – Dakar) et 2.5 m au large de la Petite Côte et en Casamance (à 50 km de la côte), précise-t-elle, dans un bulletin météorologique spécial (BMS

yaw mi nak yadone massé Sonko .

EN DIRECT : Le convoi de Ousmane Sonko

LA SITUATION DU PAYS, IMAME DRAMÉ LANCE UN appel solennel aux KHALIFEs GÉNÉraux

Urgence: déclaration Monsieur Benjemin Ndiaye... Sur l'affaire de Sonko...

REVUE DE PRESSE DU 10 FEVRIER 2021 HABSA ELIMANE WANE

La revue des titres avec Ahmed Aidara du mercredi 10 Février 2021

Revue De Presse Ahmed Aidara du jour Zik Fm 10 02 2021.mp4

lundi 8 février 2021

UCAD : LES ÉTUDIANTS Face à la Police RÉCLAMENT LA LIBÉRATION de OUSMANE...

Blessé par balle, la réaction de Assane Diouf va vous surprendre

Le message fort de Khadija Mahecor Diouf à Adja Sarr et aux femmes de Pa...

Déclarations d'Assane Diouf et Nitt Doff chez Sonko : "Dotouniou Nangou ...

Urgent: L'arrivée de Khalifa Sall et Barthélémy Dias chez Sonko, Regardez

URGENT ! REACTION DE OUSMANE SONKO APRÈS LES AFFRONTEMENTS

La revue des titres avec Ahmed Aidara du lundi 8 Février 2021

🔴 EN DIRECT - CHEZ OUSMANE SONKO

Revue De Presse (#revue Wolof) Zik Fm En Direct 08 02 2021

samedi 6 février 2021

Vacances du premier trimestre : La coordination des enseignants du privé du Sénégal ne veut pas d’une prorogation SENEWEB. La coordination des enseignants du privé du Sénégal ne veut pas entendre parler d’une prorogation des vacances du premier trimestre. Elle est montée au créneau pour dénoncer la tentative d’influence des autorités par certains syndicalistes de l’école publique. Dans un communiqué parvenu à L’AS, les enseignants du privé fustigent toute intention de proroger les vacances scolaires du premier trimestre. Le collectif constate, pour le déplorer, que depuis quelques jours, des dirigeants syndicaux du public, animés par on ne sait quelle intention, plaident pour le prolongement des jours de vacances pour mieux cerner la situation sanitaire. Le collectif tient à souligner qu’il n’existe aucune étude scientifique sérieuse qui prouve une baisse du taux de contamination liée à cette semaine de vacances scolaires. C’est pourquoi, il considère cette proposition malheureuse et vaine pour le système éducatif sénégalais. Au contraire, le collectif pense que la suspension des cours dans les établissements privés comme publics du Sénégal pourrait être à l’origine d’une explosion des cas de contamination car si les élèves ne sont pas à l’école ils sont certainement dans les lieux publics où les mesures barrières ne sont presque pas respectées. Le collectif demande au gouvernement de ne pas donner suite aux propositions erronées et sans fondement scientifique de ces syndicats

Commentaire d'1Parent D élève Patapla et c est le gain de l argent qui anime également ce second camp. Rien à voir avoir la protection des élèves sinon ils auraient harmonisé avec leurs collègues. Une lutte des syndicats publics et privés va laisser des séquelles car le ton utilisé n est ni poli ni courtois.

AN 35 DE SA DISPARITION : CHEIKH ANTA DIOP, UNE PENSÉE TOUJOURS D'ACTUALITÉ Par: emedia.sn - Emedia.sn | 06 février, 2021 à 15:02:28 AN 35 DE SA DISPARITION : CHEIKH ANTA DIOP, UNE PENSÉE TOUJOURS D Le projet de la réécriture de l’histoire africaine de Cheikh Anta Diop part du constat d’une extraversion voire d’une faillibilité dans la narration de l’histoire africaine. L’une des idées qui s’impose avec force et puissance à la lecture des ouvrages du scientifique sénégalais Cheikh Anta Diop, c’est qu’il ne peut y avoir de devenir africain sans le recours à l’histoire, et dit en ce sens, « il devient indispensable que les africains se penchent sur leur propre histoire et leur civilisation et étudient celle-ci pour mieux se connaitre ». Les prises de positions scientifiques de Cheikh Anta Diop , tout en s’inscrivant dans la perspective de la décolonisation de l’histoire africaine, soulèvent des questions relatives à la philosophie et à l’épistémologie de l’histoire, dans la mesure où elles véhiculent un savoir et une pratique de l’histoire qui appellent à une épistémologie c’est-à-dire une sorte de scientificité historique. Le projet de la réécriture de l’histoire africaine de Cheikh Anta Diop part du constat d’une extraversion voire d’une faillibilité dans la narration de l’histoire africaine. Sa démarche s’enracine dans le souci de tourner radicalement le dos aux falsifications et de réaffirmer l’historicité voire la primauté des sociétés africaines, mais surtout aussi de montrer qu’il y a une continuité spatio-temporelle des sociétés africaines, malgré l’émiettement territorial et la diversité des tribus et des peuples. En effet, la fonction de l’historiographie est de fournir une explication narrative et interprétative des phénomènes historiques, ce qui implique la nécessité d’une logique qui donne à l’historien des ressources matérielles et immatérielles pour examiner le contenu, les réalités de causalité entre les faits. En plus, de cet objectif de démantèlement théorique qui habitera tous ses ouvrages, Cheikh Anta se propose de montrer non seulement qu’une histoire non évènementielle de l’Afrique est possible, mais aussi de faire de l’idée que les Egyptiens étaient des noirs un « fait de conscience historique africaine et mondiale voire un concept scientifique opératoire ». Il souligne au nom de la logique historique que toutes les théories élaborées pour rendre compte du passé africain avaient pour but avoué de servir le colonialisme et surtout de faire croire au nègre qu’il n’avait jamais été à l’origine de quoi ce soit de valable. Pour Cheikh Anta Diop, l’enjeu, c’est d’abord de faire mentir publiquement et scientifiquement une certaine conception de l’Afrique et de l’Egypte qui situe cette dernière hors de l’Afrique et l’auteur qui s’est le plus avancé dans cette direction de falsification historique n’est autre que Hegel , que Cheikh ne cite pratiquement jamais. De ce « mensonge historique » , Cheikh s’indigne par ces termes : « la vérité de ces théories fragmentées et réductrices sert au colonialisme et leur but est d’arriver, en se couvrant du manteau de la science, à faire croire aux peuples noirs qu’ils n’ont jamais été responsables de quoi ce soit de valable, de même pas de ce qui existe chez lui ». Par conséquent, il y a selon lui, un réel danger à s’instruire de ce passé dans les ouvrages occidentaux sans en faire une critique sévère voire radicale, car chaque fois que dans l’histoire un peuple en a conquis un autre, il a utilisé l’arme de l’aliénation culturelle pour réduire l’autre à néant. Cette position de Cheikh Anta Diop trouve un écho favorable chez le psychiatre martiniquais Frantz fanon qui par des analyses psychologique voire psychopathologique est arrivé à des conclusions que le déni de l’histoire peut être un facteur d’aliénation culturelle de surcroit d’une fausse représentation dans le culte de la construction de la personnalité des individus colonisés ou issu de la colonisation. Il est donc question pour cheikh d’éradiquer ce « poison culturel » savamment inoculé dans les mentalités des noirs et qui désormais semble faire partie intégrante de leurs imaginaires et de leurs représentations. Ainsi face à ce déni de l’histoire qui ouvre des perspectives de destruction chronique dans la construction de la personnalité de l’homme noir, il devient indispensable que les africains apprennent et comprennent leur véritable histoire et leur vraie civilisation pour mieux se connaitre et arriver ainsi, par la véritable connaissance de leur passé à rendre périmées, grotesques et désormais inoffensives ces armes culturelles assimilationnistes. Sa démarche s’élève contre ceux qui pensent qu’il est futile de fouiller dans les décombres du passé parce que les problèmes de l’heure sont urgents et se posent dans un monde de vitesse, caractérisé par la tendance à l’unification du monde et par le surdéveloppement de nouvelles sciences et technologies qui ambitionnent la résolution de tous les grands problèmes. Pour Cheikh Anta Diop, ils rendraient caduques, périmées et accessoires les préoccupations de mémoires voire historique d’être une boussole pour l’avenir. Il répond que cette attitude intellectuelle est le fruit « d’une cécité culturelle » et d’une « incapacité à proposer des solutions concrètes, valable , aux problèmes qu’il faut résoudre pour que l’assimilation cesse d’être une nécessite apparente » et que ce comportement face à une telle situation de piétinement et de déchéance est dangereux car donne l’illusion d’une marche en avant à pas de géants mais qui n’est rien d’autre qu’une tendance à déprécier tout ce qui émane du génie millénaire du nègre. En effet, le modernisme ne consiste pas pour Cheikh Anta Diop à rompre avec les sources du passé, mais plutôt à y intégrer la nouveauté pour affronter les autres peuples sur un pied d’égalité, en s’appuyant sur son passé, un passé suffisamment étudié. Cette convocation de l’histoire n’a point pour ambition d’y extraire nécessairement que du beau ou du bien mais que ce passé puisse servir à la sauvegarde des cultures africaines. Donc il ne s’agit pas pour Cheikh de « créer de toutes pièces une histoire plus belle que celle des autres, de manière à doper moralement le peuple pendant la période de lutte pour l’indépendance, mais de partir de cette idée évidente que chaque peuple a une histoire ». C’est également cette démarche qu’entreprennent les initiateurs du RASA. Son anthropologie historique la culture africaine devrait jouer le même rôle que les antiquités gréco-latines qui façonnent depuis des millénaires l’imaginaire de l’occident. Et pour cela il faut une « décentralisation des sources de l’universel », car autant la technologie et la science moderne viennent d’Europe, autant dans l’antiquité le savoir universel « coulait de la vallée du Nil vers le reste du monde » en particulier vers la Grèce qui n’était qu’un maillon intermédiaire dans la longue marche de l’histoire des idées et des civilisations. Comme le souligne très bien Théophile Obenga , son compagnon de route, « si Cheikh Anta Diop s’intéresse tant aux genèses, aux origines , aux émergences premières des civilisations africaines, c’est que les premières origines sont la vérité et qu’elles ont une puissance exceptionnelle pour se faire remémorer le passé temporel tout entier, d’un seul tenant, établissant ainsi une certaine logique historique dans les évolutions et les développements ultérieurs qui tiennent cependant des émergences primordiales ». Dans cette perspective de mieux comprendre l’impact de cette réinsertion de l’Afrique dans le cours de l’histoire, Obenga convoquera même Heidegger qui affirmait que « ce qui a une histoire peut du même coup en faire une » puisque l’histoire est le tout de l’état qui change avec et dans le temps. Logiquement donc les peuples africains, parce que vivant dans le temps, ont une histoire, c’est-à-dire une aventure spécifique de leur être au monde qui s’est passée, qui passe et qui se transmet en même pour construire des mémoires collectives qui voyagent dans l’espace-temps. Ainsi on voit que l’homme en tant qu’être culturel par essence se rapporte à toutes les dimensions de la conscience historique comme sujet de l’évènement et en même temps comme sujet d’histoire. Cependant, les histoires écrites par les colons n’établissaient pas de chaines causales, de trames historiques susceptibles de situer les évènements par rapport à la temporalité. Du coup, elles situaient les sociétés dont elles parlaient dans une certaine intemporalité ou atemporalité. En effet, ces histoires n’étaient qu’une sorte d’ébauche avortée parce que les africanistes ne sont jamais parvenus à tracer tout l’enchainement logique et spatio-temporel du passé de l’homme africain, ainsi dans cette dynamique l’un des apports fondamentaux de Cheikh Anta sera de donner à l’Afrique son « passé » et son caractère historique, en montrant, preuve et témoignage à l’appui, que les peuples de cette partie du monde existaient dans le temps, et ce depuis l’aube des temps, d’autant que la première humanité y a émergé. Par-delà cette affirmation qui fait de l’Egypte, un point de repère historique, il y a l’idée que l’Afrique forme un tout cohérent qui finalement relève d’une trajectoire historique singulière, commençant depuis la première humanité et, à travers une série de migration, culmine dans la civilisation égyptienne qui va éduquer et civiliser l’humanité. la référence historique et culturelle dans la trame générale de l’histoire de l’humanité est nécessaire pour Cheikh Anta et dira comme message à la postériorité que : « l’Africain qui nous a compris est celui-là qui, après la lecture de nos ouvrages, aura senti naitre en lui un autre homme, animé d’une conscience historique, un vrai créateur, un Prométhée porteur d’une nouvelle civilisation et parfaitement conscient de ce que la terre entière doit à son génie ancestral dans tous les domaines de la science, de la culture et de la religion ».

L'homme qui ne possédait rien / Conte de sagesse

REVUE DE LA PRESSE DU 06 FÉVRIER 2021 AVEC HABSA ÉLIMANE WANE.

jeudi 4 février 2021

Covid-19 : Un nouveau calendrier scolaire établi, des cours suspendus Par: AWA FAYE - Seneweb.com Le coronavirus continue de chambouler l’année académique 2020-2021. En effet, de nombreux cas sont répertoriés dans le milieu scolaire. Ce qui a poussé les autorités à prendre de nouvelles mesures pour briser la chaine de contamination. «Au regard du contexte marqué par l’expansion de la pandémie Covid-19 et en vue de limiter au mieux les déplacements des élèves et des enseignants des écoles élémentaires du public comme du privé, les cours de l’après-midi du mardi et du jeudi sont suspendus jusqu’à nouvel ordre», a d’emblée exposé l’inspectrice d’académie Khadidiatou Diallo, dans une circulaire reçue. Ainsi, dira-t-elle, pour se conformer au quantum horaire en vigueur, les heures de travail sont réaménagées. Du lundi au vendredi, les classes seront ouvertes de 8 h à 14 h. Et le vendredi, ce sera de 8 h à 13 h. En conséquence, Khadidiatou Diallo demande aux concernés de prendre les dispositions nécessaires pour une bonne mise en œuvre de ces instructions qui seront effectives à partir du 8 février 2021

COMMENTAIRE faut prolonger les vacances scolaires jusqu'en fiin fevrier le temps qu'on depasse le pic de cette deuxieme vague. faire descendre tout lae monde à 14 h va creer de gros rassemblements et encombrements dans les transports. ce virus est tres serieux, il faut eviter les demi mesures et toute decision doit etre murement reflechie

Revue des titres Walftv du Jeudi 04 Février 2021

Revue des Titres Ahmed Aidara du Jeudi 04 Février 2021 sur Sen Tv

Revue de presse wolof zik fm en direct 04 02 2021 par Ahmed Aidara.mp4

mercredi 3 février 2021

Nakala Diary Sow Manipuler Sénégal Ak Aduna - VOSTFR

Conseil des Ministres mer, 03 fév 2021 Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL a réuni, en visioconférence, le Conseil des Ministres, ce mercredi 03 février 2021. A l’entame de sa communication, le Chef de l’Etat a présenté les condoléances de la Nation et des membres du Conseil des Ministres à Madame Zahra Iyane THIAM, Ministre de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire, suite au rappel à Dieu du Regretté Mourchid Iyane THIAM, Président de la Commission nationale de Concertation du Croissant lunaire. Il a également salué la mémoire de Feu Amadou Saïdou BA, Secrétaire Permanent du GES-Pétrogaz, un serviteur de l’Etat exemplaire, récemment arraché à notre affection. Abordant son agenda diplomatique, le Président de la République s’est réjoui des conclusions du Sommet extraordinaire de la CEDEAO, tenu en visioconférence, le 02 février 2021. Le Sénégal a, en effet, été désigné et endossé comme candidat unique pour occuper le poste de Président en exercice de l’Union Africaine, réservé à la sous-région Ouest africaine, pour la période 2022-2023. Le Chef de l’Etat a, à cet égard, remercié les Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la CEDEAO, pour cette marque de confiance au Sénégal, qui consolide ainsi le rayonnement de sa diplomatie et son attachement à l’intégration du continent africain. Sur les contrôles techniques et le renouvellement du parc des transports urbains et interurbains, le Président de la République, après avoir présenté les condoléances de la Nation aux familles des neuf (09) personnes tuées dans l’accident de la route survenu le jeudi 28 janvier 2021, dans la commune de Ngathie Nawdé, rappelle aux Ministres en charge des Transports terrestres, des Forces armées, de la Justice et de l’Intérieur, l’impératif d’assurer l’application stricte des sanctions dans l’accomplissement des contrôles routiers et autoroutiers, en veillant sur l’état technique des véhicules de transports de passagers et de marchandises en circulation. Le Chef de l’Etat invite, en outre, le Ministre des Transports terrestres, à accélérer le processus de renouvellement des parcs de bus et autres véhicules de transports interurbains, notamment ceux en circulation sur les axes routiers départementaux. Abordant la question liée à la nécessité d’une régulation optimale des fréquences radioélectriques et de la consolidation du numérique comme pilier de la modernisation de l’audiovisuel, le Président de la République informe le Conseil, avoir présidé, le vendredi 28 janvier 2021, une réunion dans ce sens, pour le renforcement de l’implantation de la Télévision Numérique Terrestre (TNT), sur toute l’étendue du territoire national. Le Chef de l’Etat rappelle, à cet égard, au Gouvernement son engagement permanent à impulser le développement et la professionnalisation du secteur audiovisuel, à travers l’application intégrale du code de la presse et le soutien financier et fiscal exceptionnel de l’Etat aux entreprises de presse (amnistie fiscale, baisse de 70% des redevances, aide doublée en 2020, création du Fonds d’Appui au Développement de la Presse). A cet effet, le Président de la République demande aux Ministres en charge de la Communication et de l’Economie numérique, de veiller, en relation avec le CNRA et l’ARTP, à la mise en œuvre d’une doctrine consensuelle de paiement des redevances, d’optimisation de la gestion des fréquences radioélectriques et d’encadrement de leur cession. Le Chef de l’Etat souligne, par ailleurs, la nécessité de veiller à la qualité des programmes diffusés sur les radios et télévisions. Ces contenus doivent renforcer la paix sociale, la cohésion nationale, l’Autorité de l’Etat et les intérêts du Sénégal. Dans le contexte de transformation digitale de notre société, le Président de la République rappelle au Gouvernement, l’impératif d’actualiser les cahiers des charges opposables aux radios et télévisions, en veillant dans le cadre de l’ancrage de la TNT, à la spécialisation distinctive des acteurs. Le Président de la République invite, à ce sujet, le Gouvernement à asseoir (i) la souveraineté de l’Etat sur l’infrastructure TNT dans sa globalité en le transférant à la Télédiffusion du Sénégal SA (TDSSA (ii) le contrôle direct des droits de passage et (iii) l’accessibilité des décodeurs au public. En définitive, le Chef de l’Etat demande au Gouvernement d’accorder une urgence notable à la matérialisation effective, dans tous ces aspects, du passage du Sénégal de l’analogique au numérique intégral en assurant la redondance du système. Le Chef de l’Etat invite, enfin, le Gouvernement à mettre en place un dispositif de régulation et d’encadrement, spécifique aux réseaux sociaux. Poursuivant sa communication, le Président de la République a indiqué toute l’attention particulière qu’il accorde à l’exécution, dans les délais prescrits, du projet Mémorial de Gorée, un projet culturel d’envergure, dont la maitrise d’ouvrage déléguée a été confiée à l’APIX. Le Chef de l’Etat demande, à ce propos, au Ministre de la Culture et de la Communication de veiller à ce que l’Agence travaille en étroite collaboration avec l’AGETIP pour mutualiser les moyens et renforcer la cohésion d’ensemble, dans l’exécution du projet. Sur la vulgarisation et l’intensification de la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption, le Président de la République rappelle au Gouvernement qu’il a validé, lors du Conseil des Ministres du 16 septembre 2020, cette stratégie nationale sur la période 2020-2024, une première du Sénégal indépendant. Le Chef de l’Etat demande, à ce sujet, à l’OFNAC, en relation avec le Gouvernement et l’ensemble des acteurs, partenaires impliqués, à accentuer la vulgarisation de ce document national consensuel, dont la mise en œuvre des orientations et actions, est fortement soutenue par l’Etat et ses démembrements. Sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, le Président de la République a insisté sur la nécessité de renforcer le contrôle de la qualité des matériaux et systèmes de construction, eu égard à la recrudescence de l’effondrement des bâtiments et à la récurrence des incendies dans nos villes et campagnes. Il a, à ce propos, demandé au Ministre de l’Urbanisme du Logement et de l’Hygiène publique, d’engager, en liaison avec le Ministre de l’Intérieur, à travers la Direction de la Protection civile, un audit général des bâtiments, des matériaux et systèmes de construction pour une mise aux normes. Le Chef de l’Etat invite, dès lors, les Ministres concernés, en relation avec l’Association Sénégalaise de normalisation et les Ordres professionnels (Ordre des Architectes du Sénégal, Ordre des Experts et Evaluateurs agrées), à mettre en place une nouvelle réglementation qui préserve davantage la qualité, la sécurité et la durabilité des constructions autorisées et des habitations. Le Président de la République indique, dans cette perspective, la nécessité de renforcer en ressources humaines, l’Inspection générale des constructions et des bâtiments, dans le cadre de la réalisation du programme des 100.000 logements et du développement des constructions en hauteur. Sur la consolidation de l’inclusion sociale, le Chef de l’Etat, rappelant l’éradication de la lèpre, depuis 2015, qui constitue une performance notable de notre système de santé, demande au Ministre de la Santé et de l’Action sociale, d’engager le processus d’abrogation, avant la fin du mois de mars 2021, du cadre juridique (loi n°76-03 du 25 mars 1976) relatif aux villages de reclassement social, en vue de la suppression définitive du statut spécial de ces localités et établissement humains. Le Chef de l’Etat a clos sa communication sur le suivi de la coopération et des partenariats. AU TITRE DES COMMUNICATIONS Le Ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République a fait le point sur le suivi des directives présidentielles ; Le Ministre des Finances et du Budget a fait une communication sur le démarrage de l’exécution budgétaire 2021; Le Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a fait une communication sur la situation internationale ; Le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a fait un compte rendu de sa participation à Riyad à la 4ème édition du "Future Investment Initiative (FII)" ; Le Ministre de la Santé et de l’Action sociale a fait une communication sur l’implantation des Centres de Traitement des Epidémies (CTE) dans les régions et sur la stratégie d’acquisition de vaccins contre la Covid-19 ; Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait une communication sur la campagne de commercialisation de l’arachide 2021 ; Le Ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique a fait une communication sur le programme zéro déchet; Le Ministre auprès du Président de la République, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait une communication sur les projets phares du PSE. AU TITRE DES TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES - Le bateau de production stockage et déchargement du pétrole et gaz FPSO est dénommé « FPSO Léopold Sédar SENGHOR ». AU TITRES DES MESURES INDIVIDUELLES Le Président de la République a pris les décisions suivantes : Monsieur Racine BA, Expert financier, titulaire d’un MBA Finance, Marchés des Capitaux, est nommé Directeur général de la Haute Autorité du WAQF, en remplacement de Madame Oulimata DIOP, appelée à d’autres fonctions. Monsieur Soulèye DIOUF, Economiste-Financier est nommé Directeur des Droits humains au Ministère de la Justice, en remplacement de Monsieur Mbaye DIOP, appelé à d’autres fonctions; Monsieur Mamadou GUEYE, Planificateur, Spécialiste en Finances et Gestion publique, matricule de solde n° 513 524/Z, précédemment en service à la Direction du Contrôle budgétaire du Ministère des Finances et du Budget, est nommé Directeur de l’Administration générale et de l’Equipement au Ministère de l’Elevage et des Productions animales, poste vacant

Covid-19 : Bonne nouvelle pour le monde Internet Kinshasa03-02-2021Santé - https://digitalcongo.net/article/601ad12f4895460017ba36f3/ La Russie est devenue le premier pays au monde à pratiquer une autopsie (post-mortem) sur un cadavre de Covid-19 et, après une enquête approfondie, a découvert que Covid-19 n’existe pas en tant que virus. La Russie a fait une autopsie post-mortem du patient Covid-19, une grande révélation s’est produite. Selon un communiqué du ministère Russe de la Santé, Moscou a opté pour une autopsie sur un corps atteint du virus coronna. C’est une arnaque mondiale. Des gens meurent de « rayonnement électromagnétique 5G amplifié (poison) ». Les médecins en Russie ont violé la loi de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui n’autorise pas les autopsies post-mortem sur le corps de personnes décédées du Covid-19 a découvrir après un certain temps de découverte scientifique, on ne peut pas supposer qu’il s’agit d’un virus, mais d’une bactérie qui cause la mort, qui provoque la formation de caillots sanguins dans les veines, et les nerfs, provoquant la mort du patient à cause de cette bactérie. La Russie a vaincu le virus, affirmant qu’ ‘‘il n’y a rien d’autre que la coagulation phelia-intravasculaire (thrombose) et la façon de la traiter est d e la guérir’’ Pilules antibiotiques, Anti-inflammatoire et prendre des anticoagulants (aspirine). Cela indique qu’un remède à la maladie est possible, cette nouvelle sensationnelle pour le monde a été préparé par des médecins russes par autopsie post mortem (Cadavres) du virus Covid-19. Selon d’autres scientifiques russes, les ventilateurs et l’unité de soins intensifs (USI) n’ont jamais été nécessaires. Des protocoles à cet effet ont déjà été publiés en Russie. La Chine le savait déjà, mais n’a jamais publié son rapport. Par contre, il faut souligner qu’il est recommandé de partager ces informations avec toute votre famille, vos voisins, vos connaissances, vos amos, vos collègues afin qu’ils puissent sortir de la peur du Covid-19 et comprendre qu’il ne s’agit pas d’un virus, mais simplement d’une bactérie exposée aux radiations 5G. La cause est de nuire aux personnes dont l’immunité est très faible. Ce rayonnement provoque également une inflammation et une hypoxie. Ceux qui en sont victimes devraient prendre Asprin-100mg et Apronix ou Paracétamol 650mg. Parce qu’il a été démontré que le Covid-19 provoque la coagulation du sang, ce qui provoque une thrmbose chez la personne et à cause de laquelle le sang coagule dans les veines et à cause de cela le cerveau, le cœur et les poumons ne peuvent pas obtenir d’oxygènes, ce qui fait que la respiration d’une personne devienne difficile et meurt rapidement en raison d’un manque d’énergie respiratoire . Les médecins en Russie ont désobéi au protocole de l’OMS et ont pratiqué des autopsis sur es cadres décédés de la Covid-19. Ils ont ouverts leurs bras, leurs jambes et d’autres parties du corps et après les avoir examinés correctement, ils ont remarqué que les vaisseaux sanguins étaient dilatés et que les veines étaient pleines de thrombus, ce qui empêchait généralement la circulation du sang et redisait également le flux d’oxygène dans le corps, ce qui provoque la mort du patient. Après avoir pris connaissance de cette recherche, le ministère russe de la Santé a immédiatement modifié le protocole de traitement du Covid-19 et a donné de l’aspirine à ses patients positifs. 100 mg et a commencé à donner Empromax en conséquence, les patients ont commencé à se rétablir et leur santé a commencé à s’améliorer. Le ministère russe de la Santé a déchargé plus de 14.000 patients en une seule journée et les a renvoyés chez eux. Gisèle Mbuyi/Ministère russe de la Santé

Revue de presse wolof zik fm du Mardi 3 février 2021 par Ahmed Aidara.mp4

Revue de presse Walftv / Sud fm du 03 Février 2021

REVUE DE PRESSE DU 03 FEVRIER 2021 HABSA ELIMANE WANE

mardi 2 février 2021

Les premiers mots de Diary Sow : Diary Sow sort de son mutisme De retour au Sénégal depuis quelques jours, Diary Sow sort enfin de son mutisme. La jeune femme s’est exprimée sur Instagram via sa page officielle. Ce, pour publier le trailer de son nouveau livre intitulé “Et les masques tombent”. Sur le réseau social, la jeune romancière dévoile la quintessence du bouquin. Il s’agit d’une histoire d’amour entre une domestique et le fils de sa patronne. Une idylle qui se déroule entre Dakar, Saint-Louis et Paris. Elle met en scène Karim et Allyn, deux jeunes issus de milieux différents mais que l’amour réunit. Malheureusement, l’ambition démesurée d’Allyn met leur relation à rude épreuve. Car au fil de la trame du livre, Allyn dévoile sa partie sombre. “La campagnarde qui avait séduit Karim est devenue une sirène des podiums parisiens” et se fait désormais appeler Eryn Joly, écrit Diary Sow. Qui sont Diary, Allyn et Eryn? Sur Instagram, la question qui revient en commentaires c’est “quel est le lien ou la différence entre Diary, Allyn et Eryn”. En effet, suite à sa disparition, certains avaient estimé que le personnage d’Allyn n’est personne d’autre que Diary Sow. Comme pour maintenir le doute, Diary dévoile les caractéristiques d’Allyn et d’Eryn dans un langage clair-obscur. Eryn, la rebelle “Eryn est un personnage que j’incarne le jour, parfois la nuit, un déguisement que j’entretiens soigneusement à force de mensonges, de simulacres et de non-dits”, révèle Diary Sow. Elle continue: “qui suis-Je réellement? Je ne le sais plus aujourd’hui qu’hier. Je suis toujours pour moi-même, un monde mystérieux et insondable. De nouveau seule livrée à moi-même, n’ayant de famille, d’ami que moi-même. Si j’ai eu besoin d’un costume, ce n’est pas parce que mon âme n’est pas pure, elle ne l’est pas moins que les vôtres, et au risque de vous décevoir, la douleur ne l’a pas avilie. Ce n’est parce que je suis damnée, pas davantage pour épargner votre sensibilité, encore moins pour dissimuler ma part de noirceur. J’entrevois la fin des ténèbres”. Elle ajoute pour terminer : “quelle qu’en soit l’issue, je serai prête. Même au plus sombre de l’épreuve, nul ne connaîtra mon talon d’Achille. Peu importe mes tourments, mes défaites, je renaîtrai de mes cendres, tel le phénix. Et alors, mon cœur cessera à jamais d’avoir froid”. Allyn n’existe plus ! Quant à Allyn, voici ce qu’elle en dit : “je ne m’appelle plus Allyn. J’ai cessé d’être Allyn il y a exactement vingt-six mois et deux jours, quand le destin a frappé une fois de plus aux portes de mon existence. Depuis, je suis deux femmes distinctes que rien ne relie”, écrit-elle. Ainsi, Allyn cède la place à Eryn Joly. Un nom qu’elle jugeait “trop occidental et peu naturel”. Mais aujourd’hui elle estime avoir eu tort. “Une vie immorale, ... j’ai fini à y prendre goût” Toujours dans les commentaires Diary Sow se dévoile à travers ses mots. Elle parle d’amour, de déception et de quête du savoir. Parle-t-elle d’elle, d’Allyn ou d’Eryn? Quel que soit le personnage mis en lumière, Diary écrit qu’”il n’y a certes de malheur plus grand que l’amour, quand il est fini, mais nul bonheur l’égale, quand il commence. J’avais hurlé de douleur de voir disparaître mon amant délaissé. Mon silence, si bavard qu’il fût, ne lui avait pas parlé. Je suis allée donc m’informer toute seule, sur tout en réponse à ce besoin intrinsèque de me confronter à l’inconnu. Une vie dissolue, immorale, diraient certains. Mais j’ai fini à y prendre goût. Et mes principes n’ont pu résister longtemps à l’influence de ce monde”

JOURNAL SUDFM 07H DU 02 JANVIER 2021 MAODO FAYE

Revue de presse aujourd'hui Mardi 2 FEVRIER 2021 par Ahmed AIDARA

Revue des Titres Ahmed Aidara du Mardi 02 Février 2021 sur Sen Tv

jeudi 28 janvier 2021

Affaire Diary Sow: la colère de Dame Mbodj qui fait des révélations sur ...

Le maître coranique tabassé par des Policiers à Grand Dakar parle et rac...

enfin un film tourné en sereer avec un papa noel noir...bleu septembre

Urgent Assane Diouf est libre mais il insiste pour que...

Dernière minute: Assane Diouf est libre

Urgent! Assane Diouf est libre Les premiers mots de son avocat

SENEWEB. Assane Diouf libre L'activiste Assane Diouf est libre. En détention depuis près de huit mois, il recouvre la liberté suite à sa condamnation par la deuxième chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Dakar. Assane Diouf a été reconnu coupable du délit d'outrage à agent de la force publique dans l'exercice de leur fonction, entre autres chefs d'accusation

REVUE DE PRESSE Zik Fm du JEUDI 28 JANVIER 2021 Par Ahmed AIDARA

REVUE DE PRESSE DU 28 JANVIER 2021 HABSA ELIMANE WANE